paix et sérénité

C’est ce que je vous souhaite pour la nouvelle année. Dans ce monde happé dans un tourbillon frénétique de luttes pour la survie, pour le succès, pour la gloire… ou simplement la dignité… peut-on espérer atteindre quelque havre de paix ? Peut-être que si. Toute relative, certainement, mais une sérénité construite comme un château de sable dont on sait qu’il faudra le reconstruire après la marée… comme le chemin parcouru, le voyage qui est plus important que la destination.

Paix aux hommes de bonne volonté, c’est la formule je crois. Oui, il faut croire en la volonté possible des hommes, et agir en conséquence. Ce n’est pas parce que TOUT n’est pas possible qu’il faut prendre prétexte pour ne RIEN faire. Un petit rien, presque rien dans le grand tout mais c’est là que ça commence, comme un mouvement imperceptible… la goutte d’eau qui deviendra rivière. Bon, c’est peut-être pas la bonne image avec la fonte des glaciers et tout… Un grain de sable dans le désert ? Non, là non plus, ça ne va pas. La molécule, la protéine dans la grande chaine…

Mais la question n’est-elle pas là, justement : le pouvoir, la volonté de l’homme saura-t-elle infléchir à temps les forces du marché et s’en servir pour corriger le cours des choses ?

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?