inégalité socioéconomique et santé

Des programmes de prévention à développer…

Health inequities: lower socio-economic conditions and higher incidences of intestinal parasites: « The percentages of the students found to be infected with intestinal parasites, were 78 (39.6%) and 13 (13.4%) in SPS and UPS, respectively. Totally 91 (31.0%) of the students from both schools were found to be infected with at least one intestinal parasite. Giardia lamblia was found to be the most common pathogenic intestinal parasite and Blastocystis hominis was prevalent independently from the hygienic conditions. The factors which significantly (p <0.05) increase the incidence of intestinal parasites were uneducated and unemployed mother, lower social status of father, living in crowded houses with insufficient indoor spaces, using the tap water as drinking water, and living at shanty areas. » (Via BMC Public Health – Latest articles.)

plus de chefs que…

L’association des établissements de santé du Québec s’inquiète du nombre de surveillants et vérificateurs, évaluateurs et agrémenteurs qui viennent, chacun son tour, avec leurs exigences et leurs agendas, sans coordination.

On compte près de 20 instances et acteurs chargés de surveiller la qualité et la sécurité à l’intérieur de nos établissements en plus de 60 organismes ou groupes externes ayant une fonction d’évaluation de la qualité et de la sécurité, dont les conseils d’agrément, les ordres professionnels et les directions du MSSS (extrait de la ettre au sous-ministre).

C’est bien cette démarche. Si cela peut donner un peu plus de corps et de sens aux processus d’agrément qui, actuellement, sont tellement superficiels qu’on ne se donne pas la peine de créer des formules adaptées de sondages des personnels. Celles utilisées récemment dans un processus local étaient tellement plaquées sur les besoins des hôpitaux qu’une bonne partie des activités réalisées par les portions « CLSC » des CSSS actuels ne s’y retrouvaient pas. Alors non seulement y a-t-il pléthore de comités mais la multiplicité elle-même tend à réduire leur efficacité.

Lettre au sous-ministre Paquet

Mais le ministère continuera ses « visites surprises », comme un récent bulletin iMedia le soulignait.

gouvernance, économie sociale, planification stratégique

Le dernier bulletin du Chantier de l’économie sociale (malheureusement non encore en ligne) annonçait diverses ressources d’intérêt :

Sans être passé à travers les 492 pages sur la gouvernance démocratique, j’ai remarqué certaines ressources suggérées, telle ce guide de planification stratégique (PDF 58 pages) élaboré par l’organisation Civicus.

les espaces-logiciels de social networking

Après MySpace, Second Life, Facebooks, qui faisaient suite à Orkut, et autres Friendster… peut-on dire- que l’année 2007 fut celle du web social networking ? Je suis plutôt de l’avis de Kottke : les réseaux fermés (tel Facebook) sont beaucoup moins intéressants que ce que le web actuel peut offrir. Les efforts de certains pour créer un standard de Open social networking pourront peut-être faciliter les échanges et la mobilité des liens et de l’information entre ces réseaux.

Je n’ai pas fini de lire le dossier (et les liens) sur cette question dans la dernière livraison du bulletin du Online community report. La principale utilité que j’ai trouvée jusqu’ici à Facebook, c’est de m’avoir permis de contacter directement plusieurs de mes neveux et nièces à l’occasion des fêtes !

aussi : Wired : Slap in the Facebook

Vive le vent…

elf1.jpg

Alors, le temps des fêtes commence ? En tout cas la neige est déjà là ! J’ai pensé qu’une petite steppette déguisénaufrageur-8914.jpg en lutin serait de circonstance… (cliquez sur l’image et attendez le chargement… qui peut être un peu lent, j’ai l’impression que l’idée risque d’être reprise. Je l’ai piquée chez Dave, qui n’est pas le moins populaire des blogueurs !).

Mais avant ça je suis passé quelques temps dans les rues de Montréal… pas très longtemps, moins que j’avais imaginé en fait : mon appareil se remplissait de neige assez vite, merci ! Mais j’ai eu le temps de prendre quelques photos

Petit cadeau, si vous aimez la couleur : Kuler un « mélangeur » ou harmoniseur extra ! En particulier, essayez le « create ».

merci Konrad

Non, pas Black mais Yakabusky ! Il a souvent la plume acérée, le commentaire juste. Encore ce matin, sur la question de la fusion des bourses de Montréal et Toronto, il ne mâche pas ses mots : Montreal can kiss its exchange goodby. C’est raffraichissant d’entendre quelqu’un dire clairement les choses, sans tenter de ménager les susceptibilités, les rêves, la chèvre, le chou… Raffraichissant mais pas nécessairement drôle ! Si la logique économique transcende les différences culturelles (parce que nous voulons que nos investissements et nos pensions rapportent le maximum), amenant l’inexorable concentration des centres de décisions… il nous reste quoi ? Le quartier des spectacles ? On se met tous à danser la claquette !

Sur un autre sujet, le même journaliste du G&M, traçais récemment un portrait très intéressant : le poids des Finlandais dans le monde des forestières et papetières. Comparant le dossier canadien à celui de cette petite nation innovatrice, il mettait en lumière certaines pratiques qui permettent à ce petit pays se tailler une place disproportionnée dans ce marché : investissements et recherche; coopératives dans le domaine de la gestion forestière; concertation nationale des efforts…

But our forest companies have frittered away every competitive advantage they once enjoyed—mostly, it seems, out of laziness. (…) Canada’s forest industry, once the envy of the world, is now a laughingstock.

(…) The average Canadian pulp mill has a capacity of about 200,000 tonnes; our newsprint mills average 280,000 tonnes. Compare that with the one million-tonne Finnish-owned mills that are either already operating or are being built in Latin America.

(…) Metso, one of only three large-scale manufacturers of paper­­making machines left in the world, is also based in Finland. Canada has no paper machine makers. The world’s biggest man­ufacturer of the chemicals used in papermaking, Kemira, is also Finnish. Canadian-based chemical makers? None.

(…) They drew on their so-called small-country advantage—characterized by a homogeneous, highly educated population with a unique language (practically unlearnable, for a foreigner) and culture—and took their place in a rapidly globalizing market.

(…) Technically speaking, Canadians own their woods, too, but through their provincial and federal governments, which possess 93% of this country’s forests. (…) In Finland, however, almost 60% of forest land is owned by about 400,000 families. Their plots are small, averaging about 35 hectares, compared to the hundreds of thousands of hectares typically covered by a single forest tenure licence in this country.

Finalement, peut-être qu’il y aurait autre chose que la claquette ?

Profitez-en pendant que l’article est encore accessible