petits et grands gestes

Plusieurs bonnes raisons d’être pessimiste en ce début d’année, début de décennie critique (c’est maintenant ou jamais) : ceux qui disent avoir l’avenir de la planète à cœur veulent aussi être réélus, aussi s’empressent-ils de favoriser l’étalement urbain quand ce n’est pas d’acheter des pipelines ou donner des droits d’exploitation de sables bitumineux pour les prochains 72 ans ! Ou encore ces pétrolières qui ne manquent pas d’accélérer leurs investissements de développement… profitant du fait que les restrictions ne sont pas encore là ! 

Un des aspects les plus positifs de la conjoncture est sans doute la prise de conscience collective qui s’est manifestée ces derniers mois, notamment lors de la marche dans les rues de Montréal avec 500 000 participants, mais aussi par toutes sortes d’initiatives qui se développent, portées par de jeunes entrepreneures conscientes, ou de simples citoyens désireux de « faire quelque chose ». Je pense aux nombreux commerces « en vrac », « zéro déchet » qui ont ouvert leurs portes.

Je pense aussi à ce Comité citoyen carboneutre de la MRC de Maskinongé dont l’OVSS nous faisait connaître ce petit vidéo bien ficelé de 7 minutes promouvant les objectifs de « carboneutralité d’ici 2023 » de la MRC, et décrivant diverses activités citoyennes telle le « Maskis’répare », un café-réparation, ou des bricoleurs et des citoyens ayant à réparer quelque chose viennent se rencontrer… Ça fait chaud au cœur, ça pourrait même donner des idées ?

C’est important ces petits gestes. C’est une façon d’intégrer dans sa vie, à tous les niveaux, une nouvelle philosophie, de nouvelles valeurs. Sûr que ça ne sera pas suffisant. Si tout le monde se mettait à prendre le bus, à manger végan, ne prenait plus l’avion… on n’aurait réglé que 25% du problème. (C’est ce que disait Gaël Giraud, dans cette entrevue). Il faudra, aussi, faire des changements « macro », formuler et faire passer des lois audacieuses, conclure des ententes contraignantes avec les autres pays, les autres continents. C’est un peu le reproche que je faisais en terminant la lecture de La transition, c’est maintenant, par Laure Waridel. Un beau panorama des différents enjeux posés par la Transition écolo-économique qui s’impose, avec des ancrages historique et pragmatiques intéressants, mais peu d’articulation au contexte canadien ou continental, et encore moins mondial. Et avec cette finale qui chante l’amour comme LA solution, qui nous fait vaincre les peurs, passer à l’action, déployer énergie et créativité… C’est beau, ça me fait penser (beaucoup) à un discours évangélique, qui fait de l’amour l’arme ultime pour vaincre le mal. On se demande, après deux mille ans de mise en pratique, s’il n’y a pas eu, en cours de route, alliance avec ce mal qu’on devait combattre ! 

Je ne doute pas qu’il faudra beaucoup d’empathie, de solidarité et d’amour, pour construire une société viable pour nos petits-enfants et leurs enfants. Mais je ne crois pas que nous pourrons convaincre les principaux responsables et profiteurs de l’actuel système en leur manifestant de l’amour. Ou bien ce sera de cet amour « qui châtie bien ». La carotte est le moyen de prédilection des politiciens pour stimuler l’économie, et l’orienter parfois. On peut comprendre qu’ils n’oseront pas prendre l’initiative du bâton, quand ceux qui seront « punis » comptent parmi les futurs clients ou employeurs de ces politiciens. C’est pour ça qu’il faut que des groupes de citoyens poursuivent eux-mêmes, au nom de la collectivité, les propriétaires et décideurs des entreprises responsables de la détérioration de la planète. Bon, oui, ça fait beaucoup de monde. 

L’idée étant de rendre les gens responsables : si on a pu poursuivre les Grands du tabac pour des milliards, pourquoi pas les pétrolières ! Et puis, il faudra bien que tous nous y mettions du nôtre, et il serait normal que cela soit en proportion des richesses de chacun et, pourquoi pas, en relation avec la teneur en « saleté » du portfolio. Mais ce n’est pas qu’une question de dollars, de responsabilité comptabilisée. Il s’agit bien de changement d’attitude, de vitesse, d’objets de valeurs. On ne peut se permettre de continuer la loi du moins cher, à court terme sans égard aux conséquences. Et il n’y a pas que le carbone dont il faudra apprendre à faire l’économie, et même le rationnement. Les plastiques, les terres arables, les forêts vivantes, les vies humaines et animales… Réduire le gaspillage et la pollution à grande échelle auxquels les seules « règles du marché » ont conduit exigera une action consciente, volontaire et concertée des « chaines d’approvisionnement ».

Ce n’est pas la moindre qualité du livre A Planet to Win que de nous rappeler que le virage écologique que nous prendrons risque de mettre sous pression des milieux déjà fragilisés… notamment par les compagnies minières productrices de lithium, de cobalt… Dans un discours qui tranche par ses appels à se battre, à condamner des pratiques qualifiées de « crimes contre l’humanité »,

Fossil fuel executives in particular should consider themselves lucky if all we do is take their companies. They should be tried for crimes against humanity.

Les auteurs appellent à nationaliser les compagnies pétrolières (ou encore acheter 51% des actions pour ensuite réduire graduellement la production et « laisser le pétrole enfoui ») et les compagnies d’électricité (centrales au gaz, au charbon…). « Market forces alone can’t keep a critical mass of fossil fuels in the ground.»  Et si les règlements imposés par les différents niveaux de gouvernement ont pour conséquence de faire chuter la valeur de ces compagnies, alors tant mieux : ça coûtera moins cher de les racheter !

En proposant ce « Green New Deal », les auteurs souhaitent mobiliser des forces qui ont parfois, souvent été opposées : les syndicats qui défendent leurs emplois, les écolos qui défendent la « nature »… en promettant un emploi à tous ceux qui en voudront un (dans la lignée du premier New Deal); en assurant les travailleurs des secteurs qui devront être résorbés d’un emploi de qualité équivalente; en développant de nouvelles filières énergétiques mais aussi des filières de soins (à la terre, aux humains) qui sont des emplois à « bas carbone ». Cette solidarité qui « ne laisse personne derrière » doit aussi s’appliquer à l’échelle internationale, le long de la « chaine d’approvisionnement », non pas seulement pour s’assurer d’un bon approvisionnement mais aussi, surtout parce que cette transition ne peut être réussie que globalement. 

Ce sentiment d’urgence qui monte, l’idée de plus en plus reconnue qu’il nous faudra, les pays développés (et donc les plus consommateurs-émetteurs de carbone), atteindre la neutralité carbone d’ici 2030, si on veut l’atteindre à l’échelle du globe avant 2050, ce sont des leviers importants pour amener les gens à passer à l’action. Une action qui devra, à la fois, être consensuelle, c’est-à-dire rassembleuse et sachant mobiliser les nombreuses volontés désireuses de changement, mais aussi être capable de confrontation et de dénonciation, car il y a le feu à la maison !

Il faut exiger un plan pour arriver à la neutralité carbone d’ici 10 ans. Un plan crédible sur le déroulement duquel nous jugerons du mérite de nos gouvernements à chaque élection. Les villes, les quartiers, les agglomérations et les régions doivent se définir des objectifs sérieux, en discussion avec des instances nationales et internationales. Après 40 ans de règne du laisser faire et de dérèglementations, au nom de la libre circulation des biens, mais surtout de l’enrichissement sans vergogne d’une minorité, il n’est plus possible de continuer de la même manière.

Voir In 2030, we ended the climate emergency. Here’s how Et aussi, sur Gilles en vrac, 10 ans pour y arriver.

Billet aussi publié sur le blogue collectif Nous.blogue

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

5 réflexions au sujet de « petits et grands gestes »

  1. Salut Gilles,
    Des petits gestes on en fait pas mal et depuis un bon bout de temps. Il est évident que cette part de la solution doit se maintenir et même s’accentuer car on doit changer nos habitudes de vies de surconsommation. Par contre, ça ne suffit vraiment pas à faire un bilan plus reluisant quand on regarde ça d’un point de vue global. «Faisons payer les riches», sur un air connu que tu as peut-être déjà fredonné…, est la solution plus sérieuse aux différents problèmes. Certains jours, je vais jusqu’à penser qu’il faudrait exterminer les riches, mais je me résonne en me disant qu’il y en aura d’autres, plus jeunes, plus fous, pour faire danser les capitalistes. Le grand défi est dans la conscientisation de ces profiteurs comme tu les nomment, mais comment y arriver? Je ne crois pas que c’est parce qu’ils ne savent pas mais parce qu’ils ne veulent pas se défaire de cette illusion que leur procurent pouvoir et richesse. Il semble assez facile dans notre façon de vivre de se cacher derrière une certaine gloire. Par contre, ailleurs dans le monde il y a des comptes à rendre aux autres membres de la communauté si des torts ont été causés à l’ensemble. Les notions de responsabilité et d’imputabilité entrent en ligne de compte donc.

    Quand je dérive ou que je délire, c’est selon, comme on disait à une certaine époque…, je me dis que les tribus sont devenues trop grandes, que les individus se fondent dans la masse et deviennent invisibles et irresponsables; on peut ainsi se satisfaire d’une vie où il y a d’énormes inégalités, où on peut s’accommoder de laisser des gens à la rue ou des vieux dans des hospices mal desservies, où on ne sait plus très bien prendre soin de certains enfants dans le besoin, etc.; on a fait fausse route à un certain carrefour du coup, on a perdu les compétences ancestrales qui nous assuraient d’un certain équilibre social. Le modernisme a eu raison de nos modes de vie en nous laissant croire que la vie serait plus facile ainsi…

    Alors, que c’est qu’on fait???

    jean

  2. Merci Jean pour ce commentaire plein de cœur… Je crois, comme tu le dis, qu’il faut agir au niveau local, personnel en même temps qu’à l’échelle plus vaste. Je crois qu’il y aurait de la place pour un réseau d’actions, d’influences qui dépasse les partis, les niveaux de gouvernement, et qui porterait à la fois un sentiment d’urgence et de protection, d’empathie pour les plus faibles, les autres espèces… un mouvement porteur de sens, porteur d’espoir parce que cette planète est la seule que nous ayons, qu’elle nous a bien nourris jusqu’ici et que nous devons maintenant en prendre soin. Je n’ai pas de solution toute faite, mais quelques idées “folles”, comme celle d’ouvrier un centre 5R sur la rue Ontario !

  3. Faudra en parler plus de ça parce que c’est encore un «petit geste» de plus sans que tout le système capitaliste ne soit remis en question. Parce que c’est bien de lui dont il faut se protéger même si on y participe.

  4. Oui, c’était mon côté “ancrage local”, qui n’aura bientôt plus de conseils d’administration auxquels participer… Pour moi, ce serait un élément d’une chaîne (de 5R). Mais oui, faudra en parler plus que ça.

Qu'en pensez vous ?