de la lecture, en masse

J’aime bien lire, et aussi bouquiner, chercher les occasions en marchant Montréal. Après avoir lu Premier bilan après l’apocalypse de Frédérique Beigbeder ( 2011, Grasset) où il décrit son « TOP 100 » (les cent romans du dernier siècle qu’il faut lire sur papier pendant qu’on peut encore les trouver ) j’ai voulu les rassembler. J’en suis aujourd’hui à trente-six titres sur les cent, trouvés chez les bouquinistes de Montréal.

Pour la liste complète (pdf) cliquer - pour une version Excel, voir plus bas
Pour la liste complète (pdf) cliquer – pour une version Excel, voir plus bas

Lorsque jai commencé à faire le tour avec une photocopie de la table des manières, celle-ci étant classée par ordre d’importance (le top 100), selon F.B., il devenait difficile de chercher dans des rayons classés par ordre alphabétique d’auteurs. Aussi j’ai recopié dans un tableur (Excel) les éléments de la table des matières : auteurs, année de parution, titre du livre, rang dans le classement de Beigbeder, et la page dans le livre où se trouve présenté ce titre-auteur. J’ai pu ainsi me faire une copie par ordre alphabétique d’auteur. Ainsi outillé**, en quelques heures de furetage chez 3 bouquinistes j’ai pu trouver près de 25 titres. Un mois plus tard, en comptant les quatre ou cinq titres que j’avais déjà en main au départ, il ne (!) me reste que 64 titres à trouver.

Ce qui me fait découvrir des auteurs importants que je n’avais pas encore touché tel Salinger, dont j’ai lu avec ravissement et un peu d’inquiétude les NouvellesLes choses, de Perec, court roman écrit en 1963, qui est une chronique, pour reprendre le mot de Beigbeder, non pas des années 60 mais des années 60 à 2010 ! Et ce journaliste-bucheron Finlandais qui abandonne tout pour parcourir le pays avec son lapin… Le Lièvre de Vatanen, de Arto Paasilinna. Une belle découverte. Je termine actuellement Passion fixe, de Sollers, parce que ça se lit comme du bonbon… et après j’hésite entre le Glamorama de B.E. Ellis et l’Attrappe-coeur de Salinger. En fait, non j’ai plutôt opté pour un autre court roman (on ne faisait pas toujours des briques de 600 pages, en 1965) de Paul Nizon : L’année de l’amour. Quel bonheur ! Un bonheur aussi de se voir introduit par les 3 ou 4 pages que consacre Beigbeder à chaque titre et chaque auteur.

Incidemment, le même auteur (Beigbeder) a aussi publié en 2001, Dernier inventaire avant liquidationqui reprenait en les commentant les 50 titres les plus importants selon un sondage du journal Le Monde.

** Ici, la liste (pdf) du Top 100 classée suivant l’évaluation de Beigbeder. Et enfin, une liste tenue à jour des titres déjà trouvés (et ceux à trouver) en format Excel (Le TOP 100 Beigbeder & trouvés) et PDF (Le TOP 100 Beigbeder & trouvés).  Si vous avez chez vous l’un ou l’autre des titres de cette liste (parmi ceux que je j’ai pas encore) et que vous souhaitez vous en départir… faites-moi signe !

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?