populisme de gauche – démocratie radicale

Le problème est qu’il semble que nous ne pouvons pas arrêter, ni même ralentir. C’est le choix ultime et fatal du capitalisme: nous devons détruire l’avenir de nos enfants pour nous accrocher à nos emplois aujourd’hui. (Richard Smith, Six Theses for Saving the Planet – ma traduction)

*  *  *

La victoire de Trump aux États-Unis mais aussi la victoire du “Brexit” en Grande-Bretagne ont mis en lumière à la fois la montée de l’influence d’un populisme de droite et la faiblesse de la gauche à rejoindre et unifier les différentes fractions et luttes populaires.

La gauche (y compris, en fait principalement la gauche social-démocrate) n’a pas su construire une alternative crédible, une unification hégémonique génératrice de l’identité d’un “peuple” (Laclau, 2016). C’est en s’opposant au statuquo et à la bureaucratie de Washington que Trump s’est gagné des appuis populaires. Même si ses affirmations étaient peu précises, souvent peu crédibles du point de vue des experts, elles savaient toucher les points sensibles et préjugés des classes populaires notamment la méfiance à l’endroit des experts (et des immigrants). Durant le règne de Harper on l’a vu souvent jouer de cette corde anti-intellectuelle, anti-experts.

Ernesto Laclau et Chantal Mouffe se sont fait chantres d’un populisme de gauche, acceptant de confronter les connotations péjoratives du terme “populisme” pour en retenir la capacité de mobilisation, d’articulation dans ce “moment horizontal” des équivalences entre les différentes luttes populaires. Premier moment dans création d’une alternative, cette “logique équivalentielle” permet l’émergence d’une solidarité entre les revendications exclues, insatisfaites. Une articulation horizontale “constitutive du peuple en tant qu’acteur collectif”(1). Le second moment de l’établissement de ce “populisme de gauche” étant celui d’un processus d’identification autour d’un leader, où une fraction de l’ensemble exerce un leadership permettant l’établissement d’une nouvelle relation hégémonique capable de remplacer l’ancienne.

Chantal Mouffe critique la “démocratie délibérative” (en référence à Habermas) comme masquant la dimension conflictuelle du politique et la dénonce comme porteuse d’une illusion consensuelle (L’illusion du consensus) qui sert d’abord les intérêts néo-libéraux : comme si tous les intérêts pouvaient être inclus dans une approche pluraliste inclusive et résolus par la seule délibération rationnelle. Pourtant « les questions proprement politiques impliquent toujours des décisions qui exigent de faire un choix entre des alternatives qui sont indécidables d’un point de vue strictement rationnel ». (Politique et agonisme,  Chantal Mouffe, 2010)

Sa référence à Gramsci et son concept d’hégémonie me semble bien adaptée à l’obligation de changement de paradigme devant laquelle nos sociétés se trouvent. Nous devrons  changer profondément nos manières et valeurs, alors que les forces populaires semblent plus que jamais divisées en un patchwork de luttes, réseaux et communautés intentionnelles. Chantal Mouffe insiste sur l’importance du conflit comme élément constitutif du politique, créateur d’un “nous” qui se définit contre un “eux”, sans lequel il n’y a pas de démocratie véritable.

*  *  *

Nous devrons faire plus que changer de gouvernement, nous devrons changer de mode de vie. Il y a urgence en la demeure. Il faut “sauver la maison commune” disait le pape François dans son encyclique Laudato Si. Continuer la lecture de populisme de gauche – démocratie radicale

les USA dans le monde

Cet appel lancé au président-élu Trump par deux hommes politiques américains chevronnés –  William S. Cohen, ancien secrétaire à la défense républicain et Gary Hart, ancien sénateur démocrate : Don’t Retreat into Fortress America – nous rappelle à quel point la présence militaire américaine a conditionné l’équilibre international et façonné ses institutions depuis 70 ans.

via Instapaper

Virtually the entire world has signed the Paris accord. Unilateral abrogation would be a huge blow to the United States’ international credibility.

Truman, Marshall, Acheson and Eisenhower, through their belief in having the strongest military in the world to back a focused and creative diplomacy, put America in a position to lead the world for 70 years. Will Mr. Trump cede that responsibility to Moscow, Beijing or Tehran?

Wise leaders such as Truman, Eisenhower, Marshall and Acheson constructed a temple in which freedom could thrive and economies could prosper. The interior of the temple may be in need of renovation, but Mr. Trump should not pull apart its central pillars and bring it crashing down.
[Don’t Retreat into Fortress America]

Ces auteurs reconnaissent que “la maison a besoin de rénovation”, mais implorent de ne pas affaiblir les murs porteurs au risque de voir la maison s’effondrer. Ils avouent cependant que Trump « a un point, là » lorsque celui-ci demande aux membres de l’OTAN de mieux contribuer au financement de l’effort.

Si les responsabilités financières à l’endroit de l’OTAN doivent être rediscutées, le rôle et les fonctions de l’alliance militaire devraient aussi être redéfinis, précisés et adaptés au contexte actuel. Les menaces des “puissances ennemies” ne sont pas disparues mais elles ne sont plus ce qu’elles étaient au creux de la guerre froide. Les menaces diffuses du terrorisme et celles, moins visibles encore, des pirates et trafiquants de réfugiés et d’expulsés. Menaces-prédations que des conglomérats privés exercent sur les ressources communes à l’humanité (haute-mer, air, glaces). Des menaces qui exigent de nouvelles formes de protection.

Thomas Piketty, dans le journal Le Monde, Pour une autre mondialisation1,  affirme

[I]l faut arrêter de signer des accords internationaux réduisant des droits de douanes et autres barrières commerciales sans inclure dans le même traité, et dès les premiers chapitres, des règles chiffrées et contraignantes permettant de lutter contre le dumping fiscal et climatique,

Ce qui l’amène à déclarer franchement :

[L]e CETA est un traité d’un autre temps et doit être rejeté. Il s’agit d’un traité étroitement commercial, ne contenant aucune mesure contraignante sur le plan fiscal ou climatique.

Piketty n’est pas contre les accords commerciaux mais plutôt contre ceux qui ne font qu’abaisser les barrières à l’appropriation et aux échanges privés sans que soient protégées les ressources communes et publiques sans lesquelles il n’y a pas d’enrichissement privé.

L’accord Canada-Europe devrait innover et intégrer les dimensions fiscales et environnementales et ainsi participer de la mise en oeuvre des ententes conclues entre les États pour réduire les déchets, pollutions et évasions qui mettent en danger les équilibres écologiques et politiques de la planète.

À mon avis l’isolationnisme américain ne peut être contré que par une collaboration accrue des “puissances moyennes” et petites… Si le gorille de 800 livres veut remettre en question les règles et institutions du vivre ensemble, autant en profiter pour pousser les réformes devenues nécessaires.

P.S. (16.11.23) L’article du Foreign Affairs appelle à ne pas défaire le cadre international avant d’en avoir mis un autre en place : TPP, R.I.P. ?

  1. Aussi dans LThe Guardian : We must rethink globalization, or Trumpism will prevail  (retour)

action globale, pensée locale

« Penser global, agir local », cette formule employée par René DUBOS lors du premier sommet sur l’environnement tenu à Stockholm en 1972 pourrait être inversée, en mettant l’accent sur l’agir global – après plusieurs décennies de travail pour élever la conscience sur les enjeux planétaires. Le penser local soulignant quant à lui l’importance de dépasser les slogans et d’adapter, de moduler le plan global en fonction des actifs et des besoins locaux.

Je notais le commentaire récent d’un journaliste sur la question de la réduction des gaz à effet de serre (GES) : “Nous avons dépensé 65% de notre budget collectif de carbone, il ne nous reste que 35%”. Mais une telle formulation ne dit rien de la vitesse, de l’accélération avec laquelle ce “budget” a été consommé. Accélération marquée dans la seconde moitié du XXe siècle par l’arrivée de l’automobile et des électroménagers dans chaque foyer. Une accélération telle que dans les 15 prochaines années nous pourrions consommer autant que durant les cent ans qui ont précédé la seconde guerre.

Faut faire quelque chose, c’est urgent… mais ça fait 40 ans qu’on le dit. Je me demande parfois ce que serait la situation si on avait agi avec détermination dès le rapport du Club de Rome “The limits to growth” et la conférence de Stockholm en 19721. Tergiversation, déni, procrastination l’ont emporté d’autant mieux que les tensions internationales étaient à leur comble : choc pétrolier, guerre du Vietnam, inflation galopante…

Sommes-nous mieux placés aujourd’hui pour agir ? Nous avons sans doute plus de moyens de communiquer, d’apprendre; plus de moyens d’agir, de puissance économique (est-ce à dire plus de flexibilité ?). J’oserais dire que le monde est moins guerrier qu’il l’était durant la guerre froide, même si les drones et les “frappes chirurgicales” alimentent aujourd’hui une guérilla anti-impérialiste, un Jihad qui ne semble pas près de s’éteindre. Un supplément de paix (moins de dépenses militaires) qui devrait nous permettre de dégager des ressources pour construire, imposer, faire respecter de nouvelles règles, de nouvelles limites.

Malheureusement le laisser-faire néo-libéral qui a dominé depuis 30 ans a conduit à une privatisation de la richesse collective, par la réduction radicale de l’impôt sur les hauts revenus (voir Piketty, Le capital au XXIe siècle, p. 805, graphique 14.1) et l’endettement concomitant des gouvernements. G14.1

Les grandes fortunes non seulement ne paient plus autant d’impôt, mais elles prêtent ce qu’elles n’ont pas eu à payer. Ou inversement, les gouvernements doivent emprunter avec intérêts à ceux qu’ils n’ont pas eu le courage de taxer.

Cette offensive de la droite, après les “trente glorieuses” de 1945-1975 où la planification d’État et le développement des services publics avaient dominé, semble avoir mis les socio-démocrates sur la défensive alors que les communistes battaient en retraite. Seule la Chine a pu se mettre à l’abri de ce virage, bien que ce fut en devenant la servante-ouvrière de cette fuite en avant du capitalisme financiarisé.

Mais sommes-nous prêts à changer ? Changer quoi ? Jusqu’où ? À quelle vitesse et avec quels risques ? Des risques pour qui ? Il faudra identifier des cibles, et des contraintes qui seront respectées – imposées – aux récalcitrants sous peine que ces derniers se multiplient et rendent les règles caduques et les cibles inatteignables.

Les solutions ne seront pas que technologiques, mais aussi, surtout culturelles, anthropologiques. Nous sommes des êtres d’habitudes et de tradition plus que de raison. Prendre le chemin des solutions technologiques (le supplément de la revue The Economist de cette semaine en est un bel exemple : “The climate is changing because of extraordinaire inventions like the steam turbine and the internal combustion engine. The best way to cope is to keep inventing.“) sans changer les habitudes risque d’empirer la situation. Par exemple vouloir remplacer le parc automobiles de moteurs à combustion par un parc d’automobiles électriques alors qu’il faudrait évoluer vers un partage de véhicules (électriques et sans conducteur) et des solutions de  transport collectif. Un autre changement d’habitudes qui risque d’être difficile : réduire la part de viande dans notre alimentation (Un rapport de 2006 de la FAO estime à 18 % la part des GES provenant de l’élevage – Wikipedia).

Peut-être qu’une taxe sur la carbone (et sur les intrants carboniques des produits importés) pourra faire évoluer les habitudes alimentaires, d’achat et de transport… mais il faudra plus qu’une nouvelle taxe. Il faudra mobiliser toutes les couches de la société, et c’est dans la manière dont nous traiterons les différends, les inégalités et les libertés que nous maintiendrons ou affaiblirons nos démocraties. Nous devons amorcer un changement de paradigme pour redonner sa légitimité à l’action publique, et réduire l’acceptabilité sociale des comportements d’évasion. La Transition écologique et économique qui est nécessaire devra être portée par un large mouvement social si on veut agir à temps. Mais ci ce mouvement doit être large, il faut qu’il n’y ait ni gagnant ni perdant, seulement des participants à hauteur de leurs moyens – des responsables à hauteur de leurs patrimoines, des agents à hauteur de leur impact.

[Publié sur Nous.blogue, le 2 décembre]

  1. Incidemment, voir l’article de John Ralston Saul dans le G&M d’aujourd’hui sur Maurice Strong un Canadien organisateur de ce colloque et premier directeur du PNUD  (retour)

équilibre budgétaire et dépenses militaires

Ces Américains qui ne veulent pas payer plus de taxes, alors qu’ils sont parmi les moins taxés de l’OCDE, aux côtés des Corée du Sud, Turquie, Chili et Mexique. J’ai toujours eu un malaise…

Mais ne peut-on les comprendre, d’un certain angle ? Chaque dollar de taxe payé par le travailleur américain se trouve investi, à  35-40 % (mon hypothèse de départ) dans les dépenses militaires… Celles d’un gendarme du monde de plus en plus décrié. En 2010 les dépenses militaires américaines représentaient 43 % des dépenses militaires mondiales, loin en avant du deuxième pays (Chine) avec 7 % des dépenses !(Voir aussi la page Wikipedia sur les forces armées américaines.)

Alors ou bien on laissera le géant s’écraser, les vautours et autres hyènes cherchant à tirer leur pitance dans la tragédie… Ou bien ne pourrait-on renverser la situation ? Aider le redressement américain en acceptant de prendre à charge une juste partie de la dépense militaire ! Ce serait une force internationale permanente dirigée à partir des institutions internationales plutôt que de l’aile ouest de la Maison blanche.

Bon, mais même dans ce monde virtuel… il n’est pas sûr que la pression ainsi levée des épaules du payeur de taxes états-unien l’amène à une vision plus sociale ou responsable du rôle de l’État. Devrait-on simplement compter sur le bon sens et l’impact de l’exemple du plus grand nombre ? Hmmm. Par ailleurs n’est-ce pas le genre de contrainte que la Banque mondiale peut imposer aux pays auxquels elle vient en aide, que de demander d’accroître les taxes ? Dans ces cas, il me semble que c’est plutôt pour assurer le paiement des intérêts et du capital de ces prêts consentis et non pour augmenter la couverture en services et biens sociaux. Il me semble que ces banquiers internationaux viennent plutôt demander de sabrer dans les services, pour garantir le service de la dette.

Tout de même, ne serait-il pas préférable de donner un certain sens collectif, politique aux efforts de sortie de crise qui devront être consentis, encore. Sans une telle action les négociations se limiteront aux échanges de billets et de promesses basées sur des équilibres plus que précaires – et donc des tractations d’autant plus opaques. Qui décidera de la portée et de l’orientation des prochaines années ? Les banquiers, chinois en premier lieu, qui ont prêté sans contrainte ni condition ?

On peut toujours faire semblant que chaque pays est indépendant… que c’est chacun pour soi. Ce qui est loin d’être le cas, notamment en Europe. Les grandes décisions et mouvements qui ont déchiré la scène internationale des dernières décennies ont souvent été le fait de leaders américains (les guerres Bush) mais aussi la conséquence de processus souterrains lents ayant conduit à l’effritement de formations sociales (effondrement de l’URSS, printemps arabe). On aura beau questionner, condamner les agissements du « gendarme américain », il a agi d’autant plus librement que les solutions alternatives étaient muettes ou désorganisées.

Ce serait intéressant de voir la part de l’endettement américain actuel qui relève de ses engagements militaires dans le monde.  Je trouve ce billet sur un blog du Monde.fr  – La dette des Etats-Unis : le Congrès de la Honte :

Faut-il rappeler que dans les 14.000 milliards de dollars de dette publique la seule guerre en Irak atteint un montant de 3.000 milliards de dollars ? Que la guerre en Afghanistan représente plus de 1.000 milliards ?

L’auteur ne se prive pas de fustiger les congressistes et sénateurs :

L’hypocrisie est totale : on vote un budget et on bloque les autorisations d’emprunt de ce budget. Il est irresponsable de voter un budget et de ne pas donner au Gouvernement les moyens de le financier. Ce double langage est  proprement scandaleux.

Pour évaluer le poids des dépenses militaires dans le budget américain, il y a plusieurs façon de présenter la chose (le contraire eut été surprenant !). Selon Wikipedia, les dépenses militaires représentent 20 % du budget 2010 totalisant 3,5 mille milliards $. Mais ce budget étant largement déficitaire, on reporte souvent les dépenses militaires sur les revenus de taxe prévus.

The U.S. Department of Defense budget accounted in fiscal year 2010 for about 19% of the United States federal budgeted expenditures and 28% of estimated tax revenues. Including non-DOD expenditures, defense spending was approximately 28–38% of budgeted expenditures and 42–57% of estimated tax revenues.

Une autre façon de voir est celle de la War Resisters League, qui additionne les dépenses militaires actuelles au poids des dépenses militaires passées (soutien aux vétérans, et intérêts sur la dette – 80% – créée par les dépenses militaires passées). Ce qui portait le total à 54 % du budget, pour l’année 2009.

Finalement je n’étais pas très loin du vrai, en pensant spontanément que 35-40% de chaque dollar de taxe payé par un travailleur américain allait aux dépenses militaires… Y’a de quoi développer une allergie, même irrationelle, aux taxes !!

* * * * *

Bon, c’était un billet de circonstances, et de vacances ! En vrac… comme d’habitude !