Archives du mot-clé personnel

lectures d’été – 2

J’emporte Dernier tramway pour les Champs-Elysées, après avoir dévoré La nuit la plus longue, pour les moments libres… s’il en est.
Et aussi  The Rational Optimist: How Prosperity Evolves, de Matt Ridley (auteur de Genome: The Autobiography Of A Species In 23 Chapters), pour un coup d’oeil sur « l’évolution de la prospérité », décrite à travers l’histoire (et la préhistoire) des échanges, de la spécialisation du travail. S’il y a quelque chose de spécifique à l’homo sapiens, c’est bien de faire des affaires, de produire de la richesse… Mais à quel coût ?

Pour faire contrepoids à cet économisme, je voudrais bien parcourir, de Fukuyama, Origins Of Political Order. Je n’ai jamais lu le best-seller : The End of History and the Last Man. (Voir l’article ayant précédé le livre, The End of History). Ce sera l’occasion d’aborder cet auteur. Et le sujet est d’intérêt… J’aime bien ce lien qu’il fait en introduction entre les formes politiques des tribus mélanésiennes et les pratiques des congressistes américains.

Ça me reposera de Identité et contrôle.

GEV-HM

regards en coin – 1000e billet !

Comme à chaque fois que j’envoie un message à la liste du RQIIAC annonçant les billets du dernier mois je me permets de jeter un oeil sur les « stats » de ce carnet : quels sont les billets les plus lus, et les page référentes ou questions posées aux moteurs de recherche qui amènent les gens par ici.

Mais si je regarde les stats depuis août 2008, date la plus lointaine à laquelle semble pouvoir remonter mon gestionnaire, on compte 41 321 visites (excluant les miennes). Soient une moyenne de 44 visites par jour en 2008, puis 45 pour 2009-20010, et 50 visites par jours, depuis le début de l’année.

Quelles ont été les billets les plus visités, demandés ? Au cours des 3 derniers mois, les billets présentant plus de 50 visites sont ici en ordre décroissant. Le premier, avec 159 visites, est celui intitulé «déterminants de la santé : un cadre théorique». Si je remonte plus loin, en fait depuis le début de cette collecte statistique (août 2008), ce même article présentant de façon critique un document de la santé publique compte 354 visites, et se place au 6e rang, après les articles trouver une résidence pour aînés, qui pose une question qui semble populaire !, voter pour l’environnement, rédigé durant la dernière campagne électorale fédérale, les îlots de chaleur urbains, et la page introductrice à la section Photos de ce carnet. Certains articles « populaires » contiennent plutôt des informations génériques, sur l’auteur (A propos de Gilles) ou les outils utilisés pour produire ce carnet (Colophon, SlidePress & SlideShowPro, blogues et flux RSS). Quand je regarde cette liste des billets ayant eu au moins 50 visites au cours des 30 derniers mois, ça donne une image assez fidèle de l’intérêt suscité par ce carnet.

Incidemment, si je me fie au tableau de bord de WordPress, ceci est le 1000ième billet posté ici depuis le passage à cette plateforme (début 2005). Ce qui correspond à une moyenne de 3 billets par semaine… Un rythme qui s’est clairement ralenti ces derniers temps. Ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose, ni pour moi ni pour les lecteurs !

Bon, des chiffres, encore des chiffres. Ça me semblait tout simplement pertinent de prendre ce petit moment pour un retour statistique au passage de cette borne symbolique.

renardeau

la télé comme assuétude

En recevant l’habituel courrier de Videotron, annonçant l’augmentation rituelle de tarifs je constate que cette fois, il ne s’agit pas de l’innocente mais trimestrielle addition de 1$ mais bien d’une augmentation de 6$ par mois que l’ogre impose ! Il me vient une idée : pourrais-je m’en passer ? J’ai laissé mijoter quelques jours… et ça me plait !

Trop de séries, de rendez-vous hebdomadaires qui, finalement tournent toujours à la même chose, à la recette. Combien de temps pourrais-je ainsi récupérer ! Des dizaines d’heures par mois, parfois même par semaine ! Autant de lectures, de sorties que je pourrais faire… Autant d’écriture, de réflexion que cette véritable assuétude qu’est devenue la télévision m’empêche de réaliser. Mais comme toute dépendance, il me faudra lutter pour m’en défaire. Existe-t-il une association des téléphages anonymes ? Où je pourrais me rendre lorsque l’envie de me réabonner deviendrait trop forte ?

En fait, ma capacité à me divertir et me détendre autrement qu’avec cette boîte à images et rêves sera déterminante. Je ne pourrai vraisemblablement pas remplacer toutes ces heures de passive consommation par du travail intellectuel… ou même par de la lecture de divertissement. Photo ? Un peu de sport, pourquoi pas ?!