plus près du fleuve pour qui ?

Les projets des divers candidats et partis montréalais afin d’améliorer l’accessibilité du fleuve vont du plus humble au plus audacieux. Soit on est prêt à investir des milliards (7 G$) pour ériger une barrière de gratte-ciels sur les rives faisant face à la pointe de l’île Ste-Hélène en créant une Entrée maritime (entrevue de Richard Bergeron et d’autres autres candidats avec Patrice Roy, au téléjournal de Montréal le 10 octobre). Soit on met en valeur le parc Bellerive, ou des projets de plages à Pointe-aux-Trembles des projets (voir minute 4:35 de l’entrevue) qui étaient déjà dans les cahiers de l’administration précédente, ou qui pourraient faire parti de la gestion ordinaire des espaces verts de n’importe quelle administration.

Je ne suis pas contre les projets ambitieux de réappropriation des berges du Saint-Laurent, je me demande seulement pour qui travaille-t-on ? Que l’on construise du logement pour retenir une part des milliers de ménages qui quittent pour la banlieue chaque année, j’en suis. Mais un quartier fait de tours d’habitation convient-il vraiment à la clientèle de ces jeunes familles ? Si on avait une vision un peu moins pointée vers le centre-ville, le Vieux-Montréal, l’île Sainte-Hélène, on pourrait voir, entre autres, que le fleuve Saint-Laurent compte d’autres îles que la Sainte-Hélène, et qu’il y a même un Parc national des îles de Boucherville, un peu à l’est…

Ce parc ne devrait-il pas compter comme une destination de choix pour la randonnée pour les habitants de l’île de Montréal et les touristes qui la visitent ? Au moins autant que la montagne ou le jardin botanique ? Bon, peut-être pas autant, mais cette réserve de nature, lieu exceptionnel de randonnées pédestres et excursions aquatiques à quelques kilomètres du centre-ville, à cinq kilomètres seulement du jardin botanique et de l’Espace pour la vie… pourrait être beaucoup plus accessible, été comme hiver. Ce faisant nous pourrions « revitaliser » ou donner du sens aux nouveaux développements promis dans l’arrondissement : prolongement du boulevard de l’Assomption, aménagements pour faciliter le transport en provenance du port… Et si nous osions profiter de ces transformations nécessaires pour inclure, reconstruire une « coulée verte » sous la forme d’un nouveau chemin Olmsted allant du Jardin botanique jusqu’aux îles de Boucherville ?

On parle d’un téléphérique entre l’Entrée maritime et l’île Sainte-Hélène… Je pense qu’un pont piétonnier et cycliste donnant accès aux îles de Boucherville et au parc national serait aussi intéressant. Surtout si on l’inscrit dans un aménagement reliant cet ouvrage de génie civil à l’Espace pour la vie. Cela ne serait pas le seul chemin pour s’y rendre, évidemment. Mais cela contribuerait à construire une Ville qui se marche.

Une ville où l’on peut marcher sans toujours avoir l’automobile qui vous assaille, vous menace. C’est un privilège que de pouvoir traverser des quartiers en marchant ou à bicyclette sans avoir à traverser de rue ! On peut le faire dans les grands parcs (Mont-Royal, jardin botanique, Angrignon) mais aussi le long de la voie ferrée délimitant les quartiers Rosemont, Plateau, Outremont, Côte-des-neiges, Côte-Saint-Luc. Une voie pédestre et cyclable qui se réalisera enfin (voir mon animation de 2001), semble-t-il, sous l’impulsion du nouveau campus de l’Université de Montréal près de la gare de triage d’Outremont. [Dans Rêver Montréal, voir projet #31 Dino Bumbaru « Un réseau de promenades métropolitaines »; #48 Michel Archambeault « Découvrir sa ville en marchant : pourquoi pas ? ; #75 Hamelin et Yacouvakis « Pour un réseau piéton et vert »; et ? #68 Robert Lacroix « Une ville de savoir négligée » – où il parle du campus à Outremont et des aménagements – à moins que ça ne soit dans un autre projet – j’ai prêté ma copie du livre…]

S’il fallait attendre le développement d’un nouveau campus universitaire ou la construction milliardaire de tours riveraines pour se donner les moyens de marcher la ville… Nous devons préserver une partie des espaces industriels libérés par le déplacement des industries lourdes pour construire de l’habitation mais aussi pour l’usage de tous, pour la préservation d’un droit de passage, large comme un nouveau « chemin Olmsted » (chemin pour piétons et cyclistes faisant le tour de la montagne).

Grâce à la trame continue de l’espace industriel à l’est de la rue Viau, espace qui, au sud, rejoint par l’emprise de la voie ferrée les terrains en face du port, lui-même devant la pointe de l’île Charron, on peut imaginer un chemin pour piétons et cyclistes. Quelque chose de beau, qui grandira. Quelque chose pour les générations à venir qui ne reposerait pas d’abord sur le béton et l’acier, mais sur l’arboriculture et des aménagements en terre battue pour y marcher, y rouler, y skier.

*_*_*_*_*

Je ne pouvais m’empêcher de partager avec vous le résultat, un peu fou, de mes réflexions et pérégrinations dans ces espaces qui me sont devenus intimes, après 36 ans de travail et 60 ans de vie à parcourir Longue-Pointe, Hochelaga-Maisonneuve et Mercier. Je suis un gars de l’Est. Me suis aventuré sur le Plateau durant quelques années alors que les loyers étaient encore abordables, pendant mes études à l’UQAM. Puis je suis revenu dans l’Est pour y travailler, en 1976 dans Hochelaga-Maisonneuve. Où j’ai habité, élevé mes enfants. Depuis quelques années j’habite Mercier-Ouest. Un quartier moins dense et plus tranquille que HoMa mais que j’ai plaisir à parcourir, à découvrir et à rêver.  

P.S. 18 oct. : Un téléphérique plutôt qu’on pont pédestre ?

1 pensée sur “plus près du fleuve pour qui ?”

  1. Dommage que tu ne sois pas en lice pour un poste de conseiller dans ce quartier où j’ai aussi habité un certain temps. À moins que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *