bientôt deux ans de ce carnet

C’est bien peu, deux ans, finalement. L’an dernier à pareil date je faisais le point après “presqu’un an”… soulignant que la participation visée en premier lieu (par la technologie des carnets) dans l’animation d’un site collectif n’avait pas été atteinte. La conversation était le mot clé.

Aujourd’hui, un an plus tard, mon rythme d’écriture dans ce carnet s’est ralenti… la dimension conversation s’est d’autant amenuisée mais elle n’est pas disparue pour autant. Mes efforts de promotion de cet outil comme vecteur professionnel au service d’une communauté (de communautés?) de pratiques passeront par l’interaction en face-à-face et non pas seulement à travers les TIC.

D’autre part en cette fin d’année propice aux bilans et retours en arrière je suis à relire des documents écrits depuis une vingtaine d’année. Ce qui fait pas mal plus long que deux ans de carnet ! Déjà j’avais déposé certains textes ici mais d’autres devront être scannés pour être rendus accessibles… si cela me semble utile.

Tiens, la dernière phrase d’un texte de 1983 : «Car ni l’archipel des pouvoirs politiques et professionnels, ni la presqu’île du pouvoir militant-populaire ne peuvent se vanter de représenter, et encore moins mobiliser tout le continent vernaculaire. »

Publié par

Gilles Beauchamp

Formation en recherche culturelle, de 1973 à 1976, puis en sociologie de 1986 à 1993, à l'UQAM. Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?