Internet libère la presse… et la diffusion des connaissances

PKMEnabledOrg2.jpg

Internet libère la presse et permet d’échapper au conformisme: « L’accélération des difficultés économiques dans la presse écrite quotidienne (et pas seulement en France), l’arrivée des concurrents ‘gratuits’ dans les grandes villes pourraient précipiter les mutations et faire basculer beaucoup de médias papier dans le tout Internet. » (Via Adverbe.com – Ecrire pour le Web, rédiger pour le Web, rédaction.)

Groupes ou réseaux… comme environnements d’apprentissage. Une conférence donnée à Wellington, Nouvelle-Zélande par Stephen Downes

Dave Pollard quand à lui reformule sa version de l’organisation fondée sur la gestion personnelle du savoir (PKM-enabled organization).

Toutes ces contributions mettent en valeur la plus value apportée par l’autonomie accordée aux professionnels du savoir.

terminus1525.ca prend la ville d'assaut !

terminus1525 project press release: « terminus1525.ca prend la ville d’assaut !

« terminus1525, la communauté artistique en ligne du Canada, est fier d’annoncer un partenariat avec les groupes communautaires d’accès sans fil Ile Sans Fil et Wireless Toronto, dont l’utilisation technologique fait connaître du contenu artistique aux publics canadiens dans leurs cafés, bibliothèques et parcs publics. Les quelques 27 500 utilisateurs d’Ile Sans Fil et de Wireless Toronto sont exposés à l’art émergeant canadien lorsqu’ils utilisent un des 135 points d’accès sans fil gratuits et publics, gérés par les deux groupes. La majorité des points d’accès se trouvent à Montréal et Toronto, mais le projet offre la possibilité à des bénévoles de déployer des points d’accès dans leur propre localité. » (Via mtl3p.)

Bravo pour cette exposition itinérante… permanente, émergeante.

wow

Après quelques heures de travail et de tensions… j’ai finalement réussi à installer correctement Firefox, Skype, OpenOffice… et, sublime plaisir : NetNewsWire. Je ne savais pas que ce dernier, dont j’avais entendu beaucoup de bien, avait été acquis par Newsgator ! Et, comble de bonheur, qu’on peut avoir une gestion intégrée, synchronisée de ses fils entre la version locale et celle en ligne : ainsi je pourrai jeter un coup d’oeil sur mes fils RSS (durant ma pause) au bureau, grâce à la version en ligne, et compléter ici avec NetNewsWire.

J’ai téléchargé des versions d’essai de QuarkExpress 7.0, le seul logiciel d’édition offrant une version développée pour la puce Intel; Photoshop CS2. Mais je suis impressionné par la puissance apparente des logiciels inclus dans la suite iWorks : Pages et Keynote !

Je verrai dans quelques temps si j’ai vraiment besoin de Office de Microsoft… Bon, il est vrai que j’apprécierais d’avoir la facilité d’ajouter une note verbale à un texte… mais encore faudrait-il que les ordinateurs du bureau soient minimalement équipés de haut-parleurs… il semble y avoir une politique officieuse de réduire au silence les ordinateurs !

un Mac à la maison !

Ça y est, j’ai succombé à la beauté, la puissance… et à quoi ? En fait, je crois que c’est la fiabilité et la durabilité des Mac qui m’a fait choisir la Pomme, alors que j’aurais certainement payé beaucoup moins pour une machine de l’environnement PC/Windows. En discutant avec un fabriquant de clones, de voir sa réaction en constatant ce qu’il y avait sous le capot d’un Mac Pro : deux puces Xeons de Intel (« Tous les Mac Pro de la gamme comprennent deux des tout derniers processeurs Intel Xeon bicœur. Deux processeurs bicœur. » )… j’en ai conclu que j’aurais encore un ordinateur performant dans 5 ans.

Et que je pourrais faire des choses imprévues, explorer au cours des prochaines années… en matière de traitement photo… images, animation ? flash ?

Bon, c’est bien beau ça, le Mac Pro, mais il est pas mal tout nu, là encore… Qu’est-ce que je devrais m’installer comme suite logicielle ? Open Office ? Il semble que cela soit la seule à avoir été concue pour les puces Intel ! Et pour la lecture des flux RSS ? Comment s’appelle le machin qui faisait saliver les PCistes ? Netnewswire ??
Je suis vraiment tout excité ! comme un enfant… qui aurait reçu son cadeau de Noël 3 mois d’avance !

Continuer la lecture de un Mac à la maison !

imagination débridée

L’auteur, Agnès Desarthe, se rappelle le dessin animé « La Linea » où le petit bonhomme tracé d’une seule ligne suivait un chemin qui n’était que la continuation de la ligne de son corps. Et soudain, la ligne, la ligne qui le dessinait, s’arrêtait deux pas devant lui. Il s’écriait alors dans un charabia de français teinté d’accent italien : « AH mais pourquoi il n’y a pas de ligne ici ? »

Pour bien faire, il ne suffit pas de suivre la route, il faut à tout instant la bitumer du goudron onctueux de nos rêves et de nos espoirs, la tracer mentalement, en s’efforçant de prévoir les inévitables virages et les inégalités du terrain. Parfois, quand ça va bien, quand, par miracle, on a réussi à prendre un peu d’avance sur notre effroyable ouvrage d’art, on bénéficie d’un répit et là, c’est bon, tout roule. On est prêt à croire que le plus dur est fait, qu’à partir de ce moment, tout ira bien. On est si naïf, on a la mémoire si courte qu’on ne se rappelle pas que le terrain qui nous accueille est l’oeuvre de nos mains et de notre cerveau si prompt à imaginer n’importe quoi. On se la coule douce jusqu’au trou d’après sur lequel on se penche, consterné. Je n’ai plus la force, se dit-on, et je mérite mieux que ça, il serait temps que quelqu’un m’aide, il serait temps qu’une main guide la mienne. Autour de nous une armée de bras ballants. Tout le monde est fatigué. Notre mari, notre femme, nos amis, tout le monde en a marre au même moment, et c’est alors que vient — mais seulement si l’on est très chanceux, seulement si l’on n’a pas peur ou que l’on est suffisamment fou pour mordre à l’hameçon furtif — c’est alors que vient l’amour. Et là, ce n’est plus du macadam que l’on jette sur le néant, c’est un pont suspendu qui ouvre la voie jusqu’à l’infini.  [extrait de Mangez-moi]

intelligence collective et cartographie conceptuelle

and maybe there are some clues over on the Blog of Collective Intelligence, where Tom Atlee looks at techniques for Knowledge Mapping. He lists mapping public issues, mind maps, pattern languages, dialogue mapping, graphic facilitation and a host of other powerful workshop techniques. The problem, of course, is getting people to use them rather than default to committee mode. Tom’s post led me to the site of Robert E. Horn who has lots more on mapping.

Source: and maybe there are some clues over on the Blog… [Partnership Online]

En fait ce billet est plus un prétexte, un test de publication à partir du module Windows Live Writer, qui accompagne le Onfolio Deskbar que j’utilise depuis peu pour lire mes flux RSS.

Je ne suis pas sûr d’abandonner mon Newsgator, bien commode pour travailler de plusieurs endroits en parallèle… mais l’intégration que permet (ou promet) Onfolio me rappelle le plaisir que j’avais avec Radio, il y a 4 ans, bientôt 5, quand j’ai commencé à bloguer : un lecteur de fils RSS qui est étroitement lié à un logiciel de blog, c’était chouette.

J’avais téléchargé Onfolio, il y a un an peut-être, intrigué et intéressé par le concept de collection de citations, de fils RSS… et je suis retombé sur ce produit, lorsque j’ai tenté d’installer Internet Explorer 7, version bêta… si je ne m’abuse, Windows Live Toolbar venait avec… à moins que ce ne soit avec Windows Live Writer, qui amenait Live Toolbar, sur laquelle se trouvait Onfolio.

J’ai tout flushé les outils de ce toolbar, sauf Onfolio.

photos à Montréal

Quelques expositions photo qui ont lieu actuellement à Montréal. Le World Press Photo expose au musée Juste pour rire les gagnants de son concours 2005. Un article de la revue Photo sélection magazine m’a pisté sur cet événement organisé à Montréal par Reporter communication. Incidemment ce magazine photo québécois célèbre son 25e anniversaire ! Bravo ! J’en ai trouvé un exemplaire au kiosque Point Vert, coin Duluth et St-Laurent…

La Galerie Donald Browne Art Contemporain, installée au 372 Ste-Catherine Ouest, dans l’édifice Belgo, présente comme première exposition les travaux récents de Raymonde April.

Deux moments à ne pas manquer, le premier se terminant le 24 septembre, le second, le 7 octobre.