si les faits vous dérangent… oubliez-les !

C’est un peu – beaucoup – la logique à l’œuvre derrière la décision harperiste (ou serait-ce harperiote) de réduire le prochain recensement à sa portion congrue : les faits sont souvent inutiles et même parfois gênants pour un gouvernement conservateur : il faut expliquer les raisons de ses actions, alors qu’on a seulement des convictions profondes (que plus de prisons réduira le nombre de criminels… qu’une réduction de la TPS sera juste…). Comme le dit bien Jeffrey Simpson dans le Globe and Mail d’aujourd’hui : From consumption tax to foreign policy, from “tough on crime” to social policy, the Conservatives almost delight in ignoring what people experienced in the field have to say. Ce n’est pas tous les jours que j’abonde dans le sens de Simpson… mais il nous donne ici un beau petit papier… qui fait jaser, à en juger par les nombreux et intéressants commentaires.

En fait, je crois que Simpson s’est inspiré, sans le reconnaître – mais c’est là le privilège du journaliste d’opinion, d’un billet récent du blogue The Frontal Cortex : Political Dissonance. Jonah Lehrer y cite plusieurs recherches récentes qui montrent à quel point l’esprit humain a peu de respect pour la logique ou encore qu’il préférera de beaucoup trier les faits qui viennent confirmer une idée préconçue plutôt que de faire la part des choses…

Alors pourquoi faire un recensement quand on n’a que faire des données qu’il nous fournira ! Malheureusement l’étroitesse d’esprit partisane n’est pas une exclusivité des conservateurs… mais ceux-ci ont moins de scrupules à en utiliser sans vergogne les ressorts. Si je me souviens bien, c’est un peu ce que disait George Lakoff, dans son The political mind : a cognitive scientist’s guide to your brain and its politics. Je viens de retrouver ce petit bouquin délaissé pour d’autres lectures… il serait temps que je le finisse, peut-être !

plus d’arbitraire

Moins d’information publique = plus de décisions arbitraires, ou encore basées sur des données non publiées. C’est à cela que conduira la décision de rendre volontaire le questionnaire détaillé du prochain recensement.

Les questions relatives au revenu des ménages, à l’éducation, au logement… feront dorénavant partie de l’Enquête nationale auprès des ménages. Une enquête que Statistique Canada fera, certainement, avec tout le sérieux et le professionnalisme qu’on lui connait… mais sans l’incitatif de l’obligation de répondre que comportait le questionnaire détaillé du recensement. Quelles seront les populations sous-représentées ? Les populations pauvres et ayant des difficultés à lire… et, sur les questions de revenus, les populations à revenus plus élevés.

Et d’ailleurs, à quoi sert d’accumuler des données, si on ne compte pas s’en servir pour agir… si on a une vision minimaliste de la responsabilité publique !

petites nuisances persistantes

On les oublie le plus souvent, on réussit parfois à en faire le tour, à trouver des voies de contournement… mais il est des jours, comme aujourd’hui, où l’on se demande « Pourquoi donc %#$!!@@*&%$& ? »

  • Pourquoi un fournisseur de services Internet de premier plan tel Vidéotron n’arrive pas à me montrer ma facture correctement dans l’interface Web ? Pourquoi ne me permet-il pas d’exporter simplement en PDF que je puisse imprimer et voir finalement une facture qui, outre cela, est tellement compliquée dans son langage et sa présentation, que j’ai, plus d’une fois, payé d’avance les services !!
  • Pourquoi est-ce si compliqué de comprendre ce que je dois à Hydro-Québec, à partir de ma facture en ligne ? Parce que l’incompréhension amène les clients à payer d’avance, ou deux fois la même facture ??
  • Pourquoi un site de gestion de fils RSS tel Feedly, qui se targue (avec raison) de proposer une interface conviviale de lecture et de navigation entre des sources nombreuses, pourquoi ce logiciel qui me permet facilement, d’un clic, d’envoyer par Twitter, par courriel, par Facebook et par une demi-douzaine d’autres moyens ce que je viens de trouver sur un site ne me permet-il pas de – – simplement – – copier l’adresse URL de cette source ? il me faut, pour avoir l’adresse de cette page que je veux citer, sortir complètement de Feedly !!
  • Pourquoi une source d’information aussi éminente que le New-York Times ne donne-t-elle aucune source externe à son propre site ! Tous les liens qu’on trouve dans cet article portant sur les résultats d’une recherche réalisée par l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) sont des liens renvoyant vers des pages écrites par le New-York Times sur un terme ou un autre (PBS, NASA,…). À aucun moment on ne se permet de renvoyer vers la source utilisée : le rapport de recherche ou encore le site de l’équipe universitaire. Quelle piètre utilisation des possibilités d’Internet !!

une information «privilégière»

Hé oui, j’ai entendu cette expression (une information privilégière)  à deux reprises dans une conversation récemment ! La première fois, j’ai été tellement surpris que je n’étais pas sûr d’avoir bien entendu. Un peu plus tard dans la conversation la personne a répété l’expression, mais rendu là je désespérais tellement de tout ce que j’avais entendu de syntaxe et de grammaire charcutées, dans la bouche d’une professionnelle (!), que je n’ai pas osé la reprendre. Ce qui est d’autant malheureux que la « relative » position de pouvoir occupée par la dite personne lui donnait parfois une assurance dans l’interaction qui jurait, pour dire le moins, avec sa piètre connaissance de la langue.

Faut croire que le pouvoir n’a pas grand chose à voir avec les connaissances linguistiques… dans certains milieux. Je me fais vieux, je crois. De tels accrocs à notre langue commune me font mal à la peau !

pourquoi ce silence ?

Malgré tout le bruit que font les médias, d’autant  tonitruant qu’ils ont peur de perdre une audience au profit des borborygmes éructés par les entrailles  du monde; c’est le silence qui règne au niveau des idées… Que la plus petit idée soit émise avec un iota d’originalité et elle sera écrasée ou rachetée pour être mêlée à la pâtée intégrale garante de l’immobilisme.

Bon… c’est un peu sombre comme réflexion pour un lundi matin… mais c’est ce que m’inspire la lecture (partielle) de ce mémoire de maitrise : Silence descends : the effects of rising authoritarianism and fear on citizen engagement

To be born human may no longer be an assurance of being human, as the mind/brain is manipulated in evermore powerful ways from birth to death, by whomever has the power and for whatever purposes they desire—the self may cease to be.

Et aussi, dois-je l’avouer, les gorges chaudes de la droite devant les ratés de la mouvance climatique. On se targue et montre du doigt les erreurs et déficiences de documents et scientifiques de cette tendance… alors que les grossières affiliations des détracteurs et « négationnistes » du réchauffement ne semblent pas compter ! En fait, du point de vue des négationnistes, réduire la confiance dans la science c’est assurer l’ immobilisme du monde.

une décennie de ?%$#!

Comparée aux revenus générés par les actions à la bourse de New York (NYSE), depuis 1830, la décennie qui s’achève a été la pire. Pire que celle des années ‘30 ! Et c’est arrivé juste au moment où je commençais à prendre des RÉER…

J’aurais dû mettre mon argent sous mon matelas.

Tiré d’un article du Globe and Mail, reproduit du Wall Street Journal. Ce graphique présente le gain (ou la perte) annuel moyen des valeurs boursières échangées sur le parquet du NYSE pour chaque décennie depuis celle de 1830.

Mais, après réflexion, ce qui est remarquable, c’est que les actions aient pu croitre à un taux moyen annuel de plus de 15 % (16,6 et 17,6) pour vingt années consécutives durant (1980-1990) !!

documents verrouillés

Encore une fois je me butte à cette habitude malheureuse des producteurs de papier de la santé publique de Montréal qui ont tellement peur qu’on utilise leurs trouvailles qu’ils empêchent même qu’on en copie UNE LIGNE, ne serait-ce que pour citer leur document, ou en inclure un tableau ou graphique dans les plans et projets locaux…

Deux documents récents que je voulais citer sont ainsi verrouillés, non seulement contre le changement ou l’alteration, ce qui est compréhensible, mais contre toute copie ! Le cadre de référence Une communauté mobilisée pour ses jeunes et l’Évaluation des projets Quartiers 21. C’est la même chose pour le document sur l’alimentation des Montréalais.

C’est la Tour d’ivoire dans le désert…

<ajout – 4 août>J’ai le plaisir d’annoncer que ces documents ont été « déverrouillés » (au moins en ce qui concerne la copie) et que, suivant une nouvelle politique, l’ensemble des documents du site de la santé publique devraient l’être dorénavant !</ajout>

<ajout – 14 septembre>En fait, seuls deux des trois documents ont été déverrouillés pour le moment… La communauté mobilisée ne l’est pas encore……….. Oui c’est fait!</ajout>