y’a pas qu’à l’urgence

Comment se fait-il qu’un médecin spécialiste donne collectivement rendez-vous à tous ses clients pour 8h le matin alors que ceux-ci attendront 2, 3 ou 5 heures avant d’être vus ? Des personnes malades, âgées, qui n’ont rien mangé… De quel droit traite-t-on ainsi des personnes vulnérables ? La seule logique explicative est-elle vraiment de préserver le précieux temps, les coûteuses minutes du travail du spécialiste ? Ou s’il ne s’y mêle pas une part de mépris pour la clientèle « ordinaire », c’est à dire pauvre ?

Ça ne se passe pas dans les corridors de l’urgence, mais c’est tout aussi inacceptable !

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?