données administratives utiles

[RESEARCH] Use of administrative data or clinical databases as predictors of risk of death in hospital: comparison of models: « Objective To compare risk prediction models for death in hospital based on an administrative database with published results based on data derived from three national clinical databases: the national cardiac surgical database, the national vascular database and the colorectal cancer study. »(Via BMJ Online First.)

À l’heure où l’on expérimente différentes formes de suivis et tableaux de bords, il peut être intéressant de voir que les données recueillies à des fins aadministratives peuvent aussi servir à prédire les risques et éventuellement les réduire.

l'éthanol polluant; haute pression : c'est dans la tête; la dépression, pas sûr…

Étude : Les véhicules qui fonctionnent à l’éthanol seraient plus polluants que ceux n’utilisant que de l’essence: « Les véhicules qui fonctionnent à l’éthanol seraient plus polluants que les véhicules n’utilisant que de l’essence. Ils provoqueraient même davantage de maladies et de décès. »

Découverte : La haute pression sanguine serait d’origine cérébrale, selon un chercheur britannique: « La haute pression sanguine serait d’origine cérébrale, et non un problème relié au coeur, aux reins ou aux vaisseaux sanguins, comme l’estimaient traditionnellement les chercheurs. »

Pas moins de 25 % des diagnostics de dépression nerveuse sont erronés, avancent des chercheurs américains: « Un quart des diagnostics de dépression nerveuse sont erronés, avancent des chercheurs américains qui ont réétudié le dossier de 8000 personnes chez qui des médecins avaient diagnostiqué cet état. »

(Via R-C | Science et santé.)

Les apparences sont souvent trompeuses, les remèdes pas toujours sûrs et les problèmes pas toujours où l’on croit.

Adieu JeanD

Un fichier MP3, 2min38s Parti sans laisser d’adresse (4,8Mo)

    listennow (1K)

(il se peut que vous ayez à cliquer plus d’une fois…sur le vert, puis le rouge…)

À Jean D.

Parti sans laisser d’adresse

Il est trop tard pour te dire à quel point ta présence tranquille était appréciée, apaisante.

Trop tard pour la faire, cette randonnée promise.

Parti sans dire au revoir, tu nous laisses pantois. Avec ce remord, cette blessure, ce regret de tout ce que nous aurions pu faire encore et que nous avons reporté comme si la vie n’était pas aussi courte, comme si le temps ne nous était pas compté.

Je t’en veux, Jean D. pour ce que tu n’as pas dit, pour cet orgueil sans fond qui nous empêche de tendre la main.

Tous ces moments évanescents, ces occasions ratées; tous ces silences qui deviennent lourds rétrospectivement. Continuer la lecture de Adieu JeanD

DrupalEd

L’environnement complet, enfin ! La totale… espace personnel, espace de groupe. création de groupes de travail par les individus, possibilité de créer des espaces formels d’apprentissanges, plateforme de « podcasting » (diffusion audio ou audio-visuelle), espace WIKI (moyen d’écriture et de correction d’un texte à plusieurs mains – le plus connuétant Wikipédia), blogs, espaces de dépots de fichiers et d’images personnels, possibilité de créer des espaces privés (sur invitation seulement), agendas de cours et travaux, calendrier d’événements, création de listes d’amis, de références construites (social bookmarking)… Que vouloir de plus ? le moyen de retrouver le bas manquant dans la sècheuse ? C’est compris !! -par FunnyMonkey – et Stephen Downes

Reste à trouver une communauté de pratiques intéressée…

Some of the functionality within this site includes:

  • a personal workspace;
  • a group workspace;
  • the ability for site members to create informal working groups;
  • the ability to create formal class spaces;
  • a podcasting platform;
  • a WYSIWYG text editor;
  • wiki functionality;
  • personal and class blogs;
  • rss feeds for the entire site, individual courses, individual terms, and individual users;
  • personal image galleries;
  • personal file repositories;
  • the ability to create private, invitation-only groups;
  • social bookmarking, with searching within bookmark descriptions;
  • spam protection;
  • assignment calendars by course;
  • event calendars for site-wide events;
  • configurable user profiles with searchable text descriptions;
  • the ability to create lists of « friends » among site members;
  • the ability to find the missing sock in the dryer.

de la place à l'amélioration pour la santé publique

La réduction des écarts entre riches et pauvres en termes d’années de vie perdues a été importante au cours des 25 dernières années au Canada. La différence en années de vie perdues « attribuables à une cause traitable médicalement » a chuté de 60% pour les hommes et 78% pour les femmes… alors que la différence (l’écart) attribuable à des causes liés à la santé publique a augmenté de 1% pour les hommes et de 20% pour les femmes. L’article conclue qu’il y a donc un potentiel de développement du côté santé publique. [Journal of Epidemiology and Community Health] – tiré du Quotidien de Stat-Can.

Façon optimiste de voir les choses… On pourrait dire en regard des mêmes données que « l’effet de société » sur la santé a été délétère alors que le système de soins avait un impact positif. Ce qui devrait donner des arguments pour des investissements en prévention et promotion de la santé… s’il y avait une volonté politique, et une volonté collective : c’est pas que de la faute aux politiciens… Je n’ai pu lire que le résumé de l’article pour le moment. Si je mets la main sur l’article complet j’y reviendrai.

même prix !

Hard Copy $18.95 Add to Cart
PDF $18.95 Add to Cart

Que des capitalistes vulgaires nous prennent pour des idiots et nous vendent au même prix les copies papiers et numériques de documents… on peut comprendre même si ça demeure inexcusable. Que des phares sur les questions environnementales fassent de même, comme c’est le cas avec ce rapport annuel de Worldwatch, c’est… pour le moins paradoxal. J’ai pas le goût de sortir mon anglais ce matin, mais je compte bien leur envoyer une petite note.

à qui appartiennent ces textes ?

Comment peut-on accepter, sous quelle logique biscornue, que des documents d’intérêt public (enfin il faut le supposer puisque c’est le public qui a payé pour la production de ces documents) ne soient publiés qu’en format PDF « barrés » : sans qu’on puisse en copier un seul mot.

Des exemples ? Je dois actuellement rassembler des informations (statistiques, chiffres et expériences) autour du thème de la santé mentale pour alimenter la réflexion de notre institution à propos des services que nous rendons et que nous devrions rendre dans ce domaine.

La problématique du suicide est importante au Québec, avec un taux des plus élevés au monde. Dans le quartier où je travaille, le taux de suicide (33 pour 100 000) est plus du double de celui du Québec . Je trouve une étude, sur le site de la Santé publique de Montéal: Vers une meilleure continuité de services pour les personnes suicidaires : évaluation d’implantation du protocole MARCO. Cent quarante-six pages d’information sur le phénomène, les moyens de le prévenir…

copier.jpgJ’aurais bien aimé pouvoir inclure quelques paragraphes et tableaux tirés de cette étude dans la synthèse à laquelle je travaille. Non. Pas possible. Même chose pour un autre document sur la santé mentale, produit par la même direction de la santé publique. En fait pour tous les documents de la série des portraits sociosanitaires réalisés pour chaque CSSS. Ce sont des documents supposés servir à l’orientation de l’action des CSSS… mais on ne peut en copier une ligne.

Même les universitaires ne sont pas aussi protecteurs de leurs publications : ils souhaitent habituellement que leurs idées circulent, que leurs papiers soient cités par d’autres. Cela ne semble pas être le cas de ces auteurs…

Ajout : (2007.04.11) Je crois que le titre de ce billet pourrait porter à confusion : je ne veux pas nier la responsabilité personnelle et professionnelle des auteurs de ces textes. Je ne veux même pas me prononcer sur la question des droits d’auteur, à partager (parfois) entre l’employeur et l’employé… Je voulais seulement lancer un cri au nom de ceux qui veulent utiliser ces textes… Un débat qui a conduit certains centres de recherche, notamment celui du LAREPPS, le CRISES à l’UQAM, le CRDC à l’UQO… à ne pas « barrer » leurs textes, au risque de voir des gens les plagier. L’argument de certains « protectionnistes » est qu’ils ne veulent pas que les gens les utilisent n’importe comment. Drôle. Vraiment.