des communautés saines ou sécuritaires ?

Poursuivant la réflexion-recherche amorcée avec le billet précédent autour de l’orientation d’un système de santé en première ligne…

Le Québec et le Canada ont été à l’avant-garde de la santé publique à l’échelle internationale pendant des décennies : rapport Lalonde conduisant à l’adoption de la Charte d’Ottawa en 1986. Le rapport Poirier, en 2005, 3 ans avant le rapport de la Commission de l’OMS sur les déterminants sociaux : Combler le fossé en une génération


EN PASSANT : Qu’est-ce que le Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé peut apporter ? Un débat – une conférence sur l’équité en santé ? (entendez ici le mot « national » comme canadien)


L’orientation de l’actuel gouvernement : doit-on y voir un virage « sécurité » ? En cherchant sur le site de l’INSPQ les documents publiés récemment sur le thème Développement social et communautaire, je remarque les dernières publications, qui tournent autour du diagnostic sécuritaire des communautés, après une évaluation de l’implantation de la démarche « Prendre soin de notre monde ». Doit-on y voir une évolution ?

De la stratégie « Prendre soin de notre monde » (Appropriation de la démarche Prendre soin de notre monde – mars 2021) aux diagnostics de sécurité (Manuel pour accompagner le processus et déterminer le diagnostic de sécurité : trousse diagnostique de sécurité à l’intention des collectivités locales – 2e édition – Passer d’un diagnostic de sécurité à un plan d’action : un guide à l’intention des collectivités locales – 2e édition) en 2022

Prendre soin de notre monde, un « appel à travailler ensemble » lancé en 2015. « La Démarche Prendre soin de notre monde est une invitation à travailler ensemble, en facilitant les collaborations entre les acteurs municipaux, gouvernementaux et non gouvernementaux pour la création et le maintien d’environnements municipaux favorables à la santé et à la qualité de vie. » 

Rapport d’évaluation, daté de mars 2021, par Marc Lemire (Appropriation de la démarche…).

Extraits du rapport d’évaluation : 

certaines configurations posent davantage d’obstacles ou de limites à la possibilité de réussite de la démarche, du moins en ce qui concerne son appropriation, par exemple lorsque seul un petit nombre d’individus en porte la vision ou lorsque la vision partagée régionalement est limitée à la préoccupation des saines habitudes de vie. 

Les acteurs œuvrant en développement communautaire expérimentent aussi des difficultés à traduire la démarche par rapport à leurs rôles et responsabilités. En outre, l’adhésion de ces derniers à l’idée de travailler en soutien aux acteurs municipaux plutôt qu’en soutien à l’ensemble de la communauté ne va pas de soi. 

 Enfin, des difficultés se posent également pour les représentants de certaines organisations partenaires au sein des TIR-SHV. En dehors des représentants responsables de la coordination régionale, plusieurs semblent peu informés sur la démarche et ses ancrages régionaux. Dans ce cas, la difficulté d’en percevoir l’utilité est accrue. 

la démarche correspond à une réalité différente selon les organisations et les fonctions occupées, de même qu’en fonction des régions et des paliers d’intervention. 

Dans la mouvance de Québec en forme d’où elles proviennent, les TIR-SHV continuent de prioriser la thématique des saines habitudes. Plusieurs semblent néanmoins avoir cherché à redéfinir ou consolider leurs actions autour d’une vision plus large de la santé et de la qualité de vie 

Enfin, des améliorations sont attendues en ce qui concerne les organisations municipales. Considérant le roulement d’effectifs régulier et malgré les multiples contraintes et sollicitations auxquelles font face les élus et les employés municipaux, il est souhaité qu’ils maintiennent leur ouverture aux efforts de sensibilisation, de mobilisation et de collaboration qui leur sont destinées. 

La finalité de la démarche implique que les acteurs municipaux saisissent le rôle qu’ils peuvent jouer et les leviers dont ils disposent pour agir à leur façon en matière de santé et de qualité de vie. Les acteurs régionaux engagés dans la démarche souhaitent que les acteurs municipaux comprennent la diversité des expertises qu’il leur est accessible en collaborant et qu’ils acceptent de s’engager dans une relation de collaboration plutôt que strictement dans une dynamique de mandant/mandaté. On souligne l’importance que les municipalités favorisent la participation en amont des projets et si possible à différentes étapes de façon à tirer profit des expertises complémentaires qui leur sont offertes. (p. 8, Appropriation de la démarche, Faits saillants et résumé)

[— À voir : les autres acquis et leçons tirées (dans le même rapport) pour les autres partenaires (régionaux, non-gouvernementaux…)  —] 

Ceux qui ont participé à des activités de formation et de sensibilisation manifestent aussi une adhésion et une motivation plus grandes en général. Or, une proportion importante des acteurs engagés dans la démarche occupe nouvellement leur fonction et n’a pas participé à de telles activités dans les dernières années. Ceux qui ont moins d’ancienneté dans leur fonction actuelle ont d’ailleurs moins souvent tendance à bien comprendre la démarche.

Il ressort de cette évaluation trois principales recommandations formulées à l’intention des décideurs :

1- Poursuivre la mobilisation collective visant la création et le maintien d’environnements favorables à la santé et à la qualité de vie en milieu municipal en s’appuyant sur les capacités et les dispositifs en place, tout en les renforçant;

2- S’adapter à l’évolution rapide des réalités du milieu municipal en poursuivant les efforts de rapprochement des instances stratégiques et des regroupements de professionnels détenant des expertises clés en milieu municipal;

3- Engager davantage les organisations et les réseaux partenaires de la démarche à concevoir de façon collaborative le développement d’outils et de connaissances, ainsi qu’à structurer le partage de ces outils et connaissances de façon concertée pour renforcer les capacités des acteurs de soutien en région.

Ces recommandations tiennent compte du fait que le contexte national de pandémie lié à la COVID-19 depuis mars 2020 ne remet pas en question la finalité de la démarche ni ses principes de collaboration. Bien au contraire, l’action intersectorielle en santé publique et la collaboration avec les municipalités demeurent essentielles pour maintenir ou créer des environnements favorables à la santé.

Extraits de Appropriation de la démarche Prendre soin de notre monde – mars 2021

Dernière nouvelle : le gouvernement de la CAQ prévoit transférer 5000 postes de fonctionnaires dans les régions. Une politique saluée par l’UMQ et commentée par son président dans Le Devoir.

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?