analyser ensemble

L’Institut du nouveau monde (INM) organise un débat en ligne toute la journée du 26 mars (débat lancé en fin d’après-midi – après précision de l’INM) sur l’impact du budget provincial sur les inégalités. Je me suis inscrit à l’évènement, même si je serai en réunion de 9h à 16h45… On pourrait peut-être faire du suivi de cet évènement un élément dynamique de l’ordre du jour, au conseil de Communagir ?

Une autre occasion nous est aussi offerte pour réfléchir aux conséquences, sinon penser la riposte, des politiques d’#austérité. La revue Liberté organise au Théâtre d’Aujourd’hui, les 28 et 29 mars, « La dépossession tranquille : 4 conférences pour penser l’austérité ».

La réflexion et le travail de déconstruction des idées prises pour acquises est plus que jamais, mais pour longtemps, à faire. L’actuelle entreprise de démolition des réseaux et structures de l’intervention publique concertée aux acteurs locaux et régionaux peut reposer sur des décennies de guerre idéologique de tranchée, où l’idée, devenue obsession, que nous payons trop de taxes et d’impôts, que les services publics sont inefficaces et couteux, que le marché est le meilleur moyen d’assurer la croissance du PNB, préférablement de 2 à 3 % par année, ces idées sont devenues des certitudes, partie de la culture et des croyances, rendant acceptables des attitudes qui auraient été inadmissibles il y a pas si longtemps. [C’est la faute à l’hiver, peut-être].

Publié par

Gilles Beauchamp

Formation en recherche culturelle, de 1973 à 1976, puis en sociologie de 1986 à 1993, à l'UQAM. Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?