appartenance et "départenance"

Ça fait longtemps que je n’étais pas allé du côté du blog de Dave Pollard, How to save the world. Un billet de Stephen Downes, cet autre infatiguable blogueur canadien, m’a amené là: Love, Conversation, Community Vs Nobody But Yourself. Sa vision (mais c’est secondaire dans le propos de Pollard) d’une nature primitive qui se moque de ce que pensent les autres :

In a natural world, perhaps, no one would or should care what other people thought about their wild ideas, eccentricities, authentic and unique characteristics.

m’a rappelé qu’au contraire, du point de vue de l’évolution neurophysiologique, la capacité d’interpréter et de comprendre ce que voient et pensent les autres a été une étape importante dans la construction de Sapiens sapiens (voir Comment Homo est devenu sapiens).

Ce qui n’enlève rien à la pertinence de la question : comment appartenir, converser, aimer une communauté (une personne) tout en restant libre, authentique… Comment promouvoir le changement sans s’éloigner, se mettre à dos les autres… De l’amour inconditionnel ? La promotion du changement n’est-ce pas poser des conditions ?? Mais si le changement promu l’est par un renforcement positif il peut y avoir coincidence: acceptation inconditionnelle et respect de la liberté de l’autre… tout en suggérant, proposant, soutenant des avenues qui ne sont pas des conditions.

Dans la vraie vie, cependant, il y a une réalité qui n’est pas toujours « amour » mais bien parfois (souvent) contrainte, mort, douleur.

un petit logiciel… quand on veut écrire pour vrai

J’ai bien hâte d’essayer ça sur mon Mac…

scrivener.pngScrivener is a word processor and project management tool created specifically for writers of long texts such as novels and research papers. It won’t try to tell you how to write – it just makes all the tools you have scattered around your desk available in one application. Literature and Latte – Scrivener

Malheureusement pour les autres… c’est juste sur Mac que ça marche ! (Quelque chose de semblable sous Windoze : PageFour).

Précision : C’était une suggestion de Teppo, sur Orgtheory.net

trouvailles du lundi

animer les proccessus de décision : du jazz !

Je retombe sur ce newsletter, après quelques années, qui me semble toujours aussi inspirant. Quand les questions qu’on se pose sont de cet ordre : comment mieux définir les relations entre conseil d’administration et directions…

  • Listen & Learn. Jazz musicians are constantly listening to and learning from each other.
  • Engage & Encourage. Those organizations that take the time to discover, develop, and encourage what people can do best and enjoy doing most are going to be the organizations that attract and retain the best people.
  • Appreciate & Align. The oil of accomplishment, in both jazz and nonprofit governance, is appreciation. Discovering what’s going right and building on thestrengths and talents that are making it happen is a far more powerful approach to organizational effectiveness that getting stuck in cyclesof criticism and complaint about what’s going wrong.
  • Do & Delight. Passion, talent, engagement, and alignment mean nothing unless something happens. Doing it right brings delight. And if it isn’t fun, it isn’t jazz. (extrait de CharityChannel’s Nonprofit Boards and Governance Review eNewsletter)

Quelques autres articles qui me semblent intéressants :

Et aussi le site de Carver, sur la gouvernance (des OBNL, entre autres), propose une définition de la « gouvernance par politiques » adaptée aux OBNL (Policy Governance for Non-Profit Organizations).

gouvernance, économie sociale, planification stratégique

Le dernier bulletin du Chantier de l’économie sociale (malheureusement non encore en ligne) annonçait diverses ressources d’intérêt :

Sans être passé à travers les 492 pages sur la gouvernance démocratique, j’ai remarqué certaines ressources suggérées, telle ce guide de planification stratégique (PDF 58 pages) élaboré par l’organisation Civicus.

théorie des organisations

If you want an excellent introduction to organization theory – I recommend Pfeffer’s New Directions in Organization Theory: Problems and Prospects.  The book nicely covers key micro-issues, which many org theory books don’t do, and more generally the book is an excellent lay-of-the-land introduction (for a different angle on the matter – see Peter Abell’s excellent Organisation Theory: An Interdisciplinary Approach). » (Via orgtheory.net.)

Je suis d’accord, tout à fait : Pfeffer a produit un petit bouquin très stimulant. Et Karl Weick en fait ici une bonne présentation. Bon, ce n’est pas un livre récent (1997) mais qui a dit que la théorie des organisations évolue si vite ?

Je cite ici quelques phrases de la présentation de Weick, qui me rappellent bien ce qui m’avait plu à la lecture de Pfeffer : Reading Pfeffer is a bit like reading a book-length Annual Review of Sociology chapter on organizations.

Translated into the language of the chapters of this book, the field is about understanding the causes of behavior (chap. 2), models of behavior, the effects of composition, mechanisms of social control, the exercise of power and influence, organizational performance, a critical look at managerialism, and new directions. Alternatively, it could be argued that the field is about the five models of behavior discussed in chapter 3: economic, social, retrospective rational, moral, and interpretive.

Continuer la lecture de théorie des organisations

le choix du jour

J’aime bien ces listes ou plutôt ces « choix du jour » que proposent certains sites. Ceux de Jane’s E-Learning Pick of the Day (A daily item of e-learning interest selected by Jane Hart of the Centre for Learning & Performance Technologies) sont souvent intéressants. Pour ceux qui, comme moi, sont à l’affut de nouveaux moyens de classer, retrouver, organiser les idées, les documents (trop nombreux) qu’on manipule… Ça me semble une ressource qui pourrait être utile aussi pour des chargés de cours, de projets…