économie sociale et finance solidaire

Les conférences du Symposium qui avait lieu jeudi dernier sont maintenant en ligne sur le site WebTV.coop (voir le flux Économie solidaire). Je reproduis ici le premier panel avec MM Larose, Lévesque et Boucher, sur le thème Concevoir et co-construire un modèle se société solidaire.

Je devrais bientôt obtenir le document d’appui (PPT) du professeur Lévesque, qui n’a été que partiellement présenté.

placements à impact social

Des placements à impact peuvent-ils être « prudents » ? Réflexion libre et ancrée. Publication du CRISES et événements en février.

Durant cette période à chaque année, les banques, caisses, fonds divers se bousculent à l’écran pour nous rappeler qu’il faut placer notre argent en escomptant les meilleurs rendements, pour nos vieux jours ou nos petits enfants… Des rendements qui se mesureront : ferez-vous du 3%, du 8 % ou bien du 0,85% ? Mais les effets d’un placement peuvent se mesurer autrement qu’en termes simples de dollars et cents : impact social, placements éthiques ou responsables.

Un aspect intéressant de la conjoncture actuelle où les retours sur les épargnes des petits épargnants sont tellement modeste qu’ils en deviennent microscopiques : le placement éthique n’est pas « coûteux », il peut rapporter autant que le placement « prudent », tout en ayant des impacts non financiers hautement désirables.

Pédagogique comme toujours, Gérald Fillion invitait récemment Brenda Plant, du groupe Éthiquette, pour nous expliquer la différence entre investissement responsable, placement éthique ou à impact social. Effectivement, ce site est bien fait, et se veut neutre à l’égard des différents produits financiers sur le marché. Pour ma part j’ai découvert cette ressource par le biais de la Caisse d’économie solidaire de Desjardins.

À titre d’épargnant mais aussi à titre d’administrateur d’OBNL, j’ai été agréablement surpris de découvrir l’existence de l’obligation communautaire. Une obligation émise par une OBNL, donnant lieu à un intérêt, qu’on imagine corrélatif au risque. Imaginez, dans le domaine du logement, une obligation communautaire permettant à une OBNL d’acquérir, de rénover de nouveaux logements.

Naturellement si cette OBNL en habitation, grâce de telles obligations, ne faisait que se poser en compétiteur de l’investissement privé… comment pourrait-elle poursuivre ses buts non-lucratifs de logement abordable et de qualité pour ménages à faible revenus ? L’obligation communautaire ne peut remplacer l’intervention publique dans le domaine du logement. Une intervention qui est depuis quelques années mise à mal, comme en témoigne le dernier Cahier du CRISES : AccèsLogis Québec (1997-2015) : les hauts et les bas de la co-construction d’une politique publique (PDF), par Yves Vaillancourt, Marie-Noëlle Ducharme, François Aubry et Stéphane Grenier. Réduction drastique du nombre de logements construits, bris de contrat  avec le Fonds québécois d’habitation communautaire (FQHC)…

Est-ce que les projets d’investissement dans les infrastructures du gouvernement fédéral pourraient annoncer un « retour » du fédéral dans le domaine du logement social ? C’est une question que pose les auteurs de l’étude en fin de parcours historique. Mais quelle que soit la réponse à cette question, l’obligation communautaire m’apparait non seulement comme un levier financier mais aussi une manière d’enraciner l’organisation dans sa communauté, de stimuler l’attachement et la responsabilité des membres de la communauté à l’égard de leur milieu de vie.

Deux évènements aborderont prochainement des questions similaires.

Tout d’abord le Symposium Économie sociale et finance solidaire, qui soulignera simultanément plusieurs anniversaires : le 50e anniversaire du CIRIEC-Canada, le 45e anniversaire de la Caisse d’économie solidaire Desjardins, le 30e anniversaire du CRISES et le 20e anniversaire de Fondation. Le programme de la journée du 4 février s’ouvre avec des conférences de Benoit Lévesque et Gérald Larose. Malheureusement pour moi je ne pourrai participer à cette matinée, étant engagé à l’autre bout de la ville pour une réunion dont je ne peux être dispensé. Mais je me précipiterai peut-être pour la seconde moitié de l’évènement sur le thème de l’émergence de nouvelles entreprises sociales. du capital patient et de la finance solidaire. Si quelqu’un pouvait m’enregistrer les conférences de Lévesque et Larose… j’aimerais bien !

La seconde activité d’intérêt se tiendra une semaine plus tard, le 11 février, au Chantier de l’économie sociale (rue Fullum à Montréal) sur le thème : Une journée pour plus d’impact social ! Journée de partage et discussions visant à « maximiser l’impact social de nos organisations ». On veut briser les silos et stimuler la créativité dans les échanges.

Vous remarquerez que ces deux activités sont gratuites. Je remarque pour ma part que ces deux événements ont utilisé la plateforme Eventbrite pour gérer l’inscription à leurs activités, une plateforme qui m’a permis de les inscrire directement à mon agenda Google (plusieurs autres agendas possibles). Il était temps !!

prochaines lectures

9780262525725_0J’arrive de chez Olivieri, où j’ai été tenté par ce petit livre de Zoltan Torey. Mais je me souvenais vaguement avoir lu un autre livre de cet auteur. En effet, en revenant à la maison j’ai trouvé : j’en parlais dans ce billet, en 2009, où je disais trouver l’auteur trop “idéaliste”, c’est à dire donnant trop d’importance aux mots dans le phénomène de la conscience. Aussi je l’ai laissé sur la tablette, pour le moment.

Je suis tout de même revenu avec trois livres : Le bon gouvernement, par Pierre Rosanvallon, dont j’ai apprécié l’article dans le dernier numéro de Foreign Affairs :How to Create a Society of Equals, Overcoming Today’s Crisis of Inequality.
J’ai aussi acheté un petit bouquin (175 pages) se présentant comme The political legacy of Michel Foucault : State Phobia and Civil Society. Pourquoi ? Je ne suis pourtant pas un foucaldien ! Mais à voir la multitude de publications récentes sur l’oeuvre de ce philosophe français mort en 1984, surtout connu pour son “Surveiller et punir”, il m’a semblé intéressant de voir la relecture qu’on pouvait en faire aujourd’hui. L’appel au concept de société civile n’est sans doute pas étranger à l’intérêt soulevé : j’ai travaillé fort pour m’approprier cette question, il y a quelques années.
Finalement, le livre que j’avais commandé et qui m’amenait là : Le retour des communs, la crise de l’idéologie propriétaire, sous la direction de Benjamin Coriat. L’entrevue reproduite dans la revue Contretemps m’a convaincu de l’intérêt de ce livre, au moment où je terminais (plus ou moins satisfait) la brique de Dardot et Laval, Commun – essai sur la révolution au XXIe siècle. J’ai trouvé rafraichissante la critique qu’il faisait de ce livre dans l’entrevue, ça rejoignait bien le sentiment que j’avais en terminant les 583 pages : beaucoup de documentation historique, étude de textes… Heureusement qu’il y avait la seconde partie sur les “9 propositions politiques”. Mais encore là, la référence à Proudhon et aux fédérations de fédérations comme voie de sortie “révolutionnaire” ne me convainquait qu’à moitié… Bon, je n’ai pas encore lu ce recueil d’articles dirigé par Coriat, mais je veux bien donner une chance à son approche de “formes nouvelles de partage des attributs du droit de propriété” après les efforts de Dardot et Laval pour définir l’inappropriable comme base de leur Commun.

Ludivine

Cette peinture de Edwin Holgate intitulée Ludivine, partie de l’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal consacrée au Groupe de Beaver Hall, est une des plus connues et une des nombreuses à m’avoir impressionné.

Un beau moment pour oublier le mauvais temps.

Ici l’ombre projetée à gauche du sujet donne une troisième dimension palpable, une véritable extrusion : la jeune fille semblait sortir du mur. Un désespoir se lit sur les traits endeuillés de celle qui vient de perdre sa mère. Elle habitait Natashquan en 1930.

gestion d’albums photos

Je dois me trouver un nouveau système de gestion de photos en lien avec ce blogue WordPress, après plusieurs années d’utilisation de « slideshowpro » qui n’est plus mis à jour depuis quelques temps déjà et qui devient problématique parce qu’il n’est plus adapté à la version PHP utilisée par mon hébergeur.

Je devrai donc migrer des centaines (milliers) de photos vers un autre système… Quelle *&?%$##!!

Alors s’il vous arrive de tomber sur une page avec un album qui ne s’affiche pas correctement, ce sera sans doute parce que je ne suis pas encore rendu à cette page dans mon transfert…

<Ajout> J’ai finalement porté toutes mes photos sur mon compte Flickr, duquel je peux extraire des albums et les montrer ici, en les incluant directement dans les billets. C’est moins joli mais ce sera plus simple !</>

commun, révolution et sociologie

Dans le billet précédent je faisais référence à cette conférence de Streeck, donnée à l’École des hautes études en sciences sociales. Incidemment ce panel donnait aussi la parole à Thomas Piketty. Deux conférences d’une demi-heure qui valent d’être entendues (et aussi, mais dans une moindre mesure les deux autres interventions par Carla Hesse, historienne, et Étienne Balibar, philosophe) . La place de l’économie hors et dans les sciences sociales et l’importance pour la sociologie et les sciences sociales en général de ne pas laisser l’économie à la seule science économique.

Une référence de Streeck et Fourcade, dans leur conversation sur les États et les marchés, je viens de mettre la main sur cette « brique » de près de 600 pages bien tassées.

Pierre DARDOT, Christian LAVAL - Commun aux éditions La Decouverte


Commun, essai sur la révolution au XXIe siècle
, par Pierre Dardot et Christian Laval. Vous pourrez en lire l’introduction en cliquant sur l’image ci-dessus.

La Table des matières (PDF 5 pages) promet !

 

Streeck, Wolfgang

Une conversation avec Marion Fourcade, sur l’État et le marché, et une conférence donnée à l’EHESS : The social condition of critical social science.

vacances d’hiver

Transport par air, route et rail (USA 1960-2013).

Efficacité, coûts et culpabilité (The Economist When less is more) du transport aérien – en cette période des vacances hivernales.

Avec un $CAN à son plus bas niveau (0,74$US) depuis 11 ans, il y a des gens qui y penseront deux fois… avant de s’envoler pour la Floride. À moins qu’ils n’aient déjà investi dans l’immobilier là-bas…

Pour les autres, il faudrait penser à autre chose, et d’abord raviver l’intérêt pour les destinations vacancières telles les Laurentides, notamment en permettant aux Montréalais de prendre le train vers le nord en fin de semaine. En effet, j’ai découvert il y a quelques années cette folie [Voir Erratum, plus bas] : on ne peut prendre à rebours les trains de banlieue, qui ne sont orientés que vers le transport des travailleurs vers la ville. Je ne peux monter vers St-Jérôme la fin de semaine…

Ne pourrait-on imaginer un « P’tit train du Nord » qui amènerait les skieurs et vacanciers vers St-Jérôme – ou encore un autre vers St-Bruno et St-Hilaire – les dimanche matin alors que maintenant il n’y a AUCUN service sur ces lignes ? Y-aurait-il une explication à ce trou béant dans l’offre de service ? Est-ce que la ville de Montréal a intérêt à ce que les citoyens de la Ville restent enfermés entre ses murs ? Pourtant le développement d’alternatives « nordiques » aux « vacances dans le Sud » profiterait à l’économie régionale dans son ensemble, tout en développant un profil moins carbonique d’usage des transports. Et puis, combien cela peut-il bien couter de faire rouler une locomotive et deux ou trois wagons ? Ne pourrait-on faire un « projet pilote ?

 

<Erratum – 25 décembre> Je suis heureux de reconnaitre avoir fait une erreur : il y a effectivement des trains de banlieue vers le Nord (St-Jérôme) la fin de semaine, seulement ils ne partent pas du centre-ville, mais bien de la station (gare) De la Concorde à Laval. Cool ! De toute façon, me rendre au centre-ville en métro ou à la station Concorde, c’est semblable. </>

action globale, pensée locale

« Penser global, agir local », cette formule employée par René DUBOS lors du premier sommet sur l’environnement tenu à Stockholm en 1972 pourrait être inversée, en mettant l’accent sur l’agir global – après plusieurs décennies de travail pour élever la conscience sur les enjeux planétaires. Le penser local soulignant quant à lui l’importance de dépasser les slogans et d’adapter, de moduler le plan global en fonction des actifs et des besoins locaux.

Je notais le commentaire récent d’un journaliste sur la question de la réduction des gaz à effet de serre (GES) : « Nous avons dépensé 65% de notre budget collectif de carbone, il ne nous reste que 35% ». Mais une telle formulation ne dit rien de la vitesse, de l’accélération avec laquelle ce « budget » a été consommé. Accélération marquée dans la seconde moitié du XXe siècle par l’arrivée de l’automobile et des électroménagers dans chaque foyer. Une accélération telle que dans les 15 prochaines années nous pourrions consommer autant que durant les cent ans qui ont précédé la seconde guerre.

Faut faire quelque chose, c’est urgent… mais ça fait 40 ans qu’on le dit. Je me demande parfois ce que serait la situation si on avait agi avec détermination dès le rapport du Club de Rome « The limits to growth » et la conférence de Stockholm en 19721. Tergiversation, déni, procrastination l’ont emporté d’autant mieux que les tensions internationales étaient à leur comble : choc pétrolier, guerre du Vietnam, inflation galopante…

Sommes-nous mieux placés aujourd’hui pour agir ? Nous avons sans doute plus de moyens de communiquer, d’apprendre; plus de moyens d’agir, de puissance économique (est-ce à dire plus de flexibilité ?). J’oserais dire que le monde est moins guerrier qu’il l’était durant la guerre froide, même si les drones et les « frappes chirurgicales » alimentent aujourd’hui une guérilla anti-impérialiste, un Jihad qui ne semble pas près de s’éteindre. Un supplément de paix (moins de dépenses militaires) qui devrait nous permettre de dégager des ressources pour construire, imposer, faire respecter de nouvelles règles, de nouvelles limites.

Malheureusement le laisser-faire néo-libéral qui a dominé depuis 30 ans a conduit à une privatisation de la richesse collective, par la réduction radicale de l’impôt sur les hauts revenus (voir Piketty, Le capital au XXIe siècle, p. 805, graphique 14.1) et l’endettement concomitant des gouvernements. G14.1

Les grandes fortunes non seulement ne paient plus autant d’impôt, mais elles prêtent ce qu’elles n’ont pas eu à payer. Ou inversement, les gouvernements doivent emprunter avec intérêts à ceux qu’ils n’ont pas eu le courage de taxer.

Cette offensive de la droite, après les « trente glorieuses » de 1945-1975 où la planification d’État et le développement des services publics avaient dominé, semble avoir mis les socio-démocrates sur la défensive alors que les communistes battaient en retraite. Seule la Chine a pu se mettre à l’abri de ce virage, bien que ce fut en devenant la servante-ouvrière de cette fuite en avant du capitalisme financiarisé.

Mais sommes-nous prêts à changer ? Changer quoi ? Jusqu’où ? À quelle vitesse et avec quels risques ? Des risques pour qui ? Il faudra identifier des cibles, et des contraintes qui seront respectées – imposées – aux récalcitrants sous peine que ces derniers se multiplient et rendent les règles caduques et les cibles inatteignables.

Les solutions ne seront pas que technologiques, mais aussi, surtout culturelles, anthropologiques. Nous sommes des êtres d’habitudes et de tradition plus que de raison. Prendre le chemin des solutions technologiques (le supplément de la revue The Economist de cette semaine en est un bel exemple : « The climate is changing because of extraordinaire inventions like the steam turbine and the internal combustion engine. The best way to cope is to keep inventing.« ) sans changer les habitudes risque d’empirer la situation. Par exemple vouloir remplacer le parc automobiles de moteurs à combustion par un parc d’automobiles électriques alors qu’il faudrait évoluer vers un partage de véhicules (électriques et sans conducteur) et des solutions de  transport collectif. Un autre changement d’habitudes qui risque d’être difficile : réduire la part de viande dans notre alimentation (Un rapport de 2006 de la FAO estime à 18 % la part des GES provenant de l’élevage – Wikipedia).

Peut-être qu’une taxe sur la carbone (et sur les intrants carboniques des produits importés) pourra faire évoluer les habitudes alimentaires, d’achat et de transport… mais il faudra plus qu’une nouvelle taxe. Il faudra mobiliser toutes les couches de la société, et c’est dans la manière dont nous traiterons les différends, les inégalités et les libertés que nous maintiendrons ou affaiblirons nos démocraties. Nous devons amorcer un changement de paradigme pour redonner sa légitimité à l’action publique, et réduire l’acceptabilité sociale des comportements d’évasion. La Transition écologique et économique qui est nécessaire devra être portée par un large mouvement social si on veut agir à temps. Mais ci ce mouvement doit être large, il faut qu’il n’y ait ni gagnant ni perdant, seulement des participants à hauteur de leurs moyens – des responsables à hauteur de leurs patrimoines, des agents à hauteur de leur impact.

[Publié sur Nous.blogue, le 2 décembre]

  1. Incidemment, voir l’article de John Ralston Saul dans le G&M d’aujourd’hui sur Maurice Strong un Canadien organisateur de ce colloque et premier directeur du PNUD  (retour)