pourquoi ce silence ?

Malgré tout le bruit que font les médias, d’autant  tonitruant qu’ils ont peur de perdre une audience au profit des borborygmes éructés par les entrailles  du monde; c’est le silence qui règne au niveau des idées… Que la plus petit idée soit émise avec un iota d’originalité et elle sera écrasée ou rachetée pour être mêlée à la pâtée intégrale garante de l’immobilisme.

Bon… c’est un peu sombre comme réflexion pour un lundi matin… mais c’est ce que m’inspire la lecture (partielle) de ce mémoire de maitrise : Silence descends : the effects of rising authoritarianism and fear on citizen engagement

To be born human may no longer be an assurance of being human, as the mind/brain is manipulated in evermore powerful ways from birth to death, by whomever has the power and for whatever purposes they desire—the self may cease to be.

Et aussi, dois-je l’avouer, les gorges chaudes de la droite devant les ratés de la mouvance climatique. On se targue et montre du doigt les erreurs et déficiences de documents et scientifiques de cette tendance… alors que les grossières affiliations des détracteurs et « négationnistes » du réchauffement ne semblent pas compter ! En fait, du point de vue des négationnistes, réduire la confiance dans la science c’est assurer l’ immobilisme du monde.

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?