darwinisme neuronal

Telle est le nom donné par Gerald Edelman à sa théorie du fonctionnement du cerveau. J’ai tenté d’expliquer rapidement à quelqu’un ce que j’en comprenais… et j’ai finalement compris (enfin, un petit bout). C’est drôle comment de redire quelque chose dans ses mots, d’enseigner est la seule façon d’apprendre !

Le cerveau ne peut savoir d’avance à quoi serviront les souvenirs qu’il enregistre… le sens même de l’expérience qu’il engrange pourra être interprété sous différents angles, en fonction des savoirs à venir. Un peu comme les mécanismes de l’évolution s’expriment (entre autre) par la variance des différents individus d’une espèce, permettant ainsi de tenir compte de l’imprévisibilité de l’environnement qui confrontera ces individus et de donner à quelques uns la chance de mieux s’en tirer…et donc de mieux se reproduire… le darwinisme neuronal serait la façon dont le cerveau procède pour stocker plus de liens que nécessaire, plus qu’il ne sera possible d’en développer, mais permettant ainsi de nourrir le hasard, l’avenir que l’on ne peut prédire mais qui pourra ainsi renforcer l’un ou l’autre, plusieurs sans doute, des ensembles de neurones qui ont été mis en lien lors de l’expérience précédente.

Ce qui rend la comparaison du cerveau avec un ordinateur pauvre et bancale c’est vraiment cette absence de programmation logique, binaire, ou numérique laissant plutôt place à un maximum d’indétermination, de sens à venir… tout en enrichissant le sens passé déjà accumulé, mais qui est lui-même tellement multiforme, foisonnant, lié aux multiples sources sensorielles, multiples niveaux sémantiques, espaces temporels et physiques… que l’interprétation de ce passé récent ou lointain n’est pas univoque mais plutôt toujours diversifiée, contradictoire, en mouvement.

La conscience rendue possible par un ensemble de mécanismes (cartes) réentrants, permettant de… réfléchir (!) les informations immédiates… de créer une distance entre les infos transportées par les sens et la réaction qu’elles appellent. Une distance permettant de sonder le passé, de faire des liens entre les sources parallèles (ou synchroniques) de stimulations… Des circuits réentrants qui se multiplient, s’additionnent pour devenir plus abstraits, portant sur des stimulations, excitations de plus en plus éloignées des sens et de plus en plus liées à la mémoire, aux concepts, aux projections conceptuelles…

Enfin… je vais aller souper, parlant de stimulations éloignées des sens ! Me semble que c’était plus clair ce midi…

Articles sur, à propos de Edelman, du darwinisme neuronal…

et autres découvertes :

Lakoff et le "framing"

En terminant la lecture de Gerald Edelman je n’ai pu m’empêcher de googler George Lakoff tellement Edelman était enthousiaste à son égard. Linguiste de la métaphore, voir aussi Metaphor, Morality, and Politic , ses écrits récents sont clairement orientés vers l’action politique : Thinking Points (livre au format PDF téléchargeable paru en novembre 2006), George Lakoff Manifesto. Ses concepts de framing et reframing sont appliqués, applicables à des questions diverses : l’immigration, l’environnement, Katrina… Une liste d’articles impressionnante où il appelle à recadrer les débats dominés par la droite. Un de ses textes les plus connus : Don’t Think of an Elephant: Know Your Values and Frame the Debate.

Ce furetage m’aura permis de découvrir le site “ChangeThis” où sont publiés de nombreux manifestes… Un assemblage assez hétéroclite : textes de Tom Peters, mais aussi le fameux The Long Trail, de Chris Anderson, éditeur en chef de la revue Wired, du Digital Rights Management de Cory Doctorow, Made in USA de Paul Graham, et autres The Paradox of Choice de Barry Schwartz, …

paix et sérénité

C’est ce que je vous souhaite pour la nouvelle année. Dans ce monde happé dans un tourbillon frénétique de luttes pour la survie, pour le succès, pour la gloire… ou simplement la dignité… peut-on espérer atteindre quelque havre de paix ? Peut-être que si. Toute relative, certainement, mais une sérénité construite comme un château de sable dont on sait qu’il faudra le reconstruire après la marée… comme le chemin parcouru, le voyage qui est plus important que la destination.

Paix aux hommes de bonne volonté, c’est la formule je crois. Oui, il faut croire en la volonté possible des hommes, et agir en conséquence. Ce n’est pas parce que TOUT n’est pas possible qu’il faut prendre prétexte pour ne RIEN faire. Un petit rien, presque rien dans le grand tout mais c’est là que ça commence, comme un mouvement imperceptible… la goutte d’eau qui deviendra rivière. Bon, c’est peut-être pas la bonne image avec la fonte des glaciers et tout… Un grain de sable dans le désert ? Non, là non plus, ça ne va pas. La molécule, la protéine dans la grande chaine…

Mais la question n’est-elle pas là, justement : le pouvoir, la volonté de l’homme saura-t-elle infléchir à temps les forces du marché et s’en servir pour corriger le cours des choses ?

la joie de lire

lartdelajoie.jpgJe termine, le sourire aux lèvres, ce roman de 600 pages, L’art de la joie, d’une auteure italienne que je ne connaissais pas Goliarda Sapienza. Je voulais le terminer aujourd’hui pour pouvoir le prêter : c’est le genre de roman qu’on ne veut pas laisser sur la tablette. L’histoire d’une femme au long du siècle, en Sicile, passant de la misère au cloitre, puis à la vie aristocratique… sans perdre son esprit critique, se liant aux socialistes, aux antifascistes durant la guerre. L’histoire de ses relations, avec des hommes, des femmes… de ses enfants, de leurs enfants…

Autres lectures en cours : Qui dit je en nous ? de Claude Arnaud. Sur cette question de la toute relative unité du sujet. Alors que l’époque voue à l’individualité et l’identité une dévotion quasi religieuse. Je le commence à peine mais la qualité de l’écriture m’invite à poursuivre. Ce livre a gagné le prix Fémina 2006 pour les essais.

Finalement, ce qui intéressera les gestionnaires d’associations et organisations communautaires Fonction de direction et gouvernance dans les associations d’action sociale, publié chez Dunod par Francis Batifoulier et François Noble. Jusqu’ici (rendu à la page 78) les auteurs font une belle présentation des enjeux et de l’évolution du rôle et des rapports des associations avec l’État, mais aussi avec leurs employés, leurs clientèles ou usagers… Même si les descriptions concernent la France, les similitudes avec les développements au Québec en feront une lecture stimulante pour des dirigeants (bénévoles ou salariés) d’organisations de ce côté de l’Atlantique.

identités complexes : cycle de conférences

Identité ambiguë / Identités complexes: “mettre en critique le couple conceptuel identité / altérité pour envisager l’identité dans son rapport à la complexité : une alliance dont les implications sont, sans doute, moins productrice d’exclusion et de peurs.” (Via liens socio.)

Une identité, des identités… Crise d’identités, perte d’identité, vol d’identité… Dans notre monde complexe l’identité n’est-elle pas une manière de réduire, justement, la complexité, en misant sur un petit nombre de règles, de facteurs explicatifs, déterminants…

descombes.jpgUne manière de donner du sens à la vie lorsque celui-ci est difficile à saisir parce que plusieurs faisceaux se disputent l’organisation cardinale du réel… depuis que l’homme s’est arrogé le droit de décider de ce qui est vrai, grand, juste… depuis qu’il a jeté bas de leurs socles les dieux.

Identités fractales, donc, d’autant plus importantes que tout est questionné, transparent. Une conférence de Vincent Descombes… en mai prochain, à Marseille. Juste le temps de lire quelques-uns de ses titres !

Habermas et l’Internet comme espace public

Dans la suite du billet précédent, cette analyse de la pertinence, encore aujourd’hui, d’un texte de Habermas écrit en 1962 (The structural transformation of the public sphere– paru en allemand), il y a plus de quarante ans :

In the digital age, the discussion about the public sphere has at the same time become increasingly relevant and increasingly problematic. The validity and relevance of post–modern critique to Habermas’ concept of the public sphere cannot be denied, yet the concept of a public sphere and Habermas’ notion of a critical publicity is still extremely valuable for media theory today. Un article de Pieter Boeder. [First Monday – septembre]

Peut-être à cause de l’origine néérlandaise de l’auteur, et contrairement à ce que le sujet pourrait laisser penser, ce texte en anglais est facile à lire. La dénonciation de la “commodification” des médias, leur réduction à leur seule dimension commerciale ne date pas d’hier. Le concept d’espace public est particulièment riche pour décrire les enjeux entourant l’Internet aujourd’hui, même si ce réseau des réseau était loin d’exister en 1962. Pour approfondir ce concept d’espace public : Du concept d’espace public à celui de relations publiques généralisées; Espace public (dossier de l’Agora); L’espace public par Habermas ; Droits et démocratie, compte-rendu.

L’espace public lieu de mise à l’épreuve de l’opinion pour l’émergence de l’opinion publique, est-il en train de s’éteindre sous le poids des mass medias, de la contamination du discours et du travail journalistiques par ceux des relations publiques ? Alors que beaucoup de raisons pourraient nous faire douter et penser que “les jeux sont faits”, les acteurs ont des pouvoirs trop disproportionnés… certains aspects de la conjoncture actuelle et recente nous portent à garder espoir : multiplication des sources d’information; des moyens de communication latérale et indépendante des grands médias… La détermination de l’orientation et des axes de développement des médias de même que l’accessibilité aux nouvelles technologies sont partie intégrante des enjeux sociaux fondamentaux, tels l’accès aux soins de santé ou à l’éducation.

trois jours de repos

Je décroche et débranche tout ! Je m’en vais trois jours à St-Benoît-du-lac, écouter du chant grégorien (vous pouvez aussi en écouter quelques extraits sur le site de St-Benoît et aussi ici et – documents “MOV”).

Avant de reprendre le collier (et la croix !) je vais aller respirer… et entendre le silence.

À +