combien valent nos services publics

C’est à cette question que tente de répondre un rapport de recherche récent (février 2012) de l’IRÉC (Institut de recherche en économie contemporaine) : Les services publics : un véritable actif pour les ménages québécois.

Le coût des services publics fait l’objet d’une véritable lutte idéologique. Les partisans de la privatisation et du retrait de l’État laissent souvent entendre que ces services sont trop coûteux. Les uns affirment qu’ils sont inefficaces et qu’en conséquence les contribuables n’en auraient pas pour leur argent. Les autres laissent entendre que l’offre de services publics est trop large et que le Québec vivrait au-dessus de ses moyens. Quels que soient les registres argumentaires en présence, il est assez rare de voir les études établir rigoureusement la valeur des services effectivement consommés par les ménages et estimer du coup la part et la valeur que représentent la consommation et l’usage de ces services dans le budget des ménages. (extrait de l’introduction)

Une référence du troisième numéro de la Veille sur la social-démocratie de la Chaire du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie.

Publié par

Gilles Beauchamp

Organisateur communautaire dans le réseau de la santé, CLSC Hochelaga-Maisonneuve puis CSSS Lucille-Teasdale, à Montréal, de 1976 à 2012.

Qu'en pensez vous ?