soutenir la prise de parole : un objectif en 2006

Un climat qui permette de « montrer certaines vulnérabilités sans que le prix à payer soit trop élevé. A-t-on ces conditions dans nos écoles? » Ce commentaire de Mario Asselin, et le billet de François Guité auquel il s’adresse, touchent la question de la participation limitée dans la blogosphère, même chez des gens qui devraient plus facilement prendre la parole (enseignants, organisateurs…) et participer ainsi à la construction d’un discours public ouvert, critique…

Justement, la dimension critique de ce discours a vite fait de rasseoir ceux-celles qui ont des velléités de prise de parole… Je pense à un petit échange qui a eu lieu récemment sur une liste de discussion d’organisateurs communautaires. Évidemment le sujet était chaud : le vote d’allégeance syndical. Mais tout de même, les discussions étant si rares sur cette liste j’aurais souhaité que la prise de parole soit encouragée plutôt qu’aussitôt semoncée par quelques redresseurs de torts.

Mais il est vrai que les Québécois, qui « n’aiment pas la chicane », devraient apprendre à mieux soutenir le débat et la discussion plutôt que de chercher immédiatement le compromis, le consensus… Comment encourager la participation à la discussion publique (et permettre l’expression d’une certaine vulnérabilité) tout en ne rabotant les différences et débats éclairants ?

submergé d'information ?

Le sentiment d’être débordé, submergé par l’information est devenu commun, quotidien. Inconsciemment (ou consciemment) nous développons des stratégies de résistance et de résolution (coping strategies) : de fait la grande majorité de l’informaton qui nous entoure passe inaperçue, comme un bruit de fond qu’on oublie, une odeur omniprésente qu’on ne perçoit plus. Il est tentant de se délester de toute responsabilité devant une telle avalanche : pas moyen de faire le tri… aussi bien tout balancer ou ne rien lire !! Ce serait abdiquer des droits de regard et de critique chèrement acquis. Après la censure, les grands pouvoirs auraient-ils trouvé l’infobésité comme moyen de nous faire taire ?

Information Overload I keep returning to the topic of information overload. It seems to me that something must give – our pace of information or our process of adapting. Most likely, information development will not slow down (if anything, it will probably accelerate). The main area of control rests in our ability to adapt to this new information climate. Francis Heylighen has suggested (.pdf) our capacity to cope is a function of three elements (…). Posted by gsiemens, 05.12.27

Harnacher ou puiser dans le savoir collectif accumulé par Google : une manière de mettre de l’ordre dans le chaos ? Tout est dans la formulation de la question… mais aussi dans la conservation des résultats des recherches antérieures (avec mon blogue, mes "favoris"…) et une capacité de rechercher le Web autant que mon bureau de travail : le Google Desctop Search est ici d’une grande utilité et incomparable rapidité ! Et si nous pouvions mieux articuler, plus finement les efforts de collègues et collaborateurs ? Nous en sommes là : ajouter au site Web un extranet et convaincre les collègues d’y participer… tout en soutenant l’appropriation d’outils autonomes de gestion de l’info et de publication personnelle (blogues, listes, collections de citations, de "découpages" numériques…).

Google as second brain? Interesting article on the impact of Google (thanks Lisa). Why remember when you can search? When we offload basic cognitive functioning onto tools, in theory, we should then have more resources available for more advanced tasks.
I’ve noticed a similar benefit in blogging, furling, and using del.icio.us. Instead of filing and remembering, I dump content/resources into these tools and apply the intelligence at the search end (…). Posted by gsiemens, 05.12.21

collaboratifs et libres

Voici un article [fr] de Xavier Borderie du Journal du Net [fr] présentant une liste de logiciels collaboratifs, d’applications wikis et de systèmes de blogues en logiciel libre. Quoi que bien fait, il en manque quelques un! [Biotope]

C’est toujours facinant de voir le nombre et la qualité de ces logiciels gratuits… pour le travail en groupe, autour de projets, de textes, de travaux et de réseaux.

projet de loi pour soutenir le dév. local

Local works meeting I’ve not been keeping up with the practical localism of Local Works, but I notice they have several public meetings coming up after the new year. Check this list if you’re interested in hearing the arguments about sustaining local resources and amenities, and about the need for a Sustainable Communities Bill.

Bon, c’est en Angleterre. Mais on pourrait peut-être s’en inspirer ? On s’est bien inspiré d’eux pour le systhème de santé ! Voir aussi cet autre billet du même prolifique Kevin Harris : Community, consensus and neighbourhood governance