recherche sur les Réseaux locaux de services

L’équipe du professeur Deena White, sociologue de l’Université de Montréal qui est aussi directrice scientifique du Centre affilié universitaire du CSSS Bordeaux-Cartierville-St-Laurent, a obtenu une subvention (2,5 M$) du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

La subvention s’étale sur une période de sept ans. Vingt-sept chercheurs et dix-neuf partenaires québécois, canadiens et internationaux formeront une équipe interdisciplinaire dont les travaux permettront de développer de nouvelles connaissances sur l’interface entre les services sociaux publics, les interventions communautaires et les soins offerts par les réseaux intimes des personnes. [source : U de M]

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

3 réflexions au sujet de « recherche sur les Réseaux locaux de services »

  1. C’est pas clair ? Oui, c’est plutôt général… En fait ce que je trouve intéressant de ce projet de recherche c’est que sur 7 ans on y trouvera peut-être des moyens de soutenir de nouveaux modes de collaboration et d’échange… de mieux comprendre ce qui freine ou facilite le travail à plusieurs organisations autour de même familles.

    La possibilité d’échanger entre des équipes en provenance de 6 CSSS (3 de Montréal et une de l’Estrie, une de Montérégie et une de l’Outaouais). Échanger dans le cadre de travaux sur une durée suffisante pour voir avancer les choses… Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se payer ça, dans des cadres de plus en plus orientés vers le court terme.

    Et ce que je n’ai pas dit au départ, mais que je comptais ajouter un peu plus tard, c’est que je travaillerai deux jours par semaine (n’étant plus à l’emploi du CSSS Lucille-Teasdale) dans le cadre de ce projet de recherche.

    C’est plus clair, Jean ?

  2. Merci.
    Mon expérience récente avec les services de santé à Montréal est plutôt négative pour ce qui est de la collaboration entre les différents services pour faire le suivi, particulièrement une fois revenu à domicile et sans médecin de famille… Seule issue ‘rapide’ en cas de complication : le retour à l’urgence où… tout est à recommencer.

Qu'en pensez vous ?