Modes d’existence : l’enquête

Un ambitieux projet que celui de Latour, qui a voulu associer ses lecteurs dans un processus d’écriture et de poursuite de la recherche amorcée par son Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des modernes.

Cela donne le site AIME. Un espace où les lecteurs peuvent ajouter des commentaires, des textes…

Je croyais avoir parlé de ce texte ici, mais ne trouve aucune référence. Seulement les citations extraites d’un livre précédent Changer la société, refaire la sociologie, une introduction à la théorie de l’acteur-réseau.

Si la société « moderne » ne peut plus s’imposer comme étant le modèle à suivre — ce serait même le contraire — elle ne peut non plus s’extraire de la solution à trouver. Il y a quand même quelque chose à « sauver » dans cette modernité, quelque chose à marier avec les autres modes d’existence (Comment composer un monde commun ?) que Latour approche avec une méthode issue de la sociologie des sciences et de l’anthropologie.

Un projet à suivre…

Ne vous laissez pas rebuter par une certaine prépondérance de l’anglais (notamment le titre qui demeure en anglais, même quand on passe à la version française du site… ou le fait que le site ne détecte pas l’interface de préférence du visiteur…). 

palmiers de Noël

 

quelques photos prises lors d'un premier voyage en Floride
quelques photos prises lors d’un premier voyage en Floride – cliquer pour vous rendre sur l’album Flickr

Quelques jours passés à 30 degrés Celsius, du 6 au 13 décembre dernier, à Hollywood, Floride. Merci à Francine et Don !

C’était ma première visite en Floride… J’ai trouvé ça chaud, pour un mois de décembre ! J’imagine pas en juillet !! Et j’ai été surpris de la présence des canaux qui suivent les rues, comme des ruelles d’eau, où garer son bateau.

un crédit d’impôt plus équitable = un levier de développement

Dans le Globe and Mail du 12 novembre, sous le titre A smart-money manifesto : 10 tips from a father to his daughters. Le quatrième « tip » se lit comme suit :

4. Leave your home out of your retirement income plan. You have to live somewhere all your life. I have watched a number of people sell their big homes and move into something smaller. In the end, most of them got very little cash out of the deal for one reason or another. There are too many places for it to leak away. Choose a house that is just the right size for your family and resist getting something bigger. It just costs more to operate and maintain. Do not be house rich and cash poor.

Soit : laissez votre maison en dehors de vos projets de revenus à la retraite. L’auteur, Rob Carrick, un spécialiste des « finances personnelles », dit qu’il a vu trop souvent des gens vendre leurs grandes maisons pour emménager dans plus petit, tout en ne dégageant en fin de compte que peu d’argent liquide. Il recommande d’avoir une maison « juste assez grande » et de résister aux envies de grandeur, qui coutent cher à entretenir. Il ne faut pas finir riche d’une maison mais sans le sou ! Oui, mais alors tout ton argent est placé en produits financiers ? Les revenus générés seront-ils toujours plus importants que des placements immobiliers ? — Je ne suis pas un spécialiste, ni même un amateur de produits financiers, alors je ne saurais répondre… Et puis, sans céder à l’envie de grandeur on peut imaginer des investissements immobiliers sur d’autres biens que sa propre maison. C’est d’ailleurs ce que Rob Carrick suggère dans sa 7e recommandation : (entre autres) investir dans des propriétés autres que sa maison. Dans un marché immobilier comme Montréal, où une majorité de gens sont locataires, il y a sûrement place pour des investissements à long terme. Cela pourrait même être des projets collectifs d’habitation pour ainés, non ?

Dans un contexte où les besoins en matière de services seraient « solvabilisés » par une assurance ou un programme à long terme d’investissements publics, notamment grâce à une transformation de l’actuel programme de crédits d’impôts pour ainés, qui serait rendu plus équitable et accessible, on peut imaginer des projets mobilisant l’épargne collective des petits propriétaires et épargnants et non seulement du grand capital privé. Non ?

La rumeur laisse entendre que le ministre Hébert ne toucherait pas au crédit d’impôt pour le maintien à domicile des personnes âgées, acquiesçant ainsi à la demande de l’Association des résidences privées du Québec. Alors qu’une transformation du crédit d’impôts qui le rendrait relatif au revenu, remboursant une plus grande part de la dépense pour les bas revenus que pour les revenus élevés, permettrait « l’entrée sur le marché des services » à des ainés qui, aujourd’hui, n’en ont pas les moyens. Autrement dit on permettrait l’émergence de projets d’habitations avec services répondant aux besoins de nouvelles clientèles, moins fortunées que celles qui ont aujourd’hui accès à un « marché » qui n’est soutenu qu’à hauteur de 30 %.

Pourquoi l’État accepte-t-il de soutenir à hauteur de 75 % pour les ménages à bas revenus ( 32 000$ et moins, si je me souviens bien) les services de garde d’enfant, le plus souvent en milieu familial « non régi », et ce sans se sentir obligé d’accréditer ces milieux ? Pourtant les enfants sont une clientèle fragile. Mais les parents sont là pour choisir, et payer tout de même une partie de la facture.

Déjà tout un réseau existe d’OBNL en habitation et d’offices municipaux offrant des habitations pour ainés avec un minimum de services, qui pourraient améliorer leur offre socialement pertinente, devenue économiquement accessible. Des services qui joueront un rôle important pour réduire les risque d’isolement, de malnutrition, de chutes… Mais les OBNL et OMH ne seront pas les seuls, et sans doute pas les principaux acteurs du développement des solutions communes de demain. Évidemment, il y aura toujours quelques projets de luxe et pour clientèles fortunées. Mais ceux-ci ne répondent pas aux besoins des gens ordinaires, de la majorité.

Le financement d’un programme bien pensé de services « de base », soit l’aide aux activités de la vie (quotidienne ou domestique) et l’aménagement environnemental adapté au vieillissement, pourrait faire beaucoup pour diminuer la pression sur les services de compensation des pertes d’autonomie (qu’ils soient financés comme assurance ou service public). Un tel crédit d’impôt pour le maintien à domicile plus accessible faciliterait l’émergence d’initiatives portées par des communautés de vie, des voisinages, des projets intergénérationnels d’auto-construction, des collectivités intentionnelles… En plus, naturellement, de favoriser l’accès aux actuelles résidences privées à de nouvelles clientèles.

autonomie des ainés, services et hébergement

Des centres d’accueil aux RPAS

Il fut un temps, pas très éloigné, où un député provincial pouvait gagner 3 élections avec un seul projet de Centre d’accueil pour ainés : une première à l’annonce du projet, la seconde à la première pelletée de terre et la troisième avec l’inauguration officielle. À la même époque (75-79) on expérimentait et développait un réseau de services à domicile (infirmières, travailleurs sociaux, auxiliaires familiales) associé à des interventions collectives et préventives en alimentation, logement, revenus, droits sociaux…

C’était le temps où l’on construisait des centaines de HLM pour ainés afin  de faciliter le déplacement de populations occasionné par les grands projets urbains (Place des arts, complexe Desjardins, place Radio-Canada, autoroute Notre-Dame, parmi tant d’autres). Les HLM pour ainés étaient d’autant plus rentables socialement qu’ils libéraient souvent de beaux grands logements occupés par les ainés dont les enfants étaient partis.

C’était le temps où le CLSC avait le mandat de fournir les services à domicile dans les RPAS (résidences privées pour ainés avec services) mais pas toujours les moyens ni la volonté de rendre la marchandise. On ne voulait pas soutenir, valoriser les investissements de capitaux au détriment des personnes logées dans des habitations « normales » : duplex, triplex, unifamiliales… en HLM aussi. Mais en RPAS ? Ces résidences incluaient déjà des services au prix de leur loyer, ce que le crédit d’impôt est venu reconnaitre et consolider. Alors, quand commence et où finit la responsabilité de la résidence (ou de l’ensemble d’habitations avec services) et celle du CLSC ?

C’était pas facile à distinguer au départ. Mais avec le temps, les résidentes de ces ensembles sont devenues d’anciennes clientes qu’on a accompagnées dans ces nouveaux milieux depuis le logement qu’elles habitaient dans Rosemont ou Mercier. Les contrats de location avec services sont devenus plus clairs, mieux compris de part et d’autre.

Ces résidences privées et ensembles d’habitations avec services se sont multipliés malgré l’incertitude qui entourait le statut d’autonomie de leurs résidents. Le crédit d’impôts pour le maintien à domicile des personnes de 70 ans ou plus est venu à point nommé assouplir le passage, adoucir la pilule d’une accréditation devenue nécessaire.

Des services de surveillance (médication, nutrition), de soutien aux activités de la vie domestique (courses, ménage, entretien saisonnier) ou de la vie quotidienne (repas, bain, habillement) peuvent être donnés beaucoup plus économiquement et efficacement si les ressources sont basées à la résidence ou très proche. Il devient plus facile et payant de fournir un service à l’ensemble d’un milieu que de décortiquer suivant des évaluations individuelles changeantes la panoplie des PSI et PS…

Des solutions diversifiées

Il faudra plus que des CHSLD, des RI et des RPA… pour rencontrer les besoins compensatoires à la perte d’autonomie ET pour prévenir, réduire les pertes d’autonomie évitables. Une assurance basée sur la mesure et la compensation des handicaps sera-t-elle suffisante pour impulser les divers filets de protection et de promotion qui devraient se développer avant l’apparition des pertes, pour en minimiser l’occurrence ?

Les formules diversifiées ont remplacé le modèle traditionnel, où l’on devait choisir entre la maison de retraite OU le maintien à domicile.

[O]n observe dans l’ensemble des pays, à des degrés divers, une forte différenciation des lieux de vie pour les personnes âgées en situation de perte d’autonomie. Le « domicile » et « l’institution » sont des expressions peu appropriées, tant les lieux de vie sont variés. À la figure traditionnelle de la « maison de retraite du troisième âge » (supposée relativement uniforme) s’est substituée dans la plupart des pays une multitude de structures d’accueil qui sont autant de formes intermédiaires de prise en charge entre le domicile stricto sensu et l’établissement médicalisé pour les soins de long terme. [p. 77, Les défis de l’accompagnement du grand âge, Perspectives internationales, Centre d’analyse stratégique, France, 2011] Continuer la lecture de autonomie des ainés, services et hébergement

plus près du fleuve pour qui ?

Les projets des divers candidats et partis montréalais afin d’améliorer l’accessibilité du fleuve vont du plus humble au plus audacieux. Soit on est prêt à investir des milliards (7 G$) pour ériger une barrière de gratte-ciels sur les rives faisant face à la pointe de l’île Ste-Hélène en créant une Entrée maritime (entrevue de Richard Bergeron et d’autres autres candidats avec Patrice Roy, au téléjournal de Montréal le 10 octobre). Soit on met en valeur le parc Bellerive, ou des projets de plages à Pointe-aux-Trembles des projets (voir minute 4:35 de l’entrevue) qui étaient déjà dans les cahiers de l’administration précédente, ou qui pourraient faire parti de la gestion ordinaire des espaces verts de n’importe quelle administration.

Je ne suis pas contre les projets ambitieux de réappropriation des berges du Saint-Laurent, je me demande seulement pour qui travaille-t-on ? Que l’on construise du logement pour retenir une part des milliers de ménages qui quittent pour la banlieue chaque année, j’en suis. Mais un quartier fait de tours d’habitation convient-il vraiment à la clientèle de ces jeunes familles ? Si on avait une vision un peu moins pointée vers le centre-ville, le Vieux-Montréal, l’île Sainte-Hélène, on pourrait voir, entre autres, que le fleuve Saint-Laurent compte d’autres îles que la Sainte-Hélène, et qu’il y a même un Parc national des îles de Boucherville, un peu à l’est…

Ce parc ne devrait-il pas compter comme une destination de choix pour la randonnée pour les habitants de l’île de Montréal et les touristes qui la visitent ? Au moins autant que la montagne ou le jardin botanique ? Bon, peut-être pas autant, mais cette réserve de nature, lieu exceptionnel de randonnées pédestres et excursions aquatiques à quelques kilomètres du centre-ville, à cinq kilomètres seulement du jardin botanique et de l’Espace pour la vie… pourrait être beaucoup plus accessible, été comme hiver. Ce faisant nous pourrions « revitaliser » ou donner du sens aux nouveaux développements promis dans l’arrondissement : prolongement du boulevard de l’Assomption, aménagements pour faciliter le transport en provenance du port… Et si nous osions profiter de ces transformations nécessaires pour inclure, reconstruire une « coulée verte » sous la forme d’un nouveau chemin Olmsted allant du Jardin botanique jusqu’aux îles de Boucherville ?

On parle d’un téléphérique entre l’Entrée maritime et l’île Sainte-Hélène… Je pense qu’un pont piétonnier et cycliste donnant accès aux îles de Boucherville et au parc national serait aussi intéressant. Surtout si on l’inscrit dans un aménagement reliant cet ouvrage de génie civil à l’Espace pour la vie. Cela ne serait pas le seul chemin pour s’y rendre, évidemment. Mais cela contribuerait à construire une Ville qui se marche.

Une ville où l’on peut marcher sans toujours avoir l’automobile qui vous assaille, vous menace. C’est un privilège que de pouvoir traverser des quartiers en marchant ou à bicyclette sans avoir à traverser de rue ! On peut le faire dans les grands parcs (Mont-Royal, jardin botanique, Angrignon) mais aussi le long de la voie ferrée délimitant les quartiers Rosemont, Plateau, Outremont, Côte-des-neiges, Côte-Saint-Luc. Une voie pédestre et cyclable qui se réalisera enfin (voir mon animation de 2001), semble-t-il, sous l’impulsion du nouveau campus de l’Université de Montréal près de la gare de triage d’Outremont. [Dans Rêver Montréal, voir projet #31 Dino Bumbaru « Un réseau de promenades métropolitaines »; #48 Michel Archambeault « Découvrir sa ville en marchant : pourquoi pas ? ; #75 Hamelin et Yacouvakis « Pour un réseau piéton et vert »; et ? #68 Robert Lacroix « Une ville de savoir négligée » – où il parle du campus à Outremont et des aménagements – à moins que ça ne soit dans un autre projet – j’ai prêté ma copie du livre…]

S’il fallait attendre le développement d’un nouveau campus universitaire ou la construction milliardaire de tours riveraines pour se donner les moyens de marcher la ville… Nous devons préserver une partie des espaces industriels libérés par le déplacement des industries lourdes pour construire de l’habitation mais aussi pour l’usage de tous, pour la préservation d’un droit de passage, large comme un nouveau « chemin Olmsted » (chemin pour piétons et cyclistes faisant le tour de la montagne).

Grâce à la trame continue de l’espace industriel à l’est de la rue Viau, espace qui, au sud, rejoint par l’emprise de la voie ferrée les terrains en face du port, lui-même devant la pointe de l’île Charron, on peut imaginer un chemin pour piétons et cyclistes. Quelque chose de beau, qui grandira. Quelque chose pour les générations à venir qui ne reposerait pas d’abord sur le béton et l’acier, mais sur l’arboriculture et des aménagements en terre battue pour y marcher, y rouler, y skier.

*_*_*_*_*

Je ne pouvais m’empêcher de partager avec vous le résultat, un peu fou, de mes réflexions et pérégrinations dans ces espaces qui me sont devenus intimes, après 36 ans de travail et 60 ans de vie à parcourir Longue-Pointe, Hochelaga-Maisonneuve et Mercier. Je suis un gars de l’Est. Me suis aventuré sur le Plateau durant quelques années alors que les loyers étaient encore abordables, pendant mes études à l’UQAM. Puis je suis revenu dans l’Est pour y travailler, en 1976 dans Hochelaga-Maisonneuve. Où j’ai habité, élevé mes enfants. Depuis quelques années j’habite Mercier-Ouest. Un quartier moins dense et plus tranquille que HoMa mais que j’ai plaisir à parcourir, à découvrir et à rêver.  

P.S. 18 oct. : Un téléphérique plutôt qu’on pont pédestre ?

santé mentale des jeunes

Kirby, l’ex-sénateur champion de la santé mentale (rapport Kirby De l’ombre à la lumière, 2006) persiste et signe. Il propose aux provinces et au fédéral d’investir l’équivalent de la protection offerte aux employés du secteur public (et privé syndiqué) : huit sessions pour faire face à des problèmes psychologiques, comportementaux. Une intervention ciblée sur les jeunes (moins de 25 ans ?) qui permettrait d’éviter que les problèmes s’approfondissent, deviennent chroniques…

Est-ce beaucoup attendre d’interventions courtes ? Oui, sûrement. Mais investir 500 millions $ pour alléger un fardeau qui se chiffre à 50 milliards $ par an, ce n’est pas exagéré. Ce serait même minimal et signe de bonne gestion. Par ailleurs, sur cette même page du Globe and Mail, où Picard nous présente cette initiative de Michael Kirby,  un article signé Adriana Barton résume les résultats du U.K Millenium Cohort Study à propos des comportements des enfants de 3, 5 et 7 ans à l’heure du coucher.  Il semble que les capacités d’atteindre une routine et une heure régulière de coucher soient liées à plus qu’à la capacité des parents à discipliner leurs enfants. Les capacités d’auto-contrôle des enfants sont en jeu. Difficultés qui se manifestent aussi durant le jour, ce qui pourrait expliquer les comportements agressifs observés chez ces enfants. Des difficultés qui sont cependant maitrisables grâce à l’acquisition de compétences (skills) autour du rituel du coucher.

On imagine assez facilement que des psycho-thérapeutes répondent à ces demandes de parents en détresse, ou ayant simplement besoin d’un coup de main de quelques semaines… Est-ce que la « boite noire » de la consultation clinique individuelle (ou familiale) est la seule réponse possible devant ces problèmes fréquents ? Ou si l’éducation, les interventions collectives (garderies, CPE, CLSC, école…) ne devraient pas compter aussi dans la stratégie d’action pour améliorer la santé mentale des jeunes ? Cinq cents millions pour le Canada (propose Kirby) cela donnerait 125 millions au Québec… assez pour couvrir les consultations psycho-thérapeutiques des jeunes et soutenir quelques programmes publics de promotion, éducation et prévention.