contrer le Dilemme du prisonnier ?

Collective behaviour and climate change: why would anybody bother?: “And now I’m just catching up with a recent study by CDX and the Centre for Sustainable Energy
on Mobilising individual behavioural change through community initiatives. The study investigated ‘what kinds of local and community initiatives are most effective at influencing changes in behaviour and at what levels, and whether any lessons learned from these are transferable to the issue of climate change.’The report provokes thinking about important issues. The key message seems to be that what is lacking is ‘a realistic sense of agency,’ and this is the problem to be solved. Part of the argument is that people are not motivated to take action (jointly or individually) on an issue which is not local, where their action has no immediate impact (or indeed any significant impact), and where the scale of any action taken is dwarfed by the impact of the inaction of others.”(Via Neighbourhoods.)

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Dilemme du prisonnier est cet exemple de la théorie des jeux qui fait que deux participants (prisonniers) sont conduits à accepter des peines non négligeables pour éviter le risque d’une peine très longue, même si la collaboration entre les deux leur assurerait pratiquement la liberté…

Je ne sais si cet exemple s’applique vraiment à notre situation actuelle devant la menace de catastrophe écologique ? Ne pas agir maintenant garantie des lendemains plus douloureux… mais agir seul, sans impact suffisamment massif pour avoir quelque chance de changer les choses, c’est non seulement avoir des lendemains douloureux mais un présent aussi ! En effet, s’imposer des restrictions environnementales coûteuses dans une économie de marché ouverte… c’est s’exposer à perdre son marché… à moins que… celui-ci évolue vers plus d’éthique ?

Tout seul ?! Faudra-t-il attendre que la situation nous chauffe vraiment les fesses pour que démocratiquement les décisions soient prises ? J’ai l’impression qu’on n’est pas tellement loin de ça… mais encore, les décisions contraignantes à l’échelle internationale, qui les prendra ? Y a-t-il des précédents qui nous permettraient d’espérer ? L’interdiction de certains produits chimiques ? L’exemple de notre incapacité collective à gérer les ressources halieutiques… n’est pas rassurant.

À creuser : gène égoïste (Richard Dawkins), animaux altruistes; Éthologie et écologie comportementale (un cours d’Alain Lenoir, Université de Tours)… finalement, les animaux ont peut-être plus à nous apprendre, en matière de survie ?!

la vertu… sans le sacrifice ?

Les nouvelles sont mauvaises (IVe Rapport IPCC), mais, lueur d’espoir, les canadiens en sont conscients et semblent prêts à faire des sacrifices (Sondage d’opinion de Strategic Counsel)… Enfin, surtout que les autres en fassent. Bon, il y a quand même 55% des canadiens prêts à faire de gros sacrifices mais seulement 31 % prêts à payer leur essence significativement plus chère.

Parmi les solutions possibles… la géothermie. Un rapport récent et volumineux (400 pages) sur la question d’un comité du MIT : “The Future of Geothermal Energy” (PDF, 14.1 MB). Merci Alex.

une piste à ouvrir

parcours-ski.gifIl y a quelques années j’ai produit un petit document argumentant pour la création d’une piste cyclable qui ferait le tour des quartiers centraux de Montréal (voir la présentation dynamique – soyez patient, le téléchargement est un peu long, une ou deux minutes, mais ça en vaut la peine !) en suivant la voix ferrée. C’est après avoir fait à quelques reprises le chemin à pied (21 km) en prenant des photos que j’eus l’idée d’un tel document… pour partager ma “découverte”.

J’aimerais bien refaire ce parcours mais en ski cet hiver. En partant de la piste des Carrières, coin Dandurand & Cartier, jusqu’à Montréal-Ouest, il doit bien y avoir 15 Km. S’il y a un peu de neige, ce serait certainement intéressant. J’ai tracé le parcours en pointillés sur la carte. En vert pour la partie où il y a une piste cyclable. En bleu, où il n’y a plus de piste mais où on peut facilement suivre sans danger la voix ferrée… qui d’ailleurs est très peu utilisée dans cette partie. Si vous êtes amateur de ski de fond… ça vous tente de le faire avec moi ??

une campagne qui a fait du chemin

Je viens de trouver cette annonce dans le bulletin publié par l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. Bien !

nouveau-1.png La Journée internationale sans achat aura lieu le samedi 25 novembre. Remettons l’épicerie au dimanche et profitons de ces 24 heures pour réfléchir sur l’impact social, économique et écologique de la consommation des pays riches sur l’ensemble de la planète.

N’oublions pas que 20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources planétaires…

Dans le même ordre d’idées, ou plutôt en provenance de la même source (Direction réseaux) le lancement du Guide santé. L’information distribuée sur ce site semble appartenir à une corporation privée Médimed inc. Sur un site gouvernemental… alors que versée dans le domaine public, cette information (qui de toute façon concerne les problèmes quotidiens et les remèdes connus…) pourrait, devrait être diffusée par d’autres moyens, notamment à ceux n’ayant pas accès à Internet!

transport urbain durable

transport urbain.jpgUn colloque avait lieu le 9 juin dernier (vendredi dernier). On trouve déjà les principales présentations sur le site du programme. Bien !

Ce fut l’occasion pour le directeur de la santé publique (Richard Lessard) et son responsable des dossiers environnementaux (Louis Drouin) de présenter le rapport annuel de la DSP de Montréal, portant cette année, justement, sur Le transport urbain, une question de santé.

site du futur CHUM à Outremont

Les discussions entourant la nouvelle proposition* d’emplacement pour le futur CHUM me rappelait les photos prises de cette gare de triage dans le cadre d’un projet de piste vélo.

«Il est évident pour tout le monde qu’il y a une surabondance relative d’établissements dans la partie ouest de la ville. Installer le CHUM à Outremont ne ferait qu’aggraver ce déséquilibre. (…) Si le gouvernement donne son aval au projet d’Outremont, plusieurs y verront maintenant une sorte de retour d’ascenseur (à l’égard de Paul Desmarais).» Michel David

Quelques photos non inclues dans le document flash de 2002, que je dépose ici. Et puis, tant qu’à y être, je refais une carte un peu plus explicite, centrée sur la gare de triage d’Outremont.

* Si vous n’êtes pas abonné au Devoir il est probable que vous n’aurez malheureusement accès qu’au début de cet article…