le paquebot de l’extractivisme

Quelques réflexions suscitées par ce récent billet de Louis Favreau (État social (2) : le New Deal proposé par l’écologie politique) et celui qui l’a précédé (L’État social au Québec à une étape critique de son histoire : état des lieux (1)). 

L’économie sociale et solidaire, les mouvements écologiste et syndical sauront-ils à eux seuls faire virer le paquebot de l’extractivisme capitaliste ? À temps pour minimiser l’impact en retour des dettes environnementales accumulées jusqu’ici par la société industrielle ? Non, évidemment. Si, comme le dit Louis Favreau citant le BIT, l’économie sociale compte, à l’échelle internationale, pour « 10% du PIB, 10% des emplois, 10% de la finance » – en effet, « ce n’est pas rien ». Mais ça ne pèse pas lourd devant les 50% d’emplois, 60% du PIB et 80% de la finance (mes approximations) qui sont inscrits dans une stricte logique de marché. Il faudra plus que des positions communes et de la concertation (« sortir du travail en silo ») pour donner au 10% l’effet de levier nécessaire pour changer de cap, rapidement.

La verve avec laquelle Favreau tisse une synthèse de plusieurs écrits et mouvements est inspirante et nous donne un peu d’air dans une conjoncture étouffante. De quoi penser quand on a l’impression de tourner en rond. Nous t’en savons gré, Louis.

Mais j’ai des doutes, comme je viens de le dire, sur la capacité de cette « écologie politique » d’influencer l’orientation de l’État suffisamment pour transformer l’économie. J’ai aussi des réserves, de fortes réserves quand je le vois pester contre la professionnalisation (des mouvements sociaux, des organisations communautaires) [La professionnalisation de l’action collective a amené sur le devant de la scène le lobby, l’expertise, l’organisation de colloques…La transformation d’ex-militants en consultants et de chercheurs en experts – et j’aurais pu ajouter plusieurs autres citations. J’ai déjà critiqué cette façon qu’il a d’opposer militants et professionnels, groupes d’intérêt et mouvements sociaux. ]. Pourtant il reconnait que les forces progressistes ont « peu de présence dans l’espace public, espace plus occupé que jamais par les Think Tanks amoureux du « tout au marché » ». Il en faudra des professionnels de la finance, de l’écologie, de la politique et des communications pour déconstruire les idées préconçues instillées par les dits think tanks depuis des décennies.

Il en faudra des think tanks de gauche (et de centre aussi) pour faire connaitre des modèles alternatifs de développement. Et pas seulement alternatifs à la marge :  une alternative à cette société fondée sur l’extraction intensive (d’énergie, de matières, de richesses) sans égard à l’avenir. Une utopie « social-écologique », oui, mais qui se donne les moyens de ses ambitions. Qui ne reste pas qu’une utopie, donc. Comment pourrons-nous « contrer cette pensée et cette politique du « tout au marché » de plus en plus omniprésente » ? Ici, et ailleurs dans les deux textes de Favreau, je crois qu’il faudrait faire une distinction entre le marché et le capitalisme. Entre l’entreprise privée et le capitalisme. Un capitalisme dominé par les entreprises monopolistiques et la finance internationale. Un capitalisme financier bien servi par des gouvernements endettés, à genoux pour renouveler leurs emprunts et quémander des investissements.

Malgré une reconnaissance du bout des lèvres que les PME, c’est pas la même chose que le « capitalisme de marché globalisé », la conception de la société qui sous-tend l’utopie de Favreau est encore en noir et blanc : il y a l’État et le marché. Il faut faire fléchir l’État vers une orientation « social-écologique », grâce à une alliance des syndicats, coopératives et mutuelles… et quelques mouvements sociaux. Mais elle est où l’économie dans tout ça ? Pas juste l’économie des multinationales mais celle de ces milliers d’entreprises, petites et moyennes, qui emploient encore la majorité des travailleurs.

Comment allons-nous sortir ces travailleurs des « griffes » idéologiques des CAQ et autres partis de droite ? Beaucoup de ces petites entreprises sont le fait d’artisans qui ont gagné la confiance d’une clientèle par la qualité de leur produit et la fidélité, la proximité de leur service. Pour beaucoup de ces (petites) entreprises le capital financier a moins d’importance que le capital humain : la gestion, la motivation de leurs ressources humaines prend plus de place que la gestion financière. Le soin accordé aux relations à la clientèle prend plus de place que la gestion financière. Ces entreprises sont moins capitalistes que petites !

Si nous souhaitons encore vivre en démocratie, nous devrons mobiliser ces travailleurs et propriétaires de PME, les assurer qu’ils auront une place dans la nouvelle société que nous imaginons. Et ce n’est pas en brandissant le modèle coopératif que nous les convaincrons. Ni en promouvant le retour de l’État social, même renouvelé à la sauce écologique. Il nous faudra une approche plus inclusive, qui n’impose pas les solutions d’avant-garde comme modèles, mais saura inciter au changement même les entreprises privées.

Il y a plus de social qu’on le pense dans les PME « ordinaires ». (Voir Entreprises du XXIe siècle). Un social à reconnaitre, renforcer plutôt que de le mépriser. Si nous devons inventer un nouveau mode de production mieux adapté aux limites et au caractère fini des ressources de cette planète, ce sera avec le monde. La responsabilité sociale des entreprises, la mesure de leur impact social, le soutien aux dimensions sociales qu’elles incarnent sont des avenues à explorer, des expérimentations à faire.

Enfin, je suis surpris de ne pas trouver de lien dans le texte de Favreau vers la réflexion menée par le RIPESSVision globale de l’économie sociale solidaire: convergences et différences entre les concepts, définitions et cadres de référence. Enfin une clarification de la différence entre économie sociale et économie solidaire. Une définition inclusive, pluraliste de cette dernière. Des questions et stratégies que nous devrions étudier encore, notamment en vue du prochain Forum social mondial qui se tiendra à Montréal en 2016 !

garder les portes ouvertes

Article d’abord publié sur Nous.blogue 

Samedi dernier avait lieu à Québec Action climat : une manifestation de volonté populaire, démocratique, de la société civile.

Les sociétés démocratiques ont vu croître l’influence et la participation d’organisations diverses, plus ou moins indépendantes des partis politiques et des États.

Les représentants du pouvoir traditionnel (élus, hauts fonctionnaires, forces de l’ordre) ont plus ou moins apprécié l’émergence de ces nouveaux acteurs – et adapté leurs comportements en conséquence. La capacité d’influence des diverses organisations de la société civile sur les affaires de l’État a rendu le job des élus plus complexe. Le clientélisme traditionnel était remplacé par l’animation d’espaces démocratiques de discussion.

Je me rappelle lorsque Louise Harel 1 est arrivée dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à titre de députée provinciale du Parti Québécois, en 1981. Le quartier avait connu nombre d’élus qui entretenaient de bonnes relations avec les organisations communautaires du milieu. Mais jusque là tous avaient maintenu une relation traditionnelle où les représentants des organisations et associations rencontraient leur député en privé, un à un, pour présenter et déposer leur demande de soutien. Mme Harel décida de réunir tout le monde autour d’une table – rendant publique et interactive ce qui se faisait auparavant derrière des portes closes.

Il ne faut pas voir dans ce geste plus de sens qu’il n’en a : le quartier avait déjà une bonne habitude de concertation – et les budgets discrétionnaires dont il était question lors de ces rencontres étaient plutôt limités. Tout de même, ce geste de la nouvelle députée contribuait à ouvrir la discussion et à faire sortir les organisations sur la place publique plutôt que de se définir uniquement en regard de leur clientèle particulière. Mme Harel appréciait sans doute plus que d’autres politiciens ces échanges publics (et elle libérait ce faisant son agenda de dizaines de rencontres individuelles!).

Si je rappelle ces vieux souvenirs c’est pour mettre en perspective non seulement les changements de structure mais aussi les changements dans les compétences et les habiletés qui sont demandées aux élus (et aux organisations en général : il n’y a pas que les élus qui se retrouvaient sur la « place publique »). Cette capacité d’interagir publiquement, d’animer en quelque sorte la communauté n’était pas donnée à tous les élus…

Ce fut une décennie de chômage prolongé, de montée du discours néoconservateur avec Thatcher, Reagan puis Mulroney, où l’on affirmait avec force que l’État n’avait plus à se mêler d’économie… tout au plus pouvait-il préparer la main-d’œuvre : ce fut le « virage vers l’employabilité » des programmes fédéraux et provinciaux canadiens.

Mais le marché n’arrivait pas à intégrer tous ces jeunes qui accumulaient plus d’années de chômage que d’expérience. La nouvelle économie sociale permit de répondre à des besoins, économiques et sociaux, tout en sortant du modèle binaire « public ou privé ». On commençait à comprendre (Robert Putnam, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, 1994) que le développement économique n’était pas qu’une simple question d’investissement dans l’outillage et la formation. La vitalité du monde associatif et de la culture contribuait à rendre le développement économique possible.

Mais l’économie sociale, même solidaire, ne suffira pas à redresser le cap et assurer le virage important dont nous avons un urgent besoin. Certains imaginent un New Deal avec l’État social. Pour cela il nous faudra toucher et mobiliser une plus grande part de l’économie « traditionnelle ». Les PME de l’économie de marché ont une composante sociale méconnue qu’il s’agit de reconnaitre et soutenir plutôt que de la nier en amalgamant simplement marché et capitalisme. (L’entreprise du XXIe siècle sera sociale (ou ne sera pas)).

Si la disparition des CRÉ et le dépeçage des mandats des CLD ont mis à mal des réseaux et ressources élaborés « de peine et de misère » depuis 10 ans, que dis-je, depuis 30 ans, cela n’empêchera pas ces réseaux de se retisser, plus forts que jamais. D’autant plus forts que la mission « économie sociale », qui n’était pas toujours bien portée par les CLD, a été préservée et renforcée.

Il nous faudra apprendre à mieux travailler avec « le privé », tout comme il faudra lui apprendre à travailler avec nous. Il faudra aussi enseigner aux élus à ne pas avoir peur de la société civile, et éviter ainsi le repli confortable sur des relations clientélistes avec quelques acteurs forts, derrière des portes closes.

  1. une page qui n’est pas tout à fait à jour : Mme Harel n’est plus chef de l’opposition à Montréal  (retour)

développer le Nord

Un plan Nord, parce qu’il faut exploiter ce qui peut l’être; parce qu’il faut être partie prenante de cette « ruée vers l’Arctique » qui consiste à accélérer la fonte des glaces pour profiter de nouvelles routes commerciales; parce que c’est encore ce qu’on sait faire de mieux, au Québec et au Canada : extraire les ressources brutes du sol et des forêts pour les exporter vers les métropoles de ce monde.

En quoi un tel « Plan Nord » contribuera-t-il au plan de sauvetage de la planète qu’il faut mettre en branle au plus tôt ? À moins que ce plan ne fasse plutôt partie du saccage, de cette culture de l’extraction, de la prédation sans scrupule ni vision (idiote, myope, sacrilège, déraisonnable, aveugle, narcissique) des ressources limitées d’une fragile planète vivante ?

Le plan de développement arctique devrait être articulé à un plan de développement et de préservation du Pacifique, et puis de l’Atlantique… Des développements qui devront se faire au delà des territoires nationaux. Pour gérer ces réserves qui feront l’avenir de l’humanité… actuellement soumises à un régime de pratiques hors-la-loi.

Un Plan nord pour refaire ici ce que la Eldorado Gold fait en Grèce ?

On se préoccupe plutôt de « libéraliser les échanges » en négociant différents pactes : avec l’Europe, avec les pays du Pacifique, en garantissant non seulement la circulation des marchandises et l’accès aux marchés mais surtout la circulation des capitaux qui seront assurés de ne pas voir les gouvernements leur mettre des bâtons dans les roues. Pfft la protection de l’environnement ! Adieu vision d’avenir, développement durable. Sauf pour en faire une marque de commerce, un autre badge de certification « garanti vert » par un autre panel à ruban bleu.

Libérer le capital, c’est reconnaître, participer à la nouvelle Banque asiatique d’investissement en infrastructures, c’est mobiliser l’épargne collective, les fonds de pension en lieu et place des emprunts (et décisions) de l’État, c’est – comme vient de le faire le gouvernement conservateur Britannique – donner à chaque cotisant de 55 ans accès à ses épargnes de retraite pour les investir comme bon lui semble… Le citoyen, devenu consommateur (Citizens as consumers, W. Streeck)  atteint le statut d’investisseur. Comme si la liberté et l’insécurité des petits ne se transformait pas toujours en occasions d’affaire pour les plus riches. Avec en prime l’incorporation plus grande encore de la culture de la liberté individuelle d’entreprendre, de choisir.

Quel est le plan Sud de ce gouvernement ? Quel est le Plan tout court ? À part l’atteinte de l’équilibre budgétaire… le paiement des dettes… et la réduction des taxes et impôts. Beau projet de société, que s’empressent d’acheter tous ceux qu’on a convaincu, par des décennies de gavage idéologique, de l’inéluctabilité de cette tendance, qui affirme l’incompétence des pouvoirs publics et la gabegie du pouvoir politique comme des évidences incontestables. Mieux vaut le chaos capitaliste que le dirigisme de l’État. Comme Streeck, encore, disait dans son article de juin dernier « How Will Capitalism End ? »

Disorganized capitalism is disorganizing not only itself but its opposition as well, depriving it of the capacity either to defeat capitalism or to rescue it. [citation d’Eurozine]

« La désorganisation capitaliste désorganise aussi son opposition et l’empêche tant de vaincre que de sauver le capitalisme. » Peut-être l’alternative n’est-elle pas de sauver ou de vaincre le capitalisme mais bien de changer, transformer l’actuel ordre des choses.

une certaine action collective

K, dont la devise est « le développement collectif dans tous ses états », dans un dossier spécial sur ledit développement, se demande si l’élan n’est pas brisé ? (le dernier numéro est en ligne). Il semble que non. Plusieurs plumes appellent à retourner aux sources, donnent une perspective historique, soulignent l’apport des contributeurs qui sont-seront touchés par les mise à pied, les réorganisations et fusions… Le développement collectif n’est pas le produit d’une structure ou d’un programme de subvention. C’est une obligation, une tendance naturelle, une dimension intrinsèque, inextricable de l’agir humain.

NousblogueDans le même esprit, avec certains des mêmes collaborateurs, l’initiative Nous.blogue est lancée ce midi. Pour rassembler les paroles de ceux qui veulent porter, malgré la morosité ambiante, un espoir, une certaine vision d’un avenir à partager. Un avenir qui n’est pas défini, qui reste à définir par celles et ceux qui croient encore qu’il y a autre chose que la peur et l’appât du gain pour nous orienter dans ce monde. Quelque chose de généreux dans cette ouverture au dialogue, dans cette idée folle qu’une responsabilité collective, une conscience commune peut faire la différence, et transformer le chaos, l’austère bêtise aveugle du chacun pour soi en quelque chose de viable, d’agréable même.

J’ai accepté de participer à ce Nous.blogue avec d’autant plus d’enthousiasme (et d’humilité) que la brochette de collaborateurs rassemblait déjà plusieurs dizaines de plumes respectées. Bon, oui je sais, le nom n’est pas fameux… Mais Nous. n’avons pas trouvé mieux… et il fallait bien passer à l’acte même avant d’avoir trouvé le parfait branding. Le message est plus important que le véhicule, quoiqu’en disait McLuhan. Quel message ? Une critique des politiques conservatrices actuelles ? Oui, sans doute. Mais il faudra plus que cela. Les politiques conservatrices ont pu bulldozer institutions et pratiques parce que les think-tanks conservateurs ont lavé les cerveaux plus blanc que blanc depuis des décennies.

Comme le soulignait Robert Laplante, directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), lors de sa conférence dimanche dernier sur la Dépossession tranquille, le lessivage des consciences est fait depuis si longtemps que les gouvernements de droite n’ont même plus à se justifier avant de déployer, à toute vitesse, leurs programmes de réformes. [Voir son article récent dans Le Devoir] On n’a même plus besoin de se donner un projet de société, il suffit de promettre qu’il y aura moins d’impôt et que la dette sera sous contrôle. Pour le reste, si on peut réduire en même temps ces services qui nous coûtent si cher, à nous les contribuables de la classe moyenne, et qui ne servent, finalement, qu’à entretenir des armées de fonctionnaires. Qui, par définition, sont inutiles et coûteux, quand ils ne sont pas nuisibles. Alors tout le monde est content.

Les CRÉ et autres CLD seront-ils enterrés comme l’ont été, sans plus de bilan ni cérémonie, les CLSC après 30 ans de développement. Trente ans de tergiversations et tâtonnements diront les critiques de ces « petites boîtes toutes croches » (si bien représentées par le logo au petit carré penché). Critiques au premier rang desquels étaient les boites de médecine privées… Il ne faut pas oublier cette première étape lancée par le PM Couillard alors qu’il était ministre de la santé. Ce sont des espaces de délibération et d’interface avec la société qui permettaient, justement, de rendre moins aveugles et bêtes les fonctionnaires… qui disparaissent l’un après l’autre.

Je ne voudrais pas, et je ne suis pas du genre à, me planter les talons et résister au changement. J’ai été de ceux qui ont tenté de faire vivre cette nouvelle « responsabilité populationnelle » lorsque les CLSC ont été intégrés aux CSSS. Mais je trouve un peu gênant qu’on puisse faire disparaître des outils et cadres institutionnels qui mobilisaient des milliers de bénévoles en plus d’employer des centaines de personnes (je parle ici des CRÉ et CLD) sans fournir le moindre bilan, la moindre justification à l’appui de telles réorganisations. Sinon cette idée confinant au préjuger qu’il y avait trop de structures, trop de réunions.

Il en faudra pourtant des réunions et des structures pour que nos entreprises puissent rencontrer les normes européennes dans le cadre du prochain pacte d’échanges. Il en faudra aussi pour que nos quartiers et régions ne soient plus développés à l’aveugle pour répondre à la dernière poussée du cours de l’or ou du bitume. Nous avons la chance de pouvoir compter sur des ressources incomparables d’énergie verte, des réseaux publics de santé et d’éducation qui sont des atouts et non des fardeaux, sans compter les richesses mobilisées par nos entreprises, nos professionnels. Nous avons de quoi contribuer de manière productive et créatrice à la solution des problèmes qui se posent avec acuité non seulement dans nos quartiers, nos villes, nos régions mais à l’échelle de notre globe.

Il faudrait arrêter de pisser dans la soupe. Tous les fonctionnaires ne sont pas des paresseux, pas plus que tous les entrepreneurs des fraudeurs. Nous devons trouver un modus vivendi acceptable à tous les joueurs quels que soient leurs couleurs, leurs religions, leurs langues. C’est là que je décroche du discours, par ailleurs très solide et éclairant, de Robert Laplante, lorsqu’il insiste lourdement sur l’iniquité des transferts fédéraux et le statut de minorité du Québec dans l’ensemble canadien. Je ne conteste pas l’iniquité, elle est d’autant plus prévisible que notre machiavélique Stephen n’a pas eu besoin du Québec pour se faire une majorité. Et que le traitement à la dure des minorités récalcitrantes lui fait sans doute des gains auprès de sa base conservatrice anglo-saxonne. Je conteste la présomption qu’un statut de minorité implique nécessairement un rapport défavorable à la nation. Oui, je sais que j’ouvre une boîte de pandore à aborder ainsi la question nationale… mais c’est aussi une action collective. De même que celles qu’il nous faudra articuler avec des ensembles encore plus grands que le Canada.

Incidemment, pendant la période où nous discuterons d’action collective locale et régionale, il y aura peut-être des actions à l’échelle nationale et internationale qui mériteront notre attention. La campagne électorale fédérale ne devrait pas nous laisser indifférent. Le NPD saura-t-il rassembler une majorité autour d’un projet de société qui ne soit pas une version libérale de centre-gauche ? Peut-on imaginer une majorité électorale constituée des provinces centrales et maritimes qui porterait un programme qui ne soit pas extractiviste ? Je crois que c’est possible, mais pas en 2015… et pas dans un seul pays (qu’il soit Québec ou Canada). Si nous voulons prendre au sérieux les avertissements de plus en plus pressants que nous lance la Terre (combien d’oiseaux avez vous entendus récemment ?) nous devrons développer des actions collectives de grande envergure.

Parlant d’initiatives citoyennes d’envergure je m’en voudrais de passer sous silence, même si je m’en veux d’en parler aussi tardivement, l’appel De peuple à peuple lancé par quelques activistes d’Europe pour soutenir l’action locale des collectivités grecques soumises à un régime d’austérité plus que drastique. Il ne reste que 3 jours pour atteindre un objectif… encore lointain. Jusqu’où et à quelles conditions de telles initiatives peuvent venir influencer les structures et forces politiques en place ? Il y a clairement un potentiel, comme l’a démontré l’appel de Nadeau-Dubois lancé à l’émission Tout le monde en parle contre les oléoducs. En quelques jours près de 400 000$ ont été amassés par socio-financement. À défaut de s’engager dans des partis ou groupes militants, il semble qu’on veuille bien soutenir financièrement des causes. Et pourquoi pas, c’est un premier pas qui conduira peut-être à d’autres formes d’engagement. Et même s’il n’y conduit pas, il aura au moins soutenu ceux qui y sont allés.

Finalement, moi qui voulais simplement souligner l’ouverture d’un nouveau blogue collectif… Je vous invite donc à suivre les débats et contributions de la vingtaine, bientôt trentaine de collaborateurs qui s’élancent aujourd’hui sur Nous.blogue [aussi sur FB].  À noter que ce billet que vous venez de lire ne présage nullement de l’orientation que prendra la conversation sur cet espace nouveau… C’était, comme (presque) toujours sur Gilles en vrac… une réflexion personnelle livrée de manière spontanée, à moins que ce ne soit une réflexion spontanée livrée de manière personnelle 😉

analyser ensemble

L’Institut du nouveau monde (INM) organise un débat en ligne toute la journée du 26 mars (débat lancé en fin d’après-midi – après précision de l’INM) sur l’impact du budget provincial sur les inégalités. Je me suis inscrit à l’évènement, même si je serai en réunion de 9h à 16h45… On pourrait peut-être faire du suivi de cet évènement un élément dynamique de l’ordre du jour, au conseil de Communagir ?

Une autre occasion nous est aussi offerte pour réfléchir aux conséquences, sinon penser la riposte, des politiques d’#austérité. La revue Liberté organise au Théâtre d’Aujourd’hui, les 28 et 29 mars, « La dépossession tranquille : 4 conférences pour penser l’austérité ».

La réflexion et le travail de déconstruction des idées prises pour acquises est plus que jamais, mais pour longtemps, à faire. L’actuelle entreprise de démolition des réseaux et structures de l’intervention publique concertée aux acteurs locaux et régionaux peut reposer sur des décennies de guerre idéologique de tranchée, où l’idée, devenue obsession, que nous payons trop de taxes et d’impôts, que les services publics sont inefficaces et couteux, que le marché est le meilleur moyen d’assurer la croissance du PNB, préférablement de 2 à 3 % par année, ces idées sont devenues des certitudes, partie de la culture et des croyances, rendant acceptables des attitudes qui auraient été inadmissibles il y a pas si longtemps. [C’est la faute à l’hiver, peut-être].

manifestation policière

manifestation policière

De passage coin Ontario et St-Denis, hier, je me demandais ce qui pouvait justifier une telle démonstration de force : j’ai dénombré plus de 100 auto-patrouilles stationnées dans les alentours (et sans faire de relevé systématique). Pour une centaine de manifestants, il y avait, facilement, de quatre à cinq fois plus d’agents (à pied, à cheval, à bicyclette, en voiture…). Il s’agissait de la manifestation « annuelle » contre la brutalité policière.

Pourtant ce matin, aucun journaliste ne semble relever la disproportion de la présence policière en regard du nombre de manifestants. On met plutôt l’accent sur le fait que les policiers n’ont pas fait la gaffe de tabasser les manifestants. Bon pour eux. Et pour nous. Suis-je le seul à me demander combien une telle manifestation de force inutile a pu couter au contribuable, ce dimanche de mars ?

On aurait pu en faire de la prévention et de la formation, avec de montant…

Cyber-Seniors

Un documentaire plein d’humour, Cyber Senior, où des jeunes servent de mentor aux aînés dans leur apprentissage des technologies (Facebook, Youtube…). Il semble qu’on ne peut voir actuellement sur Youtube que les « trailers ». Mais il y en a plusieurs.

Une information repiquée de cet article de Rooflines Bridging the Age Divide With Clicks, and Bricks

courte laisse et myopie

prolongement, jusqu’au 31 mars 2016, de l’entente administrative avec la Ville de Montréal sur la gestion du Fonds québécois d’initiatives sociales dans le cadre des Alliances pour la solidarité. La région métropolitaine dispose ainsi d’un montant total de 9 M$ afin de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale pour l’année 2015-2016. [Portail Québec]

Pour un an, vraiment ? La confiance règne ! Une manière de stimuler l’autocensure et induire la soumission de ces « partenaires ». Ce qui se présente comme un gain est un recul par rapport aux pratiques de planifications triennales qui avaient finalement été adoptées. L’autonomie et l’indépendance des partenaires des gouvernements provincial et municipal devrait  compter plus que ça. Les réponses crédibles aux problèmes récurrents et complexes de la pauvreté ne se règleront pas en un an. Et ils auront besoin de « partenaires » et d’acteurs locaux en lien de confiance avec les « pauvres » qui n’ont pas à mendier pour leur survie, ni à se plier aux dernières modes de la nouvelle gestion pour voir reconnaitre leur expertise et la valeur de leur action.

Ces mêmes « décideurs » qui célèbrent aujourd’hui le partenariat et la collaboration avec acteurs locaux, sont ceux-là même qui hier annonçaient  la réduction de moitié du soutien au développement local (ou régional) concerté (fusions précipitées des CDEC/CLD ; réduction de moitié des budgets d’opération) : le ministre de l’occupation des MRC (anti-ministre des régions) et le maire de Montréal.

À moins que les initiatives de « lutte à la pauvreté » ne soient en « phasing out » et qu’on se donne un an pour offrir à ces partenaires, ou à d’autres, des programmes plus caustiques et costauds  de « lutte contre les pauvres » qui seraient plus conséquents avec le style néo-libéral du gouvernement Couillard.

quel projet de société ?

Un autre sondage rappelait récemment à quel point les gens se méprennent sur la signification d’une dette publique, en y appliquant les principes d’un « bon père de famille » qui évite l’endettement. Mais comme le rappelait encore une fois Krugman (Nobody Understands Debt) : une famille, un individu emprunte aux autres, alors que la société s’emprunte à elle-même. Mais les dirigeants aiment bien cette image du ménage de la mère économe (thrifty Swabian housewife), icône chère à Angela Merkel. C’était avant que M. Coiteux, président du Conseil du trésor québécois, reprenne encore une fois cette inepte comparaison des budgets d’un État et d’une famille. Irresponsable, même, pour un gouvernement, disait ce chroniqueur.

Vouloir à tout prix et au plus vite réduire les dépenses et atteindre l’équilibre, puis les surplus budgétaires, c’est vider de sens l’action publique, et renvoyer au privé, à la friche le terrain autrefois occupé, cultivé par celle-ci. C’est appliquer un dogme, celui de la décroissance, planifiée ou provoquée, de la puissance publique, cette capacité d’action collective appuyée sur des institutions et compétences, des contrats, sur une histoire. La décroissance étant le prix à payer pour atteindre l’équilibre, un déséquilibre qu’on a par ailleurs accentué en refusant de récupérer les sommes dues par les riches mais rétifs contribuables ou en réduisant les impôts, supposément pour soutenir l’économie.

Mais il ne faudrait pas donner à la dernière itération (réformes Leitão – Barrette – Couillard, programme Harper) de cette réorganisation permanente utilisée par les politiques pour masquer la vacuité de leurs intentions (c’est Sénèque qui disait cela) plus de sens qu’elle en aura. Ce qui compte vraiment c’est la poursuite, l’approfondissement de l’inaction et de l’impuissance affirmée du pouvoir public, son refus de l’engagement dans un avenir, dans un projet de transformation appuyé sur une vision de notre société qui aille au-delà de la préservation de la cote de crédit du gouvernement et des libertés et garanties offertes aux capitaux.

Combien on gage que dès que l’équilibre sera atteint, ce gouvernement n’aura d’autre projet que de réduire les impôts…

40 ans de gestion de crise

Temps-Achete« Il s’agit probablement d’un essai parmi les plus pertinents à ce jour sur l’analyse de l’évolution du système capitaliste depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ».

Le livre Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique (Gallimard, 2014), récemment traduit en français, est au cœur d’une vive controverse au sujet de l’Euro qui a opposé le philosophe Jürgen Habermas, fervent défenseur du projet d’une union politique européenne construite sur la base de l’Union monétaire, et Wolfgang Streeck. Pour ce dernier, l’Union monétaire, en imposant une monnaie uniforme à des pays socialement et économiquement trop différents, les a montés les uns contre les autres. Wolfgang Streeck définit l’Euro comme une « expérience irréfléchie » qui est, selon lui, le dernier stade d’un processus historique qu’il nomme « la crise du capitalisme démocratique », désignant ainsi la crise des institutions mises en place après 1945. [conférence-débat, 11 février 2015, Missions allemandes en France]

Je ne tenterai pas de vous résumer ce texte touffu de 300 pages (+ 70 pages de notes).

La présentation du livre de Wolfgang Streeck (DU TEMPS ACHETÉ − La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique), genre quatrième de couverture, sur le site Gallimard renvoie à cette présentation commentée de Benjamin Caraco sur le site nonfiction.fr, dont les paragraphes suivants sont tirés.

L’idée qui traverse l’ouvrage est simple : le capitalisme, en crise structurelle depuis la sortie des Trente Glorieuses, a retardé son implosion grâce à la financiarisation de nos économies. Les solutions adoptées sont temporaires et fragiles : une dialectique s’installe, chaque remède adopté se transforme progressivement en problème en moins de dix ans. (…) L’inflation, la dette publique puis privée (…) ont permis de continuer à contenter le travail tout en augmentant la part du capital en l’absence d’une croissance aussi forte que durant les décennies précédentes.

L’État semble devenu impuissant à prélever des impôts sur les plus fortunés de ses administrés, ces derniers exploitant au maximum les échappatoires offerts par la mondialisation. En conséquence, l’État finance davantage ses dépenses par l’emprunt que par l’impôt. Un tel mode de financement convient doublement aux classes possédantes puisqu’il leur permet, outre d’être moins imposées, de placer de façon sûre leur capital tout en contrôlant de façon quasi censitaire la politique des États. Les détenteurs de dettes nationales deviennent en effet de véritables actionnaires de ceux-ci : ils se constituent alors en une force de contrôle à égalité avec les électeurs, que Streeck désigne comme des Marktvolk à opposer au Staatsvolk, actionnaires contre citoyens.

Dans la version française de l’ouvrage de Streeck, une postface est ajoutée « en réponse à Habermas« . J’ai cherché la critique faite par Habermas à l’origine de cette réplique. N’ai trouvé que la version allemande, sur le site Bleatter.de.

Les débats entre les deux positions de gauche concernant l’Europe, l’une – celle de Streeck – proposant un abandon de l’union monétaire afin de redonner pouvoir aux États-nations, l’autre – Habermas – désirant poursuivre la construction d’une Europe démocratique en renforçant ses institutions. Un commentaire d’origine italienne résume ici (The debate between Habermas and Streeck about the Left and Europe’s future) à quel point Habermas est en accord avec Streeck en ce qui concerne le diagnostic et la description de l’assujettissement des États devant les demandes et conditions du capital.

Par ailleurs, c’est vrai que j’ai trouvé ça gênant cet appel aux « mouvements sociaux à manifester leur rage contre tout ça, y compris avec des pavés. » Comme le souligne dans un mot lapidaire Chavagneux sur Alternatives Économiques.

 *—*—*—*

Comment ce débat, ce texte a-t-il quelque pertinence pour celui qui n’habite pas l’Europe ? Les politiques d’austérité de l’État du Québec sont parmi les plus rigoureuses du monde. Elles sont contre-productives, dit Pierre Fortin :

Ça va atténuer les effets positifs sur le PIB découlant de la baisse du prix du pétrole, de la dépréciation du dollar canadien, de la baisse des taux d’intérêt et de la croissance de la demande américaine pour nos produits.

Une position sur laquelle renchérit aujourd’hui Francine Pelletier dans Le Devoir : Les bienfaits toniques de la purge.