dissidence, blogs et activisme

J’ai d’abord cru que ce document pdf (Handbook for Bloggers and Cyberdissidents) n’était disponible qu’en anglais. Référence de Downes, après Gilmor, ça semblait intéressant mais je me demandais pourquoi des français publiaient seulement en anglais… Idiot, le document est aussi disponible en français (et en format HTML aussi) ! C’est Xavier, cette fois, qui pointait vers le Guide du blogueur et du cyberdissident. Publication de Reporters sans frontières, ce guide aborde les aspects techniques, éthiques, tactiques (comment faire pour être lu) de la production d’un carnet Web, en plus de porter une attention particulière aux conditions de publication dans des contrées ou la liberté d’expression s’exerce à ses risques et périls. 46 pages.

Des textes de plusieurs auteurs & blogs connus (Pointblog, Fiévet, Gillmor) et moins connus et des témoignages en provenance des quatre coins du globe… J’y découvre Le blog d’Abondance qui dans cet article sur les limites (souvent frustrantes) de la recherche par mots clés me fait connaître ce moteur de recherche en langage naturel Y!Q développé par Yahoo. Vous y copiez une phrase, un paragraphe servant de contexte à cette idée difficilement réductible en un mot… Bon ce n’est pas encore au point, en français en tout cas, mais c’est un pas dans la bonne direction, non ?

valoriser l'opinion des patients

Un nouveau projet mené par Headshift : Patient Opinion, où les patients s’informent mutuellement sur leurs expériences auprès de tel service… ou à propos de telle maladie. Permettant le feed-back organisé sur les services, et le partage des expériences des usagers, le système se veut un moyen d’améliorer le NHS. Vir commentaire de Corante.

En effet, pourquoi pas encourager et profiter de ce savoir populaire ? Comment vont-ils prévenir les attaques et propos diffamatoires ? C’est à suivre.  Je crois que ça serait TRÈS populaire par chez nous. Une référence de Demos.

l'accès libre : une condition

Call for Free Access to Research , BBC News More on what is becoming a pervasive trend, the call for free access to publicly funded research. « The eight UK research councils, which control most of the public funding, have proposed making free access a condition of getting grants. »  [OLDaily]

Huit conseils de recherche du Royaume-Uni, responsables de la plus grande part du financement de la recherche, envisagent de faire de l’accessibilité gratuite aux résultats de ces recherches une condition de financement. Enfin ! Le financement public devrait être conditionnel à l’accès du public aux résultats.

logiciels en code libre

J’ai finalement installé la version 1.9.125 de OpenOffice. Et je suis impressionné. Ce qui me manquait hier, je le trouve aujourd’hui sur cette page francophone : les dictionnaires. Précisions : Cette suite de logiciels comprend des « équivalents » de Word, Excel, Access, Powerpoint et un logiciel de dessin (Draw).

J’ai toujours eu certaines réticences vis-à-vis les logiciels open source, surtout en ce qui a trait aux applications d’usage quotidien (genre Word et Excel…). Mais les choses changent : le fait que ces logiciels deviennent de plus en plus faciles à utiliser (ne laissant que peu d’avance, s’il en est, aux produits Microsoft) et la décision récente de Microsoft de bloquer les mise à jour (et l’accès aux patchs de sécurité) pour ceux qui auraient des copies non-officielles m’ont convaincu d’y jeter un oeil de plus près.

Naturellement, j’utilisais déjà des logiciels en code libre : WordPress, B2Evolution (pour les carnets d’intervenants)… mais j’utilisais encore Word et Excel, par souci de compatibilité et facilité (l’habitude).
L’avancement du « libre » en regard des logiciels propriétaires forcera sans doute des changements stratégiques chez Microsoft…
Continuer la lecture de logiciels en code libre

blogs ruraux et autres découvertes

Au détour d’un commentaire je découvre le Carnet de la vie rurale, rédigé par Eric Robert, qui pointe vers plusieurs autres carnets ruraux ! Mais aussi vers des sites soutenant l’action communautaire, comme Tactique, qui se veut une référence sur la levée de fonds et les communications… qui me rapelle l’existence de ce portail communautaire canadien.

Tiens, ce dernier site m’apprend l’existence du programme de maîtrise conjoint McGill-McConnell sur la gestion dans des organisations bénévoles, qui vient de publier une série de textes produits par leurs étudiants.

Intéressant… mais je ne peux m’empêcher d’avoir des démangeaisons à chaque fois que je vois ces références au « national »… Pourquoi pas « canadien » ? Quand donc reconnaîtront-ils qu’il y a plus d’une nation au Canada ?? Pour moi, le secteur bénévole national, ça fait d’abord référence au secteur québécois…

la minorité parlante

C’est un constat qu’ont sans doute fait tous les promoteurs de bulletins communautaires ou professionnels, de médias se voulant participatifs : le nombre des répondants à l’appel est minime… Et quand on pense que dans la « vraie vie » les grandes gueules sont, là aussi la petite minorikté alors que la majorité se fait silencieuse… y’a pas de quoi se surprendre de la transposition de cette hiérarchie dans le cadre d’échanges sur d’autres scènes.

Mais ce n’est pas si simple. Comme en témoigne la discussion soulevée parmi des éducateurs qui se questionnaient sur le peu de participation à leur carnet (Toujours les mêmes – tiens, me semble avoir déjà entendu (dit ?) cela ). Voir les commentaires au bas de cet article, mais aussi cet autre article sur le même carnet collectif Blogue du RÉCIT. C’est le carnet de Clément qui m’a mis sur la piste… en pointant notamment sur l’article de Pierre Lachance et l’excellent commentaire de Mario Asselin. Martin Lessard, auquel réfère Gilles Jobin, y allait pour sa part d’un billet (suivi de commentaire) intitulé Peut-on motiver quelqu’un à écrire dans un blog ?, au moi de mai dernier.

Beaucoup d’expériences qui convergent, dont on peut s’inspirer. Y’a de l’espoir ! Comme le soulignent plusieurs, ces questions ne sont pas propres aux seuls enseignants, mais sans doute à tout réseau ou groupe de travail ou de vie.

l’autre face de la culture américaine

Les conséquences de la culture du chacun pour soi, de la valorisation du salut par ses propres efforts… typiques de la société américaine sont visibles dans le chaos actuel en Nouvelle Orléans. Quelques articles sur le sujet éclairent d’un angle nouveau la question. Du Globe and Mail, Doug Saunders: Nasty, Brutish — Society’s Net Snaps , du New York Times, Paul Krugman: A Can’t Do Government ou encore, du Boston Globe, Derrick Z. Jackson: Big Oil’s Bigtime Looting . Des citations relevées par cette nouvelle (pour moi) source (mon 43e fil RSS!) The Common Dreams.
De la même source, sur un ton plus humoristique, Une lettre ouverte de Michael More à Georges Bush. Merci Alex.