commentaires 129 et 130

Le fameux billet de Laurent sur les caricatures danoises a donné lieu à une passionnante discussion, qui atteignait un sommet avant hier avec les commentaires de Zlabia et la réplique de Éolas. Non, je ne suis pas abonné au fil RSS des commentaires sur Embruns, j’ai peine à suivre les seuls billets… Merci de l’avertissement car j’aurais manqué ça ! Mais je crois que je vais quand même m’abonner à celui de Éolas, qui gagnait récemment le titre du meilleur blogue français. Et à celui de la Veuve Tarquine, arrivée en seconde place dans la catégorie « meilleur blogue », et en première pour la qualité de son écriture !

Faudra vraiment que je me déleste de quelques autres.

cartographie conceptuelle

Une série de ressources en Mind Mapping, recensées par Christophe, de Outils Froids. Vous travaillez sur un territoire et souhaitez classer vos documents en relation avec ce territoire ? Mapmemo est l’outil qu’il vous faut : que la carte soit celle du monde, celle d’une ville, ou celle d’un circuit intégré… (ou dans l’exemple donné, celle du circuit électrique qu’un bricoleur ne cesse de trafiquer !). Tiens, pourquoi pas pour classer (et retrouver) les infos relatives aux différentes constituantes des nouveaux (et encore en gestation) CSSS rassemblant tant d’unités et de diversité qu’une chatte en perdrait…
Étant encore à réinstaller mes logiciels sur mon nouvel ordinateur… je vais sans doute jeter un regard de plus près à Dia, une alternative « ouverte » à Visio de MS, que j’ai trouvé bien utile lorsque j’ai eu à construire un questionnaire de sondage.

Il y a ce logiciel québécois, MOTplus, développé par le LICEF, la boratoire de la TéléUniversité. Pour développer des systèmes de relations sémantiques entre objets, des ontologies… par nécessairement utile dans la boîte à outil de l’intervenant terrain mais pour réfléchir et planifier les contenus d’un site web sur une décennie… peut-être ! En tout cas, c’est un logiciel gratuit et qui semble bien fonctionner. Je vais y aller voir de plus près. Continuer la lecture de cartographie conceptuelle

communauté de pratique en insertion professionnelle des jeunes

Un rapport disponible gratuitement, sur de nouveaux modèles de transfert de connaissances chez les intervenants du cheminement particulier de formation visant les insertions sociale et professionnelle des jeunes (ISPJ) au secondaire. Produit par le Réseau québécois de l’ISPJ, le CTREQ et le CEFRIO, ce rapport de 81 pages (PDF)  témoigne du développement d’une communauté de pratique en réseau.

Quelque chose qui pourrait peut-être inspirer les organisateurs communautaires en CSSS, qui, eux aussi, tentent d’appliquer ce concept de communauté de pratique dans un contexte de réseau plutôt que d’une institution unique.

des utopies mesurables

Je suis heureux que ce site (et l’entreprise qui le publie) soient encore actifs. J’ai eu l’impression au moment de le découvrir que l’avenir n’était pas rose pour les Utopies ! Marketing responsable (Talk the walk). Évaluer le développement durable…  Publicité & Communication responsable, Entreprises & construction durableUtopies – stratégies et développement durable recèle plusieurs pistes et ressources de soutien à ceux que le développement durable et le changement vers un tel développement intéressent.

reconnaissance vocale ou écriture orale ?

Après avoir réinstallé les logiciels sur l’ordinateur de remplacement (suite au vol), poiur certains d’entre eux, la remise en marche exige quelqu’entrainement.

Je termine une assez longue période de lecture au micro, racontant les aventures de ce Phileas Fogg, héros de Jules Verne. Le taux de reconnaissance correcte devrait s’être sensiblement amélioré. Le contraire serait vraiment décevant considérant l’effort déployé à lire les extraits de ce fameux « tour du monde en 80 jours ».

Mais pourquoi tant d’efforts justement ? Est-ce seulement pour éviter d’avoir à prendre le clavier pour transmettre ma pensée sur l’écran ? Ou s’il n’y a pas quelque chose de plus, dans le fait de n’avoir pas à utiliser cet intermédiaire que sont les mains pour exprimer la pensée. Ou encore on pourrait dire autrement et souligner le fait que d’exprimer sa pensée par la parole préserve quelque chose de l’émotion, quelque chose qui se perd lorsqu’on utilise un clavier. En fait, alors que je vous dis cela, je le dit aussi avec mes mains, mais en les projetant dans l’air devant moi plutôt que sur la table, sur les touches.

(…) Mais pourquoi cela me semble-t-il si attrayant de parler dans ce micro et de voir s’allonger les phrases ? (…) J’éprouve un véritable plaisir, thérapeutique, à m’exprimer ainsi verbalement. Naturellement le plaisir n’est peut-être pas partagé par vous tous aussi vous dirai-je n’hésitez pas, laissez-moi choir, cela ne me dérangera pas ! Je continuerai certainement de noter pensées et idées au fil de l’eau, ou plutôt « au fil de l’air » serait-il plus juste de dire, un peu comme on fait de la peinture, par petites touches, en prenant de temps en temps une pause et quelques distances devant son oeuvre, avant d’y revenir pour de nouvelles touches.

Comme si le médium oral avait une influence sur le contenu du dire.