empowerment : ce qui marche

Kevin Harris pointe vers trois documents publiés récemment, juste avant que la ministre du développement local (au Royaume-Uni) ne donne sa démission : Empowering communities to influence local decision making – A systematic review of the evidence ( 216 pages); Empowering communities to influence local decision making – Evidence-based lessons for policy makers and practitioners ( 40 pages); Communities Progress Report ( 24 pages).

Le même article de Kevin me fait connaître ce blogue sur la regénération urbaine qui m’amène vers cet autre sur le planning.

Un petit ange sur mon épaule me dit, malicieusement : Si autant de gestes étaient posés que de pages sont écrites sur ces questions de l’empowerment, de la mobilisation des communautés… beaucoup de problèmes seraient résolus.

Incidemment, j’ai commencé à lire le rapport du Sénat canadien sur les déterminants de la santé. Merci à Jacques pour la référence. On y trouve à l’annexe B (à compter de la page 229 du document complet) un rapport signé du Dr Trevor Hancock, bien connu pour son rôle à l’origine des Villes et villages en santé. De même à l’annexe A (concernant la santé des Autochtones), la partie concernant Une approche des maladies chroniques fondée sur les parcours de vie pourrait sans doute intéresser tous ceux qui interviennent auprès de populations appauvries et marginalisées…

De bons textes… si on fait abstraction de l’épineuse question des empiètements fédéraux sur les platebandes québécoises… Mais où sont les bonnes pratiques ? L’affiliation, pour ne pas dire l’inféodation des pratiques de santé publique en matière de développement local à celles de certaine fondation privée sont-elles des pratiques exemplaires ? Aptes à briser les silos et produire de véritables mobilisations intersectorielles sources d’empowerment ?

développement local, adaptation des services

Quelques autres documents britanniques trouvés dans ma quête autour du thème de l’empowerment et de la cohésion sociale. Des communautés en santé, fortes et prospères, un document de 24 pages (en anglais) faisant le lien entre des politiques visant la personnalisation des services et celle visant le « développement de places » (place-shapingpdf 44 pages), mettant en valeur les complémentarités possibles (à quelles conditions) entre des approches qui pourraient à première vue être conflictuelles (accessibilité à tous et adaptation personnalisée aux besoins de chacun).

Cette personnalisation des services sociaux, semble s’appuyer sur l’orientation Our health, our care, our say, mettant l’accent sur l’accessibilité locale, l’adaptation des services, la participation. Mais aussi, sans doute, quelque chose que nous prenons pour acquis ici au Québec, l’articulation étroite des services de santé et sociaux. Une orientation ayant donné lieu récemment (décembre 2007) à une déclaration commune (concordat) des directions de la santé et des services sociaux ainsi que des instances locales de gouvernement britanniques Putting People First (pdf, 8 pages). Ce qui a donné lieu à une Circulaire des autorités locales (LAC) sur la transformation des services sociaux vers une plus grande personnalisation des services sociaux aux adultes, et même à un « toolkit » sur la dite personnalisation, ce dernier élément faisant partie d’un site consacré au réseautage et au soutien à la transformation des services sociaux et de santé (le Care Services Improvement Partnership – CSIP Networks).

Un autre document récent (2008) publié par Involve, rend compte d’une étude sur les liens entre la participation et la cohésion sociale (Everybody Needs Good Neighbours, pdf 96 pages). Une première partie est consacrée aux manières et raisons concrètes de promouvoir la cohésion sociale par la participation alors que la seconde partie pose un cadre de références plus théorique en la matière.

communautés en contrôle : du vrai pouvoir pour le vrai monde

Une série de documents britanniques tout juste publiés, en juillet, mettent de l’avant un certain transfert de pouvoir vers les communautés locales de même que la transformation de certaines pratiques démocratiques afin de favoriser la participation active des citoyens à différentes fonctions. Le rapport complet : Communities in control: real people, real power (pdf 157 pages); le rapport sommaire (16 pages reprenant les 60 recommandations); l’annexe des Evidence, 90 pages; et d’autres documents plus techniques mesurant les impacts (et coûts) (156 pages) des propositions et les impacts en termes d’équité (42 pages).

Communities in control: real people, real power was launched on 9 July 2008. This White Paper is about passing power to communities and giving real control and influence to more people.

Our key themes are power, influence and control: who has power, on whose behalf is it exercised, how is it held to account, and how can it be diffused throughout the communities we live in. It is about democracy, and how democratic practices and ideals can be applied to our complex, modern society. [extrait du site officiel]

J’y reviendrai certainement… peut-être même avec une traduction maison des principales recommandations…

empowerment : plan d’action et indicateurs

The more opportunities people have to make a difference, the better they feel about the services they have helped to shape – and the better they feel about the institutions providing them. (An action plan for community empowerment, par le département anglais Communities and local Government)

Une référence de Kevin Harris, qui pointe aussi vers un document identifiant des indicateurs (National Indicators for Local Authorities and Local Authority Partnerships: Handbook of Definitions [PDF de 438 pages!] ) permettant de suivre le développement de cet empowerment. Le commentaire de Kevin : I think the indicators in themselves look very progressive. Of course, there’s always concern about how they will be used, and we’ll all take some convincing that they won’t be turned into irritating and counter-productive league tables. [Neighbourhoods]

D’autres documents semblent très intéressants sur ce (complexe) site de « communities and local government ».