quand les économistes bloguent…

When economists blog: « A couple of weeks ago, one of the most prominent economics bloggers, Harvard’s Greg Mankiw, turned off the comments feature on his blog. The comments, he wrote, had been ‘a source of both fun and frustration,’ but as his blog became more popular, keeping up with the comments had become a time-sink: ‘To put it simply, this blog is a hobby … I just don’t have the time to police comments and enforce good behavior,…« (Via Rough Type: Nicholas Carr’s Blog.)

L’argumentaire de Carr: si vous avez le talent de faire de la recherche de haut niveau, ne perdez pas votre temps à bloguer… tout le monde y perdrait. Une réponse à la critique que je formulai souventes fois en regard du peu d’ouverture ou de disponibilités de certains pros d’universités qui restaient, à mon avis, trop enfermés dans leurs tours d’ivoire alors que l’Internet et les blogs permettent une communication large. Je pensais que les profs évitaient de bloguer pour éviter de se compromettre dans des écrits spontannés. Ce qui n’est pas contradictoire avec l’analyse de Carr.

Finalement peut-être que la « tour d’ivoire » ou vu d’un autre angle, le puits de savoir, et la distance que ces images impliquent d’avec le discours de tout les jours, sont-ils nécessaires à l’avancement de « la science ». Et qu’il revient aux blogueurs et autres commentateurs de critiquer, faire connaître, encenser les fruits tombés de l’arbre de la connaissance…

Sûr qu’on peut toujours souhaiter, rêver d’une réduction de la distance entre le «haut savoir» et la culture populaire… mais ce rapprochement devrait d’abord résulter d’un rehaussement de la culture scientifique générale. Le même Nicolas Carr a un commentaire convergent (The Ignorance of Crowds) à propos du succès de certaines entreprises collectives dites « ouvertes » tel le développement de Linux : le succès de telles entreprises repose au moins autant sur l’établissement d’une direction forte, crédible, éclairée (la cathédrale) que sur la dynamique de l’action collective (le bazar).

The open source model of production – when it works effectively – is not as egalitarian or democratic as it is often made out to be. Linux has been successful not just because so many people have been involved, but because the crowd’s work has been filtered through a central authority who holds supreme power as a synthesizer and decision maker.

En fait l’article de Carr se voulait un commentaire pour souligner le 10e anniversaire de l’influent article de Eric Raymond (The Cathedral and the Bazaar), publié en 1997 dans la revue Firstmonday.

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

2 réflexions au sujet de « quand les économistes bloguent… »

Qu'en pensez vous ?