pratiques médicales

La dernière version de la Base des données nationale sur les médecins (année 2010-2011) est disponible sur le site de l’Institut canadien d’information sur la santé. Un fichier Zip, contenant deux fichiers Excel sur les paiements et l’utilisation des services médicaux, par province. On y apprend que la rémunération totale des médecins s’est accrue de 8,1 % au Québec entre 2009-2010 et 2010-2011 (moyenne canadienne 6,0%) pour atteindre 4,03 G$. Les trois-quarts (76%) de cette rémunération fut pour des services rendus « à l’acte » (en augmentation de 9,1 % sur l’année précédente). Le paiement clinique brut moyen par médecin a été de 253 539 $ au Québec (307 482$ au Canada). Une augmentation annuelle de 5,5% (Canada 3,1%). Le nombre de médecins étant passé au Québec de 15 506 à 15 886, soit une augmentation de 2,5 % (Canada : 2,8%).

« Pauvres » médecins québécois ? Lorsqu’on compare les chiffres bruts les médecins du Québec gagnent 20% de moins que la moyenne canadienne. Mais il faudrait mettre dans l’équation les coûts de formation, sensiblement moindre au Québec, le coût de la vie… Et comme la rémunération « brute » inclut les frais de bureau et de personnels remboursés aux cliniques, je me demande si les collaborations entre les CSSS et les différents GMF et autres cliniques-réseau, qui amènent un investissement de ressources dans les milieux cliniques (ressources informatique, infirmières…) si ces collaborations sont comptabilisées ?

Il semble que les médecins de première ligne au Québec ne soient pas très satisfaits du fonctionnement du système (seuls 27 % jugent que le système « fonctionne assez bien »), suivant la dernière enquête du Commonwealth Fund auquel le Commissaire à la santé et au bienêtre du Québec collabore depuis quelques années. Une enquête qui permet de comparer le Québec au Canada et à plusieurs autres pays. Des enquêtes sur les pratiques médicales de première ligne (comme celle de 2012) mais aussi sur l’expérience de soin de la population en général (enquête de 2010) ou des personnes ayant les plus grands besoins de santé (enquête de 2011).  Cette insatisfaction face au système n’empêche toutefois pas 79 % des médecins d’être satisfaits ou très satisfaits de la pratique de la médecine.

À noter : des choses qui apparaissent exceptionnelles ou encore impensables à l’usager québécois comme « demander le renouvellement d’une ordonnance en ligne » ou encore « obtenir un rendez-vous le jour même ou le suivant » (graphique ci-bas) sont pourtant des choses courantes et dans la norme pour la plupart des pays participants.

rendez-vous le meme jour

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?