Une vie en plus

Me suis finalement acheté « Une vie en plus« , de De Rosnay, Servan-Schreiber, De Closet et Simonnet. De lecture facile, sous forme d’entrevues entre Simonnet et les autres spécialistes, que complémente le site où semble se poursuivre le débat à 4 voix. Recettes de longévité basées sur les dernières découvertes de la science, questions philosophiques soulevées par l’allongement de cette période de la vie et le chamboulement des équilibres intergénérationnels acquis de longue date… et questions sociales et politiques posées par tous ces changements… Un beau programme dont nous devrions parler avec « nos vieux » dans nos quartiers.

théorie du chaos et sevrage nicotinique

Une étude publiée dans le British Medical Journal vendredi dernier met en lumière, à la surprise des auteurs, que plus de la moitié des personnes ayant tenté d’arrêter de fumer l’ont fait sans planification . Plus surprenant encore, le taux de réussite est plus grand pour ceux-ci !

Les auteurs font l’hypothèse que, suivant la théorie du chaos et des catastrophes, il y a une accumulation de « tensions motivationnelles » chez les sujets qui conduit à une situation où un petit événement (le battement d’aile d’un papillon de la théorie du chaos) peut sonner l’amorce de changements dramatiques.
Ce qui serait congruent, selon moi, avec le fait que cette tendance à la non préparation soit plus marquée chez les groupes socioéconomiquement faibles et les groupes plus âgés : la culture et l’expérience font qu’ils parlent moins mais agissent !

marcher son quartier

Walk less, weigh more. Really. Did it ever occur to you to compare the bodyweight of people living in sprawl towns that encourage car use, with that of people living in more walkable ones? Nor me. A man called Richard Jackson has done so in, er, well the USA actually, and found the difference to be about three kilograms. « Urban designers need to wake up to the link between neighbourhood layouts and rising obesity and mental illness. » De Planning resource. Par Kevin [Neighbourhoods]

Trois kilos. C’est pas beaucoup me semble.

traduction d’un texte de Pollard

Dans notre précipitation pour réaliser des économies et des améliorations illusoires de productivité avec le knowledge management (KM) de première génération, nous n’avons pas tenu compte des comportements informationnels “très humains” qui empêchent le partage de la connaissance et la collaboration.

J’ai finalement terminé la traduction d’un texte de Dave Pollard (Collaboration et partage de savoirs – horizon 2015) que je trouvais intéressant en regard de nos réflexions concernant les freins et difficultés rencontrées dans le développement de pratiques de partages de savoirs entre pairs. Le texte original est ici. Dave Pollard propose une distinction du développement de la Gestion du savoir en deux périodes de dix ans: 1995-2005 et 2005-2015.

indicateurs sociaux

Indicateurs de communauté forte (strong communities), une référence de Kevin Harris.

Autres références :

Divers ministères et groupes canadiens sur le développement durable

    Territoires durables : 27 indicateurs (Midi-Pyrénées)

    Site anglais sur capital social

    Indicateurs véritable de progrès (Genuine Progress Indicator)

      une approche collaborative de la dépression chez les aînés

      Le projet IMPACT (Improving Mood: Promoting Access to Collaborative Treatment) démontre l’efficacité durable d’une approche collaborative (multidisciplinaire) de la dépression chez les aînés. Un suivi long terme de 1 801 patients.
      Ici un article en français. Des rapports.