Gilles en vrac… depuis 2002

Avoir trop – ch. 1

Introduction à la philosophie du limitarisme

par Ingrid Robeyns

© 2023 Ingrid Robeyns, CC BY-NC-ND 4.0 https://doi.org/10.11647/OBP.0338.01
Chapitre premier de l’OpenBook : Having Too Much : Philosophical Essays on Limitarianism (traduction par OneNote de Microsoft).

1. L’intuition de base du limitarisme

Nous connaissons tous les nombreuses raisons pour lesquelles nous devrions lutter contre la pauvreté. Les pauvres n’ont pas assez d’argent pour subvenir à leurs besoins fondamentaux, sont exclus de la société, ne reçoivent souvent pas le respect qu’ils méritent ou peuvent devenir des proies faciles aux mains de ceux qui veulent les dominer. Dans les domaines des biens matériels et immatériels, il existe une compréhension généralisée de ce que cela signifie lorsqu’une personne est privée, c’est-à-dire lorsqu’elle n’a pas assez de biens importants tels que le revenu, la richesse, le pouvoir, l’autorité, l’eau, la nourriture, le logement ou l’énergie. Pratiquement tout le monde, quelle que soit son orientation politique, est d’accord pour dire que chaque personne devrait avoir accès à suffisamment de ce qui compte.

Si l’affirmation est faite que nous devrions, si possible, éviter la pauvreté, elle est souvent faite comme une affirmation morale qui suggère que la pauvreté est mauvaise ou mauvaise (certaines personnes non altruistes pourraient ne l’approuver que comme une revendication instrumentale, par exemple parce qu’elles ne se soucient que de la sécurité physique et de la stabilité, et espèrent que l’éradication de la pauvreté leur évitera d’être confrontées à des fourches). Nous pourrions en faire une revendication politique en disant que nos institutions sociales devraient être conçues pour éviter la pauvreté dans la mesure du possible (et certains pourraient ajouter dans la mesure où éviter la pauvreté ne se fait pas par une plus grande perte d’autres valeurs importantes).

Mais peut-on aussi dire qu’il y a des situations dans lesquelles quelqu’un en a trop ? Et quelles raisons y a-t-il de s’inquiéter que quelqu’un en ait trop ? Ce sont les questions qui sont au cœur du projet limitarien.

Ce n’est pas seulement une question pertinente pour les philosophes politiques. Dans la société en général, il existe de nombreux cas où les citoyens ou les commentateurs affirment que certaines personnes prennent, reçoivent ou acquièrent trop. Les fortunes des milliardaires les plus riches sont devenues si inconcevables que les journalistes, les activistes et les artistes tentent de trouver des moyens de les visualiser afin de les rendre compréhensibles. Par exemple, la liste Forbes des milliardaires du monde 2022 estime que la plus grande fortune d’un individu est de 251 milliards de dollars, soit 251 000 000 000 de dollars, possédée à un moment donné en 2022 par Elon Musk. Essayez de comparer cela avec, par exemple, 40 000 $, qui est le salaire moyen d’un ouvrier de production chez Tesla (la plus grande entreprise de Musk). Mais il y a aussi une indignation morale et politique face aux avoirs financiers de personnes beaucoup moins riches, comme celles des PDG en Europe qui gagnent plusieurs millions d’euros chaque année – y compris les directeurs de banques qui ont dû être sauvées lors des crises financières de 2018 – ou des entreprises de combustibles fossiles comme Shell qui sont critiquées pour avoir ralenti la décarbonisation profonde si nécessaire pour garder la planète habitable pour les humains. Certains multimillionnaires, cependant, se sont organisés, dans des groupes tels que les Patriotic Millionaires, et s’engagent dans un activisme politique qui vise à réduire les inégalités économiques en faisant payer plus d’impôts aux super-riches.

Le limitarisme dit qu’à un moment donné, on gagne ou accumule, on a trop. Le point de vue est que personne ne devrait avoir plus qu’une certaine limite supérieure de certains biens ou ressources qui sont rares et précieux. Le plus largement examiné de ces biens est l’argent, soit sous forme de revenu, soit sous forme de richesse. Mais le limitarisme s’applique également à d’autres biens rares et précieux, tels que les services que les écosystèmes rendent aux êtres humains ou la capacité de l’atmosphère à absorber les gaz à effet de serre.

Ce volume rassemble le débat philosophique de pointe sur le limitarisme en présentant des articles qui ont déjà été publiés aux côtés de nouveaux travaux sur le sujet.1 L’idée que l’on peut avoir trop peut sembler étrange à ceux qui ont été élevés avec des valeurs néolibérales dans les sociétés capitalistes contemporaines, mais elle a été défendue par de nombreux penseurs dans le passé. Il y a plus de 2000 ans, Platon a soutenu dans Les Lois que dans la polis idéale, il n’y aurait ni misère ni grande richesse, car si l’un ou l’autre existait, la ville serait soumise à la guerre civile. Il propose donc que la propriété ne soit pas supérieure à quatre fois la limite de pauvreté au maximum (Platon 2016, 744e). Comme Matthias Kramm et moi-même l’avons montré dans notre vue d’ensemble de la philosophie politique occidentale2, il y a eu des penseurs de diverses traditions qui ont plaidé pour des limites supérieures à l’acquisition et à la possession de richesses ou à la consommation (cette dernière présuppose généralement mais n’implique pas la première). Pourtant, les arguments de la philosophie politique occidentale contemporaine prennent souvent des formes différentes des arguments passés. En particulier, les arguments passés reposaient souvent sur l’éthique de la vertu et une identification de l’éthique avec le politique, tandis que les arguments contemporains sont généralement fondés sur une forme de philosophie politique qui tente d’éviter les jugements moraux sur le caractère et les choix personnels faits en dehors du domaine public.

J’ai inventé le terme « limitarisme » dans un article que j’ai commencé à développer en 2012 et qui a finalement été publié dans l’annuaire annuel NOMOS 2017 de l’American Society for Political and Legal Philosophy (Knight et Schwartzberg 2017). Cet article est reproduit ici en tant que chapitre 2. D’autres travaillaient sur des idées similaires ; le plus frappant, Christian Neuhäuser (2018) a publié un livre entier sur les problèmes moraux de la concentration des richesses (en allemand) sans qu’aucun de nous ne connaisse le travail de l’autre. Au cours des cinq dernières années, une littérature restreinte mais en croissance rapide a émergé sur ce sujet. J’ai eu la chance de recevoir une bourse Consolidator du Conseil européen de la recherche, qui a permis à une équipe plus importante de théoriciens politiques et de philosophes de travailler sur les questions des limites de l’appropriation des ressources écologiques et économiques. Le développement de ce petit domaine de la littérature a également été facilité par plusieurs ateliers et conférences consacrés à des discussions savantes sur le limitarisme.3 Ce volume vise à rassembler ces articles clés publiés, ainsi que plusieurs arguments nouveaux. Et comme ce volume sera publié en anglais ainsi qu’en espagnol, il rendra ces textes plus facilement accessibles aux étudiants et aux chercheurs de deux grandes communautés linguistiques universitaires.

2. Objectifs de ce volume

Ce volume a trois objectifs principaux.

Le premier est de fournir une discussion de pointe sur le limitarisme – dans la mesure où cela est possible lorsqu’il y a une littérature en évolution rapide.4 Comme tous les chapitres de livres qui paruraient auparavant sous forme d’articles n’ont pas été publiés en libre accès, l’un des objectifs de ce volume est de rendre plus d’articles sur le limitarisme accessibles à tous. Étant donné que ce volume sert également de dernière publication collective du projet Fair Limits, notre sélection d’articles réimprimés s’est concentrée sur les articles publiés dans le cadre de ce projet.

Le chapitre 2 est une réimpression du chapitre « Avoir trop » dans lequel le limitarisme a été introduit (Robeyns 2017). Le chapitre 3 est une réimpression de Kramm et Robeyns (2020), dans lequel nous avons donné un bref aperçu de ce que l’on pourrait considérer comme des « prédécesseurs » du limitarisme dans l’histoire de la philosophie occidentale. De toute évidence, cette vue d’ensemble n’est pas complète, et pas seulement parce qu’elle laisse de côté l’histoire des diverses philosophies non occidentales. Par exemple, Eric Schliesser a fait valoir que Spinoza devrait être lu comme approuvant une forme qualifiée de limitarisme dans son compte rendu de la monarchie idéale qu’il a écrit au XVIIe siècle (Schliesser 2021). Un autre exemple trouvé par Schliesser (2022) est celui de L.T. Hobhouse, qui a fait des affirmations limitariennes explicites dans son livre de 1911 Liberalism. Nous pouvons nous attendre à ce qu’une discussion accrue sur ce sujet révèle davantage de penseurs historiques qui ont fait des affirmations limitariennes.

Le chapitre 4 est une réimpression de l’article de Danielle Zwarthoed « Autonomy-based Reasons for Limitarianism », qui soutient que pour protéger l’autonomie morale des personnes, une société doit limiter la richesse d’une personne (Zwarthoed 2019). Le chapitre 5 est une réimpression de l’article de Dick Timmer « Limitarianism : Pattern, Principle or Presumption » dans lequel il analyse précisément quel type de principe le limitarisme est (ou pourrait être), et dans lequel il défend le limitarisme en tant que principe de niveau intermédiaire ainsi que sur des bases présomptives (Timmer 2021b). Les chapitres 6 et 7 sont des réimpressions d’un symposium de deux articles récemment publié dans The Journal of Political Philosophy dans lequel Robert Huseby (2022) a soutenu que le limitarisme est superflu car il peut être réduit soit au suffisantarisme, soit à l’égalitarisme. Dans le deuxième article (Robeyns 2022), j’ai répondu à ces objections et j’ai également clarifié l’idée de limitarisme (voir également la section 3 de cette introduction). J’ai également approuvé l’affirmation qui a été récemment explicitement défendue par Liam Shields (2020) dans le contexte du suffisamisme, et qui s’appuie sur des arguments antérieurs de John Roemer (2004), selon laquelle nous devrions nous orienter vers des comptes hybrides ou multi-principes de la justice distributive, ce qui était en effet la propre théorie de la justice de Rawls (Rawls 1971). Les raisons de combiner des seuils suffisants avec des seuils limitatifs dans un compte rendu complet de la justice sociale ou distributive sont développées plus en détail dans le nouvel article de Colin Hickey dans ce volume (chapitre 9).

Dans son article, Huseby critique également l’argument présomptif du limitarisme avancé par Timmer (reproduit ici au chapitre 5). Dans le chapitre 8 de ce volume, « Presumptive Limitarianism : A Reply to Robert Huseby », Dick Timmer répond à la critique de Huseby en révisant en partie et en clarifiant davantage sa défense du limitarisme présomptif.

Le deuxième objectif de ce volume est d’avancer de nouveaux arguments dans ce débat. Dans le chapitre 9, « Sufficiency, Limits, and Multi-threshold Views », Colin Hickey soutient qu’il y a de bonnes raisons pour que les suffisantariens approuvent également le limitarisme et que les limitariens approuvent le suffisantarisme. Il propose également quelques réflexions spéculatives sur un lien conceptuel nécessaire entre les deux. Il termine le chapitre en expliquant pourquoi nous ne devrions pas être surpris que la plupart des comptes rendus plausibles de la justice distributive soient des vues à seuils multiples contenant au moins un seuil suffisant et un seuil limitatif.

Dans le chapitre 10, « Un argument néo-républicain pour le limitarisme », Elena Icardi analyse si les néo-républicains devraient approuver le limitarisme, et si oui, sous quelle forme. Elle soutient que puisque la liberté en tant que non-domination est fondée sur le fait que les citoyens ont une chance égale d’influencer politiquement, et puisque cette égalité est menacée à la fois par le fait que les super-riches bénéficient de plus d’opportunités et par le fait que les contraintes institutionnelles formelles ne peuvent l’empêcher que dans une mesure minimale, le néo-républicanisme devrait approuver un seuil limitatif. Cependant, contrairement à Adelin Costin Dumitru (2020), Icardi soutient qu’un tel seuil devrait être imposé dans les endroits où les riches dominent la démocratie en raison de leur richesse, plutôt que là où ils possèdent plus de ressources qu’ils n’en ont besoin pour s’épanouir pleinement.

Dans le chapitre 11, Christian Neuhäuser fournit une nouvelle raison du limitarisme, qui est basée sur la notion de respect de soi comme bien fondamental primaire. Il soutient que le limitarisme est nécessaire pour protéger le respect de soi de tous les membres de la société afin qu’ils puissent développer un sentiment d’estime de soi et profiter de la liberté de poursuivre leurs propres idées de la bonne vie et des projets que cela implique. Cela implique, selon Neuhäuser, que la théorie de la justice de Rawls devrait approuver le limitarisme, soit en interprétant le principe de différence d’une manière qui inclut un seuil supérieur, soit en l’ajoutant comme principe supplémentaire.

Le troisième objectif du volume est de rapprocher l’analyse philosophique des limites supérieures de la richesse et l’analyse des limites supérieures de l’utilisation des ressources écologiques. Le limitarisme ne doit pas se limiter aux seules questions de richesse, et pourrait également être considéré en relation avec les questions d’utilisation des ressources écologiques.

Le chapitre 12 est une réimpression de l’article de Colin Hickey (2021) « Climate Change, Distributive Justice and ‘Pre-institutional’ Limits on Resources Appropriation », dans lequel il soutient que les limites pré-institutionnelles sur l’utilisation de la capacité d’absorption de l’atmosphère peuvent être justifiées sur la base de plusieurs théories éthiques. Le chapitre 13 est une réimpression de l’article de Fergus Green dans lequel il se penche sur la question des limites dans la sphère des ressources écologiques dans un cadre non idéal et institutionnel (Green 2021). Enfin, dans le chapitre 14, Tim Meijers se tourne vers les générations futures et pose deux questions. Premièrement, avons-nous des raisons liées à la justice intergénérationnelle pour soutenir le limitarisme économique compris comme des limites à la richesse actuelle ? Il soutient que si nous devons aux générations futures des institutions justes, nous avons des raisons d’empêcher l’enracinement de la richesse et de prévenir les inégalités futures. Deuxièmement, si nous allons au-delà du limitarisme économique et examinons également les limites écologiques, à quoi ressemblerait une vision limitarienne qui prend comme point de départ les préoccupations concernant les générations futures ?

3. Quelques développements clés dans la littérature

Il n’est pas surprenant que lorsqu’une idée est mise en avant et défendue, la conceptualisation de l’idée elle-même, ainsi que les raisons possibles de ce point de vue, changent en réponse à d’autres discussions et critiques. Dans ma réponse à Huseby (2022), j’ai déjà souligné certains de ces changements, et j’aimerais profiter de cette occasion pour souligner un changement important en particulier et expliquer le contexte qui le motive.

Lorsque j’ai commencé à écrire sur le limitarisme en 2012, j’ai d’abord été motivé par deux questions. Premièrement, peut-on tracer de manière plausible l’opposé d’un seuil de pauvreté, c’est-à-dire une ligne représentant une quantité de ressources matérielles telle que l’on a plus que ce dont on a besoin pour une vie épanouie au maximum ? Et deuxièmement, quelles raisons pourrait-il y avoir pour prétendre que l’argent au-dessus de cette ligne devrait être redistribué à d’autres ou utilisé pour résoudre des problèmes qui, s’ils étaient résolus, amélioreraient l’épanouissement de ceux qui sont moins bien lotis ? Les réponses à ces questions sont venues sous la forme du récit des richesses (Robeyns 2017 : 14-30) et de l’argument des besoins urgents non satisfaits (Robeyns 2017 : 10-14) que j’ai fourni. Le récit des richesses et les objections à ce récit constituent en effet une grande partie de cet article et ont été développés en premier. Lorsque j’ai développé l’article fin 2013 et début 2014, j’ai réalisé (sans doute en discutant avec des interlocuteurs) que la menace pour l’égalité politique pourrait être une raison au moins aussi importante de s’opposer à une concentration excessive des richesses, et j’ai donc ajouté l’argument démocratique comme deuxième argument en faveur du limitarisme. Cependant, je n’ai pas demandé à l’époque si la ligne de richesse – le niveau auquel une personne s’épanouit pleinement et ne peut pas dépenser plus d’argent pour améliorer son épanouissement (si nous utilisons une explication politique et purement matérialiste de l’épanouissement) – est également la limite supérieure appropriée qui est suffisante pour protéger la valeur de l’égalité politique. Les discussions au sein de l’équipe Fair Limits et entre les participants à un atelier à Utrecht en janvier 2019 ont clairement montré que les différentes valeurs sous-jacentes que le limitarisme vise à protéger pourraient nécessiter des seuils limitariens différents, et que certains de ces seuils devraient être relatifs, plutôt qu’absolus (c’était également le point de vue de Platon, lorsqu’il a soutenu que la limite supérieure de propriété ne devrait pas dépasser quatre fois ce que les plus pauvres ont). Au moment de la rédaction de cette introduction, plusieurs articles ont été publiés qui plaident en faveur de seuils relatifs, pour des raisons conceptuelles ou normatives (Harel Ben Shahar 2019 ; Alì et Caranti 2021 ; Caranti et Alì 2021 ; Timmer 2021a ; voir aussi le chapitre d’Icardi dans ce volume).

Bien que je pense toujours que la bonne conceptualisation de la richesse (c’est-à-dire le concept qui signifie l’opposé symétrique de la pauvreté) est un seuil absolu et peut être appelée de manière plausible « la ligne des richesses », je suis d’accord que la ligne des richesses n’est qu’un des nombreux seuils limitatifs possibles. De même, si l’argent au-dessus de la ligne de richesse qu’une personne riche possède peut toujours être appelé « argent excédentaire » ou « richesse excédentaire » (c’est-à-dire l’argent qu’elle ne peut pas utiliser pour prospérer au sens spécifique décrit ci-dessus), le terme plus général pour l’argent au-dessus du seuil limite est « richesse excédentaire » ou « argent excédentaire » (Robeyns 2022 : 253-254). Cet élargissement et cette généralisation des éléments conceptuels du limitarisme sont non seulement nécessaires pour donner à l’argument démocratique son dû, mais aussi pour permettre le développement et l’étude d’un plus large éventail de théories limitariennes.

Une autre évolution dans la littérature est qu’il est maintenant évident qu’il existe un large éventail de raisons pour le limitarisme. Les deux premières raisons étaient l’argument des besoins urgents non satisfaits, qui est essentiellement une modification de l’argument utilitariste proposé par des chercheurs tels que Peter Singer (1972), et l’argument démocratique, qui vise à protéger l’égalité politique comprise comme une influence politique égale. Daniel Zwarthoed (2019) a ajouté un argument basé sur l’autonomie morale ; Christian Neuhäuser (2018) a ajouté un argument fondé sur la dignité humaine ; Neuhäuser (2018) et Robeyns (2019) ont ajouté des raisons écologiques au limitarisme ; et Dumitru (2020) et Icardi (ce volume) ont développé des arguments basés sur la liberté républicaine. De plus, plusieurs théoriciens ont fait valoir que le limitarisme devrait fonctionner avec des seuils relatifs, plutôt qu’avec un seuil absolu (par exemple, Harel Ben Shahar 2019, Alì et Caranti 2021 ; Caranti et Alì 2021). Dans la mesure où différentes théories politiques ont souvent une valeur maîtresse à laquelle elles donnent la priorité lexicale sur d’autres valeurs, on peut se demander s’il existe un large consensus concernant le limitarisme dans différentes théories politiques, bien que différents théoriciens l’approuvent pour des raisons différentes. Ce serait certainement une force de ce point de vue, surtout en ce qui concerne les recommandations politiques et la conception des institutions.

4. Orientations futures

Les articles de ce volume soulèvent déjà un certain nombre de questions pour des recherches plus approfondies. Mais d’autres questions ont été soulevées au fil des ans. J’en discuterai quelques-unes dans cette section, ou suffisamment pour montrer que ces questions sont diverses et donnent lieu à un programme de recherche important, mais je ne vise pas à fournir un aperçu exhaustif.

Premièrement, il sera vital pour les philosophes de savoir si le limitarisme est simplement une vision morale sans implications institutionnelles (et donc pas une vision politique), ou s’il s’agit d’une vision politique, ou d’une combinaison des deux. S’il s’agit d’une combinaison, à quoi ressemblerait exactement une telle combinaison ? 5

Deuxièmement, divers arguments ont été avancés dans la littérature en faveur de seuils limitariens absolus ou relatifs. Dans l’article dans lequel le limitarisme a été introduit, j’ai défendu un seuil absolu, mais comme je l’explique dans la section précédente, cela a été motivé par mon projet de développer une ligne de richesses. C’est, à mon avis, le seuil limite approprié pour l’argument des besoins urgents non satisfaits (bien qu’il soit utile de souligner que cela n’épuise pas tous les devoirs pour répondre à ces besoins, et qu’il y a de très bons arguments pour expliquer pourquoi ceux qui sont en dessous de la ligne de richesse ont également certains devoirs, bien que peut-être moins stricts). Pourtant, plusieurs philosophes ont, à juste titre à mon avis, soutenu que l’argument démocratique, qui se concentre sur l’évitement de la domination matérielle dans la sphère politique, a besoin d’un seuil relatif (Harel Ben Shahar 2019 ; Alì et Caranti 2021 ; Caranti et Alì 2021). Dans un article à paraître, Lisa Herzog propose une autre raison d’un seuil relatif comme moyen de prendre en compte les effets potentiellement négatifs des biens positionnels (Herzog à paraître). Ainsi, en principe, les seuils pourraient être absolus ou relatifs, et différentes raisons de limitation donnent lieu à des seuils différents (Harel Ben-Shahar 2019 ; Timmer, 2021a). Les raisons exactes pour lesquelles les seuils doivent être relatifs et absolus, et si des options hybrides sont possibles, nécessitent une réflexion plus approfondie.

Troisièmement, tant que l’on n’approuve qu’une seule raison de limiter les limites, on n’a peut-être pas besoin de s’embêter avec plusieurs seuils ; Mais que se passe-t-il si l’on endosse de multiples raisons de limitarisme, ce qui conduit à de multiples seuils ? Les choses pourraient devenir encore plus compliquées si certains de ces seuils multiples sont absolus et d’autres sont relatifs. Cela soulève de nouvelles questions. Une nouvelle question que cela soulève est de savoir quelle est la relation entre ces seuils et s’il existe des conflits possibles entre eux. Une autre question est de savoir comment, s’il y a des compromis entre les objectifs de rester en dessous de plusieurs seuils limitariens distincts, nous devrions analyser ces compromis et y répondre. Récemment, Dick Timmer (2021c) a fait progresser notre compréhension conceptuelle de ce qui constitue un seuil dans les théories de la justice distributive et a expliqué pourquoi les seuils dans les comptes rendus de la justice distributive n’ont pas besoin d’être arbitraires. Mais des travaux supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine, y compris au niveau de l’analyse normative. Une autre piste de recherche possible est de savoir si la question de la nature morale ou politique du limitarisme peut être mise en œuvre pour résoudre les conflits possibles entre plusieurs seuils limitariens.

Quatrièmement, comment devrions-nous déterminer exactement ces seuils ? Quelles sont les méthodes appropriées pour le faire ? Est-ce quelque chose que les philosophes peuvent faire par eux-mêmes (je soupçonne que non), et si non, les philosophes doivent-ils prendre en compte les contraintes de recherche des sciences empiriques avec lesquelles ils collaborent ? Est-il méthodologiquement judicieux d’obtenir une ligne de richesse (donc un seuil absolu et basé sur l’épanouissement ou la qualité de vie), qui est basée sur une enquête de vignettes, comme l’a fait une équipe interdisciplinaire de l’Université d’Utrecht ?6 Ou cela devrait-il se faire uniquement avec des groupes de discussion et faut-il encore utiliser d’autres méthodes, par exemple en laissant les citoyens participants utiliser quelque chose comme des briques Lego pour construire leur répartition idéale de la richesse, comme l’a fait une équipe basée à la LSE à Londres ?7 Et comment pouvons-nous estimer les limites supérieures lorsque la raison du limitarisme n’est pas de répondre à des besoins urgents mais plutôt de protéger la démocratie, ou une toute autre raison ?

Cinquièmement, dans la mesure où nous nous intéressons au limitarisme en tant que contribution à la théorisation de la justice distributive, il est clair comme de l’eau de roche qu’il ne fournit qu’une partie d’un compte rendu de la justice distributive. Cela soulève la question de savoir à quoi ressemblerait un compte rendu (plus) complet de la justice distributive, qui inclurait un ou plusieurs seuils supérieurs. S’appuyant sur les travaux de John Roemer (2004), Liam Shields (2020) plaide pour une théorie pluraliste de la justice distributive, qui consiste en des principes distributifs ordonnés lexicalement et permet également une pluralité de monnaies de justice. Comme Shields le souligne à juste titre, la théorie de la justice de Rawls contient à la fois de multiples principes et de multiples métriques. Si le limitarisme doit jouer un rôle dans une théorie de la justice distributive, la question est de savoir quel rôle il jouerait dans une telle combinaison de principes et de monnaies.

Sixièmement, si des principes limitariens sont proposés non seulement pour un bien rare de valeur – comme l’argent – mais pour plusieurs biens, par exemple si nous ajoutons des biens tels que notre utilisation de la capacité de l’atmosphère à absorber les gaz à effet de serre, alors des problèmes supplémentaires se posent. Une question importante est de savoir quel effet un seuil limite dans une métrique distributive a sur les principes distributifs dans une autre métrique. Un exemple concret et extrêmement pertinent est la question de savoir quelles sont les implications d’un principe limitarien dans le domaine des ressources écologiques pour les questions concernant la justice distributive dans le domaine de l’argent, et vice versa.

Septièmement, il y a encore beaucoup de travail à faire sur les implications politiques du limitarisme. Les philosophes pensent souvent que les implications politiques sont des éléments propres et soignés (par exemple, la modification des taux d’imposition), mais il semble beaucoup plus probable que les objectifs limitariens ne puissent être atteints que par un plan plus global composé de plusieurs mesures qui se situent dans une relation particulière les unes avec les autres. Par exemple, si nous voulons augmenter la fiscalité sur le capital, nous devrons peut-être d’abord fermer les paradis fiscaux internationaux, ou prendre d’autres mesures, comme condition préalable pour éviter un niveau massif de mobilité fiscale internationale.

Enfin, il y a beaucoup d’objections que l’on pourrait soulever au limitarisme, tant au niveau purement conceptuel qu’au niveau substantif-normatif. Certains des articles cités dans ce chapitre, ainsi que dans le symposium dirigé par Timmer et Neuhäuser (2022) ont formulé des objections au limitarisme. Mais il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire sur ce front – non seulement en formulant des objections, mais aussi en les analysant.

5. Remarques finales

Ce volume vise à faire progresser la recherche philosophique sur le limitarisme. Il tente de le faire en rassemblant et en rendant plus largement accessibles certaines publications antérieures sur le limitarisme, ainsi qu’en présentant des travaux novateurs sur le sujet. L’état actuel du monde souligne la nécessité de prendre au sérieux les limites de l’appropriation des ressources : les inégalités de revenu national et de richesse sont à leur plus haut niveau depuis des décennies et les plus riches n’ont jamais été aussi riches auparavant ; les effets débilitants de ces problèmes sur les structures et les pratiques démocratiques ne peuvent plus être niés ; et l’effet négatif disproportionné des modes de consommation des riches sur le changement climatique augmente. Nous devons donc nous demander s’il y a un point où quelqu’un en a trop. Nous espérons qu’avec ce volume, nous pourrons apporter une contribution scientifique à ce débat indispensable.

Reconnaissance

Pour vos commentaires sur une version antérieure de ce chapitre, je remercie Colin Hickey, Elena Icardi, Tim Meijers, Chris Neuhäuser et Dick Timmer. Le travail éditorial de ce volume et la rédaction de cette introduction ont été soutenus financièrement par le Conseil européen de la recherche (CER) dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (convention de subvention n° 726153).

Références

Alì, Nunzio et Caranti, Luigi. 2021. Dans quelle mesure les inégalités économiques sont-elles justes dans les démocraties libérales ? L’approche de la justice proportionnelle, philosophie et critique sociale, 47(7), 769-788. https://doi.org/10.1177/0191453720987865

Caranti, Luigi et Alì, Nunzio. 2021. Les limites du limitarisme. Pourquoi l’égalité politique n’est pas protégée par l’argument démocratique de Robeyns, Politica & Società, 89-116. http://doi.org/10.4476/100808

Davis, Abigail, Hecht, Katharina, Burchardt, Tania, Gough, Ian, Hirsch, Donald, Rowlingson, Karen et Summers, Kate. 2020. Vivre avec des revenus différents à Londres : le consensus public peut-il identifier une « ligne de richesse » ? Londres : Trust for London.

Dumitru, Adelin-Costin. 2020. Limitarisme républicain et suffisamisme : une proposition pour atteindre la liberté en tant que non-domination, Perspectives éthiques, 27(4), 375-404. https://doi.org/10.2143/EP.27.4.3289451

Green, Fergus. 2021. Limites écologiques : science, justice, politique et bonne vie. Boussole philosophique, 16, e12740, 1-14. https://doi.org/10.1111/phc3.12740

Harel Ben-Shahar, Tammy. 2019. Limitarianism and Relative Thresholds, manuscrit non publié, disponible sur SSRN : https://ssrn.com/abstract=3404687

Herzog, Lisa. Prochain. L’égalitarisme libéral au-delà de l’atomisme méthodologique. Dans : Ingrid Robeyns (Ed.). Pluraliser la philosophie politique : inégalités économiques et écologiques dans une perspective mondiale. Oxford : Oxford University Press.

Hickey, Colin. 2021. Changement climatique, justice distributive et limites « pré-institutionnelles » à l’appropriation des ressources, European Journal of Philosophy, 29, 215-235. https://doi.org/10.1111/ejop.12569

Huseby, Robert. 2022. Les limites du limitarisme. Journal de philosophie politique, 3, 230-248. https://doi.org/10.1111/jopp.12274

Knight, Jack et Schwartzberg, Melissa (éd.). 2017. Richesse. NOMOS LVIII : Annuaire de la Société américaine de philosophie politique et juridique. New York : NYU Press.

Kramm, Matthias et Robeyns, Ingrid. 2020. Limites à la richesse dans l’histoire de la philosophie occidentale, European Journal of Philosophy, 28, 954-969. https://doi.org/10.1111/ejop.12535

Malleson, Tom. 2023. Contre les inégalités. Les arguments pratiques et éthiques en faveur de l’abolition des super-riches. New York : Oxford University Press.

Neuhäuser, Christian. 2018. La richesse en tant que problème moral. Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp.

Platon. 2016. Les lois. Édité par Malcolm Schofield ; traduit par Tom Griffith. Cambridge : Cambridge University Press.

Rawls, John. 1971. Une théorie de la justice. Cambridge, MA : La presse Belknapp.

Robeyns, Ingrid. 2017. Avoir trop. Dans : Jack Knight et Melissa Schwartzberg (Eds). Richesse. NOMOS LVIII : Annuaire de la Société américaine de philosophie politique et juridique. New York : NYU Press, pp. 1-44. https://www.jstor.org/stable/26785948

Robeyns, Ingrid. 2019. Qu’est-ce qui ne va pas, le cas échéant, avec l’extrême richesse ? Journal du développement humain et des capacités, 20, 251-266. https://doi.org/10.1080/19452829.2019.1633734

Robeyns, Ingrid. 2022. Pourquoi le limitarisme ? Journal de philosophie politique, 30(2), pp. 249-270. https://doi.org/10.1111/jopp.12275

Robeyns, Ingrid, Buskens, Vincent, van de Rijt, Arnout, Vergeldt, Nina et van der Lippe, Tanja. 2021. À quel point est-ce trop riche ? Mesurer la ligne des richesses, Social Indicators Research, 154, 115-143. https://doi.org/10.1007/s11205-020-02552-z

Roemer, John E. 2004. Éthique distributive éclectique, politique, philosophie et économie, 3(3), 267-281. https://doi.org/10.1177/1470594X04046238

Schiessler, Éric. 2021. Spinoza et l’économie. Dans : Yitzhak Y. Melamed (Ed.). Un compagnon de Spinoza . Londres : Wiley Blackwell, p. 410-421.

Schiessler, Éric. 2022. Article de blog « Sur Hobsbown ». Digressions et impressions, https://digressionsnimpressions.typepad.com/digressionsimpressions/2022/06/on-hobhouse-with-some-mention-of-pareto-and-rawls.html

Boucliers, Liam. 2020. Suffisamisme, Philosophy Compass, 15, e12704. https://doi.org/10.1111/phc3.12704

Chanteur, Peter. 1972. Famine, richesse et moralité, Philosophie et affaires publiques, 1(3), 229-243.

Summers, Kate, Accominotti, Fabien, Burchardt, Tania, Hecht, Katharina, Mann, Elizabeth, et Mijs, Jonathan. 2022. Délibération de l’inégalité : un plan pour étudier la formation sociale des croyances sur l’inégalité économique, Recherche sur la justice sociale, 35, 379-400. https://doi.org/10.1007/s11211-022-00389-0

Timmer, Dick. 2019. Défendre l’argument démocratique contre le limitarisme : une réponse à Volacu et Dumitru. Philosophia, 47, 1331-1339. https://doi.org/10.1007/s11406-018-0030-6

Timmer, Dick. 2021a. Seuils et limites dans les théories de la justice distributive. Thèse de doctorat non publiée, Université d’Utrecht.

Timmer, Dick. 2021b. Limitarisme : modèle, principe ou présomption ? Journal de philosophie appliquée, 38, 760-773. https://doi.org/10.1111/japp.12502

Timmer, Dick. 2021c. Seuils dans la justice distributive. Utilitas, 33, 422−441. https://doi.org/10.1017/S0953820821000194

Timmer, Dick et Neuhäuser, Christian. Eds. 2022. Symposium sur le limitarisme. Théorie éthique et pratique morale, 25(5), pp. 717-791. https://doi.org/10.1007/s10677-022-10354-0

Volacu, Alexandru et Dumitru, Adelin Costin. 2019. Évaluation du limitarisme non intrinsèque. Philosophia, 47, 249-264. https://doi.org/10.1007/s11406-018-9966-9

Zwarthoed, Danielle. 2019. Raisons du limitarisme basées sur l’autonomie, théorie éthique et pratique morale, 21, 1181-1204. https://doi.org/10.1007/s10677-018-9958-7

1 Il a été impossible d’être complet, et certains articles importants et fins ont dû être laissés de côté, comme ceux de Volacu et Dumitru (2019), Timmer (2019), Alí et Caranti (2021), Caranti et Alí (2021) et Dumitru (2020). Voir aussi l’article de Harel Ben Shahar (2019), qui n’est pas publié mais a déjà été cité à plusieurs reprises, ainsi que la monographie de Neuhäuser (2018) et la thèse de doctorat de Timmer (2021a).

2 Reproduit ici en tant que chapitre 3.

3 Il s’agit notamment d’un atelier sur les principes de la justice distributive à Utrecht (janvier 2019) organisé par l’équipe Fair Limits ; de la conférence inaugurale de Bucarest sur la théorie politique analytique sur le thème « Seuils dans la justice : suffisance et limitarisme revisités » (juin 2019), organisée par Alexandru Volacu et ses collègues ; et d’un atelier sur le limitarisme à Dortmund (novembre 2019) organisé par Christian Neuhäuser et Dick Timmer.

4 Dans les dernières étapes de ce projet, Dick Timmer et Christian Neuhäuser (2022) ont publié un symposium de théorie éthique et de pratique morale sur le limitarisme, et Lisa Herzog (à paraître) a écrit un article sur l’égalitarisme libéral qui tire des implications pour le limitarisme. Le limitarisme est également défendu dans le nouveau livre de Tom Malleson (2023).

5 Je développe l’idée que, dans le monde actuel profondément inégalitaire et non idéal, le limitarisme devrait être une combinaison de revendications éthiques (personnelles) et de revendications morales et politiques dans mon prochain livre (à paraître début 2024 chez Allen Lane (Royaume-Uni) et Astra House (États-Unis)).

6 Voir Robeyns, Buskens, Van de Rijt, Vergelden et van der Lippe (2021).

7 Voir Davis et al. (2020) ; pour une réflexion méthodologique très intéressante de cette équipe, voir Summers et al. (2022).