la police en direct avec bande-son électro

On peut écouter les villes de Montréal, Chicago, New York… : la bande-radio de la police de ces villes, en direct, associée à des sons d’ambiance en provenance de Soundcloud.

Émile Thomas, de Spacing Montréal, en devient poétique !

Le mix aléatoire de musique suscite une gamme d’émotions.
À certains moments, les pistes sélectionnées ourdissent, presque de concert, la trame sonore d’un Montréal pré-, intra-, et post-apocalyptique.
De temps en temps, elles révèlent l’existence d’un néant qui guette la ville.
Et en certains cas, elles réchauffent le cœur. La ville se transforme en couette d’hiver et enveloppe l’âme; on peut la sentir partout.

Je ne connaissais pas ce Soundcloud… J’y retournerai sûrement. Mais pour la bande-police, j’imagine que ça devait être pas mal plus animé le soir de la « manif contre la police » !

maîtres d’hier et d’aujourd’hui

Alan Greenspan, l’ancien grand patron de la Réserve fédérale américaine de 1987 à 2006, publie un assez long article (18 pages) intitulé Activism (pdf). Paul Krugman ne semble pas d’accord.

If he wants to redeem himself through hard and serious reflection about how he got it so wrong, fine — and I’d be interested in listening. If he thinks he can still lecture us from his pedestal of wisdom, he’s wasting our time.

les vrais réseaux sociaux sont complexes

Cette présentation de Paul Adams, auteur de Social Circles, résume bien les limites des logiciels de réseautage actuels : un seul réseau d’amis… alors que dans la réalité chacun d’entre nous gère plusieurs réseaux qui ne communiquent le plus souvent qu’à travers nous : famille, amis du travail, amis de longue date, amis de telle région… Il semble que Google s’apprête à lancer quelque chose qui pourrait respecter ce type de discrimination entre les réseaux. Sera-ce assez pour détrôner Facebook ? Ou si cela incitera plutôt FB à amender son fonctionnement ?

Cette nouvelle me parvenait de cet article sur ReadWriteWeb. Un extrait :

School and work, friends and family, the sacred and the profane; we’ve always been able to communicate different things to different people in different circumstances. Facebook, Twitter and other online social networks have collapsed all those contexts into one big bucket. We speak to our « friends » all at once, no matter what we might want to say to one group of people or another. And thus we often feel less comfortable than we might saying anything at all.

Incidemment, l’auteur de la présentation (The real-life social network) travaille maintenant pour Facebook. Si Adams a quitté Google pour FB, peu après la publication de cette présentation, on peut comprendre la réticence de Google (suivant les derniers ajouts à l’article de RWW) à annoncer ses intentions…

planification stratégique et OBNL

La revue en ligne blue avocado publie une série d’articles d’intérêt à propos de la planification stratégique dans le contexte des organisations à but non lucratif (non-profit). Un premier article, Strategic Planning: Failures and Alternatives, paru en février dernier, est suivi d’une deuxième partie par la même auteure, Alternatives to Strategic Planning, et d’une réplique au premier article, In Defense of Strategic Planning: A Rebuttal, tous deux publiés cette semaine.

Des ressources en français sur cette question et d’autres, incidentes : la boîte à outils sur la Gouvernance démocratique (PDF) du CSMOESAC; la planification stratégique des municipalités; les outils du Centre St-Pierre; les guides de Villes et villages en santé, le Tableau de bord des communautés de l’Estrie

masculinité éprouvée

Une réflexion amorcée aux alentours du 8 mars, mais dont j’ai retardé la publication parce que je ne voulais pas que mon titre soit interprété comme le refrain de l’homme « opprimé »… loin de là. Je plaide plutôt pour le retour d’une masculinité éprouvée au cours des centaines de millénaires de l’évolution d’homo sapiens.

Un autre livre, écrit par une femme, décrivant la difficile adaptation des hommes à la montée des femmes vers l’égalité de statut, vers l’autonomie financière… Entrevue dans TG&M; article dans le WSJ.

Mais pourtant, ce statut social de pourvoyeur, de protecteur, de « supérieur »… ne s’est imposé que depuis la sédentarisation des humains… depuis que le développement de l’agriculture et l’élevage ont permis à l’homme de s’émanciper de l’incertitude de la chasse. Le mode de production de type « chasseur-cueilleur » avait dominé le développement de la culture et du phénotype humain pendant la plus grande partie de son émergence, soient des centaines de milliers d’années, pendant lesquelles les femmes avaient un apport aussi important (sinon plus) que les hommes à la survie de la famille, du clan. Comme je le disais, en terminant la lecture de Mothers and Others,

Les hommes (humains) ne seraient pas devenus ce qu’ils sont sans avoir partagé la charge (et le plaisir) des soins à apporter aux enfants. Un partage entre femmes de générations différentes (grand-mères, sœurs, filles) et entre hommes et femmes… Cela durant une période de temps beaucoup plus longue (dix fois, cent fois plus longue) que celle, récente, qui a vu la famille nucléaire et la filiation paternelle circonscrire à la fois le rôle des femmes et le milieu formateur et de support (Mothers and others) sur lequel les jeunes enfants peuvent compter.

Depuis quelques milliers d’années les sociétés humaines se sont sédentarisées, urbanisées, industrialisées… Continuer la lecture de masculinité éprouvée