1979 – un projet de revue

Ce petit texte de mars 1979, Ă©crit « Ă  la suite d’un colloque organisĂ© par le module Animation et recherche culturelle de l’UQAM en 1978, s’intitule Pour une revue d’animation et d’organisation communautaires. Texte dactylographiĂ© en plusieurs copies sur papier oignon, comme c’était l’habitude dans les groupes militants organisĂ©s
 la numĂ©risation de la photocopie est plus qu’imparfaite, comme l’image du document. 

Une orientation en trois axes : 

  1. au service de la classe ouvriĂšre, donc excluant les animateurs d’organisations patronales et les « professionnalistes Â» plus intĂ©ressĂ©s Ă  construire et prĂ©server leur champ d’action professionnelle qu’à rĂ©soudre dans l’intĂ©rĂȘt du peuple les questions posĂ©es par leur pratique.
  2. L’indĂ©pendance d’action, dĂ©mocratique et de conscience des organisations ouvriĂšres et populaires auprĂšs desquelles les animateurs-organisateurs travaillent. 
  3. Échanges avec tous les groupes militants et animateurs du pays (Canada) au sein de toutes les nations et minoritĂ©s nationales au pays. Ceci afin de « mettre un frein Ă  l’obscurantisme nationaliste qui caractĂ©rise encore, et depuis longtemps, notre travail au sein des groupes populaires. Â» Une vision tronquĂ©e qui fait qu’on est surpris d’apprendre qu’il existe des comitĂ©s logement, de l’autre cĂŽtĂ© de l’Outaouais, ou encore qu’il existe des cliniques populaires dont nous pourrions apprendre. 

Nous sommes Ă  un an du rĂ©fĂ©rendum quĂ©bĂ©cois de 1980, et ça se sent ! Il faut « resserrer les liens de classe Â» plutĂŽt que d’attacher « le char de la classe ouvriĂšre Ă  celui de la nation Â». 

Malgré ou à cause de sa langue de bois de lutte de classe, le document est une trace intéressante, mais au-delà de sa formulation grossiÚre ou maladroite, la proposition donnera naissance à une revue: Offensives communautaires et culturelles. Cinq numéros seront produits au cours des 2-3 années de son existence. 

Voici les “unes” des 5 numĂ©ros :

En plus de participer aux dĂ©buts du comitĂ© de rĂ©daction, j’ai contribuĂ© de deux articles:

  1. Si Dieu est mort, il n’a pas emportĂ© la religion au paradis, (ici le pdf mise en page originale)
  2. Le droit de VIVRE sa mort (pdf)

C’Ă©tait un vĂ©hicule d’expression culturelle et personnelle un peu plus libre que les journaux et revues politiques auxquels les militants ML Ă©taient habituĂ©s… Mais pas autant que celles qui montaient en popularitĂ© Ă  la mĂȘme Ă©poque : Le Temps fou (1978-1983) et sa petite (ou grande) soeur La Vie en rose (1980-1987).

Pour mĂ©moire, et parce que la BibliothĂšque nationale ne l’avait pas encore fait, j’ai numĂ©risĂ© les premiĂšres pages (ci-haut) mais aussi le numĂ©ro 2 de la revue au complet, avec cette gueule impayable sur la couverture. Pour accĂ©der au PDF (47 Mo).

La marche des chĂŽmeurs des annĂ©es 30, Henri Laborit…