la joie de lire

lartdelajoie.jpgJe termine, le sourire aux lèvres, ce roman de 600 pages, L’art de la joie, d’une auteure italienne que je ne connaissais pas Goliarda Sapienza. Je voulais le terminer aujourd’hui pour pouvoir le prêter : c’est le genre de roman qu’on ne veut pas laisser sur la tablette. L’histoire d’une femme au long du siècle, en Sicile, passant de la misère au cloitre, puis à la vie aristocratique… sans perdre son esprit critique, se liant aux socialistes, aux antifascistes durant la guerre. L’histoire de ses relations, avec des hommes, des femmes… de ses enfants, de leurs enfants…

Autres lectures en cours : Qui dit je en nous ? de Claude Arnaud. Sur cette question de la toute relative unité du sujet. Alors que l’époque voue à l’individualité et l’identité une dévotion quasi religieuse. Je le commence à peine mais la qualité de l’écriture m’invite à poursuivre. Ce livre a gagné le prix Fémina 2006 pour les essais.

Finalement, ce qui intéressera les gestionnaires d’associations et organisations communautaires Fonction de direction et gouvernance dans les associations d’action sociale, publié chez Dunod par Francis Batifoulier et François Noble. Jusqu’ici (rendu à la page 78) les auteurs font une belle présentation des enjeux et de l’évolution du rôle et des rapports des associations avec l’État, mais aussi avec leurs employés, leurs clientèles ou usagers… Même si les descriptions concernent la France, les similitudes avec les développements au Québec en feront une lecture stimulante pour des dirigeants (bénévoles ou salariés) d’organisations de ce côté de l’Atlantique.

identités complexes : cycle de conférences

Identité ambiguë / Identités complexes: “mettre en critique le couple conceptuel identité / altérité pour envisager l’identité dans son rapport à la complexité : une alliance dont les implications sont, sans doute, moins productrice d’exclusion et de peurs.” (Via liens socio.)

Une identité, des identités… Crise d’identités, perte d’identité, vol d’identité… Dans notre monde complexe l’identité n’est-elle pas une manière de réduire, justement, la complexité, en misant sur un petit nombre de règles, de facteurs explicatifs, déterminants…

descombes.jpgUne manière de donner du sens à la vie lorsque celui-ci est difficile à saisir parce que plusieurs faisceaux se disputent l’organisation cardinale du réel… depuis que l’homme s’est arrogé le droit de décider de ce qui est vrai, grand, juste… depuis qu’il a jeté bas de leurs socles les dieux.

Identités fractales, donc, d’autant plus importantes que tout est questionné, transparent. Une conférence de Vincent Descombes… en mai prochain, à Marseille. Juste le temps de lire quelques-uns de ses titres !

Habermas et l’Internet comme espace public

Dans la suite du billet précédent, cette analyse de la pertinence, encore aujourd’hui, d’un texte de Habermas écrit en 1962 (The structural transformation of the public sphere– paru en allemand), il y a plus de quarante ans :

In the digital age, the discussion about the public sphere has at the same time become increasingly relevant and increasingly problematic. The validity and relevance of post–modern critique to Habermas’ concept of the public sphere cannot be denied, yet the concept of a public sphere and Habermas’ notion of a critical publicity is still extremely valuable for media theory today. Un article de Pieter Boeder. [First Monday – septembre]

Peut-être à cause de l’origine néérlandaise de l’auteur, et contrairement à ce que le sujet pourrait laisser penser, ce texte en anglais est facile à lire. La dénonciation de la “commodification” des médias, leur réduction à leur seule dimension commerciale ne date pas d’hier. Le concept d’espace public est particulièment riche pour décrire les enjeux entourant l’Internet aujourd’hui, même si ce réseau des réseau était loin d’exister en 1962. Pour approfondir ce concept d’espace public : Du concept d’espace public à celui de relations publiques généralisées; Espace public (dossier de l’Agora); L’espace public par Habermas ; Droits et démocratie, compte-rendu.

L’espace public lieu de mise à l’épreuve de l’opinion pour l’émergence de l’opinion publique, est-il en train de s’éteindre sous le poids des mass medias, de la contamination du discours et du travail journalistiques par ceux des relations publiques ? Alors que beaucoup de raisons pourraient nous faire douter et penser que “les jeux sont faits”, les acteurs ont des pouvoirs trop disproportionnés… certains aspects de la conjoncture actuelle et recente nous portent à garder espoir : multiplication des sources d’information; des moyens de communication latérale et indépendante des grands médias… La détermination de l’orientation et des axes de développement des médias de même que l’accessibilité aux nouvelles technologies sont partie intégrante des enjeux sociaux fondamentaux, tels l’accès aux soins de santé ou à l’éducation.

trois jours de repos

Je décroche et débranche tout ! Je m’en vais trois jours à St-Benoît-du-lac, écouter du chant grégorien (vous pouvez aussi en écouter quelques extraits sur le site de St-Benoît et aussi ici et – documents “MOV”).

Avant de reprendre le collier (et la croix !) je vais aller respirer… et entendre le silence.

À +