illusoire productivité

A sustainable company is not a collection of « human resources. » It is a community of human beings. Its strength resides in its people, its culture, and the goodwill it has built up among its customers and suppliers. So, as workers and middle managers have been departing these companies, they have taken with them not only much critical information, but often also the hearts and souls of their enterprises [Henry Mintzberg, The Globe and Mail]

Pendant des décennies les entreprises, américaines dans le cas de cet article de Mintzberg, ont pu accroître leur productivité (à court terme) en pressant leurs ressources humaines… L’image utilisée par l’auteur : la compagnie qui mettrait à pied la totalité de son personnel sauf les services de l’expédition et de l’entrepôt, aurait, tant qu’il y aurait des stocks, une productivité remarquable !

Je ne sais trop pourquoi (mon obsession sans doute) ça m’a fait penser à l’évolution récente des CSSS-CLSC : des structures réputées plus productives, mais ne risque-t-on pas de perdre l’âme des CLSC ? C’est ce que prétendent les opposants à cette réforme depuis les débuts… mais je ne crois pas que ce soit la structure en soi. Les « vieux » CLSC étaient déjà lourds et n’étaient pas mieux placés que les actuels CSSS pour éviter, notamment, la perte de leur « âme » avec les départs à la retraite… Et ils n’étaient pas, non plus, très bien placés pour relever les défis d’une première ligne vraiment intégrée (avec des services médicaux) et connectée avec les deuxième et troisième lignes. Ce qui faisait l’âme des CLSC ? Une certaine proximité, accessibilité, ouverture à l’endroit des citoyens, des ressources et réseaux non professionnels… Cette ouverture qui était sans doute plus facile, allant de soi, dans les débuts de ce réseau – où il fallait tout inventer – mais qui relevait aussi d’une philosophie mettant en jeu, donnant une place au pouvoir du citoyen sur sa santé. Continuer la lecture de illusoire productivité

développement des communautés

Un beau texte de Bourque, Comeau, Favreau et Fréchette. Le développement des communautés aujourd’hui : les défis majeurs de la décennie qui vient. (pdf, 35 pages)

[Qui] fait le point sur le contexte actuel de l’organisation communautaire ou du développement des communautés. Il identifie les défis actuels de cette pratique d’intervention : la réorganisation de l’économie mondiale et ses effets sur le développement des communautés, la variété des partenariats, la diversité et le pluralisme des mouvements sociaux locaux, une conjoncture politique plutôt défavorable et le risque de réduction de sa marge de manoeuvre. Le texte s’attarde également à diverses pistes stratégiques à considérer par les organisateurs communautaires : les distinctions à faire entre les diverses formes d’organisation et d’action collective, la capacité de transiger avec cette diversité, le maintien des liens avec les milieux et la réflexion sur la nature de l’État social à renouveler.

consultations, planifications

Première page de la revueLe dernier numéro de la revue Développement social comporte un dossier important sur la gouvernance locale, les concertations stratégiques de développement… de plus, un encart sur la lutte à la pauvreté et une section spéciale sur l’Estrie, qui brille comme région innovante en terme de concertation des acteurs locaux et régionaux.

Un ensemble d’articles riches qui donne du sens à la question d’un élargissement de la base du membership du RQIIAC, regroupement d’organisateurs communautaire en CLSC, qui se questionne (depuis toujours) sur son identité et sa « spécificité »… et qui pourrait (c’est mon avis) profiter d’une ouverture ou d’une refondation de sa base en incluant des intervenants d’autres réseaux. Les offices municipaux de HLM, surtout avec le déploiement du nouveau programme de soutien communautaire en logement social, sont des lieux de pratiques d’organisation communautaire de plus en plus dynamiques; et les exemples de projets de développement social dont témoigne la revue DS donnent une idée de pratiques très apparentées à l’organisation communautaire…

Parlant de consultations sur des objectifs stratégiques de développement… celle qui se termine (date limite pour les dépôts de mémoires : aujourd’hui 16h) à propos du (dernier) plan de réfection de la rue Notre-Dame soulève des objections importantes (Humanisons, la direction de la santé publique de Montréal).

Je me suis replongé dans les documents de la consultation de 2000, où le CLSC H-M avait contribué d’un mémoire… mais surtout les documents d’aujourd’hui, qui doivent répondre aux conditions du décret gouvernemental lui-même basé sur le rapport du ministère de l’environnement qui faisait suite au rapport du BAPE. (C’est bizarre que le document que j’ai trouvé le plus intéressant – celui de l’environnement – ne soit pas lié sur le site du projet ?)

Tout ça pour un petit quatre page (un document de travail, personnel et non officiel). Qui servira au comité chargé de développer la position du CSSS. Mémoire qui devrait être déposé sur le site du CSSS aussitôt terminé. Dans moins d’une heure !

animer les proccessus de décision : du jazz !

Je retombe sur ce newsletter, après quelques années, qui me semble toujours aussi inspirant. Quand les questions qu’on se pose sont de cet ordre : comment mieux définir les relations entre conseil d’administration et directions…

  • Listen & Learn. Jazz musicians are constantly listening to and learning from each other.
  • Engage & Encourage. Those organizations that take the time to discover, develop, and encourage what people can do best and enjoy doing most are going to be the organizations that attract and retain the best people.
  • Appreciate & Align. The oil of accomplishment, in both jazz and nonprofit governance, is appreciation. Discovering what’s going right and building on thestrengths and talents that are making it happen is a far more powerful approach to organizational effectiveness that getting stuck in cyclesof criticism and complaint about what’s going wrong.
  • Do & Delight. Passion, talent, engagement, and alignment mean nothing unless something happens. Doing it right brings delight. And if it isn’t fun, it isn’t jazz. (extrait de CharityChannel’s Nonprofit Boards and Governance Review eNewsletter)

Quelques autres articles qui me semblent intéressants :

Et aussi le site de Carver, sur la gouvernance (des OBNL, entre autres), propose une définition de la « gouvernance par politiques » adaptée aux OBNL (Policy Governance for Non-Profit Organizations).

plus de chefs que…

L’association des établissements de santé du Québec s’inquiète du nombre de surveillants et vérificateurs, évaluateurs et agrémenteurs qui viennent, chacun son tour, avec leurs exigences et leurs agendas, sans coordination.

On compte près de 20 instances et acteurs chargés de surveiller la qualité et la sécurité à l’intérieur de nos établissements en plus de 60 organismes ou groupes externes ayant une fonction d’évaluation de la qualité et de la sécurité, dont les conseils d’agrément, les ordres professionnels et les directions du MSSS (extrait de la ettre au sous-ministre).

C’est bien cette démarche. Si cela peut donner un peu plus de corps et de sens aux processus d’agrément qui, actuellement, sont tellement superficiels qu’on ne se donne pas la peine de créer des formules adaptées de sondages des personnels. Celles utilisées récemment dans un processus local étaient tellement plaquées sur les besoins des hôpitaux qu’une bonne partie des activités réalisées par les portions « CLSC » des CSSS actuels ne s’y retrouvaient pas. Alors non seulement y a-t-il pléthore de comités mais la multiplicité elle-même tend à réduire leur efficacité.

Lettre au sous-ministre Paquet

Mais le ministère continuera ses « visites surprises », comme un récent bulletin iMedia le soulignait.

théorie des organisations

If you want an excellent introduction to organization theory – I recommend Pfeffer’s New Directions in Organization Theory: Problems and Prospects.  The book nicely covers key micro-issues, which many org theory books don’t do, and more generally the book is an excellent lay-of-the-land introduction (for a different angle on the matter – see Peter Abell’s excellent Organisation Theory: An Interdisciplinary Approach). » (Via orgtheory.net.)

Je suis d’accord, tout à fait : Pfeffer a produit un petit bouquin très stimulant. Et Karl Weick en fait ici une bonne présentation. Bon, ce n’est pas un livre récent (1997) mais qui a dit que la théorie des organisations évolue si vite ?

Je cite ici quelques phrases de la présentation de Weick, qui me rappellent bien ce qui m’avait plu à la lecture de Pfeffer : Reading Pfeffer is a bit like reading a book-length Annual Review of Sociology chapter on organizations.

Translated into the language of the chapters of this book, the field is about understanding the causes of behavior (chap. 2), models of behavior, the effects of composition, mechanisms of social control, the exercise of power and influence, organizational performance, a critical look at managerialism, and new directions. Alternatively, it could be argued that the field is about the five models of behavior discussed in chapter 3: economic, social, retrospective rational, moral, and interpretive.

Continuer la lecture de théorie des organisations