l’intelligence tue la vie ?

https://science.sciencemag.org/content/366/6471/eaax3100.full

William Gibson (@GreatDismal), l’auteur de science-fiction, commentait (en anglais) sur Twitter : « La solution au ´paradoxe de Fermi’ ? ´l’intelligence´ tue la nature? » en référence à cet article (en accès libre, exceptionnellement) de la revue Science (Pervasive human-driven decline of life on Earth points to the need for transformative change) résumant l’évolution de 18 catégories de « contributions de la nature à l’humanité ».

Ainsi le type d’intelligence que les primates que nous sommes ont été amenés à développer, au contact d’une nature à la fois soutenante, riche mais souvent imprévisible, une intelligence mécanique, puis mathématique capable de manipuler, transformer, utiliser les cycles et les productions naturelles pour en tirer des richesses… Une intelligence qui a su gonfler son efficacité à court terme au détriment de son appréhension plus globale et à plus long terme de la réalité.

Pour rappel, Fermi était un mathématicien nobelisé qui posa en 1951 la question, le paradoxe suivant : Pourquoi toutes les galaxies beaucoup plus vieilles que la nôtre n’ont-elles pas donné naissance une vie intelligente que l’on puisse détecter? Wikipedia

Merci à Patrick Tanguay, @inevernu pour le RT. Je suis abonné à Gibson, mais n’avais pas vu passer celle-là.

la pauvreté mine les capacités cognitives

Une citation sur FB relatant un « billet d’humeur » de la chroniqueuse Véronick Raymond « La pauvreté mène à la pauvreté, et la neurologie peut l’expliquer » m’a fait retrouver ce brouillon d’article commencé il y a quelques mois… et resté à l’état de brouillon. Le voici donc.

****

« A variety of studies point to a correlation between poverty and counterproductive behavior. The poor use less preventive health care, fail to adhere to drug regimens, are tardier and less likely to keep appointments, are less productive workers, less attentive parents, and worse managers of their finances. »

« The human cognitive system has limited capacity. Preoccupations with pressing budgetary concerns leave fewer cognitive resources available to guide choice and action. Just as an air traffic controller focusing on a potential collision course is prone to neglect other planes in the air, the poor, when attending to monetary concerns, lose their capacity to give other problems their full consideration. » Extraits de Poverty Impedes Cognitive Function, A. Mani & al,  Science, #341, 2013.08.30 – Résumé en termes moins techniques de la même recherche The Poor’s Poor Mental Power.

Plusieurs études ont noté une corrélation entre la pauvreté et des comportements néfastes à la santé ou à l’intérêt des personnes touchées : les « pauvres » sont moins fidèles à leurs prescriptions médicales, font moins attention à leur santé (moins de prévention) ou encore arrivent plus souvent en retard à leurs rendez-vous… Les capacités cognitives des humains sont limitées en quantité. De pressantes préoccupations budgétaires laissent peu de capacités cognitives pour guider les choix et l’action. Un peu comme un contrôleur aérien dont l’attention est centrée sur une collision potentielle imminente peut négliger les autres avions aux alentours, la personne pauvre préoccupée par des problèmes monétaires perd de sa capacité à donner l’attention nécessaire à d’autres problèmes.

Les deux textes cités plus haut rendent compte d’expériences réalisées en laboratoire et sur le terrain. Sur le terrain, ce sont des centaines de fermiers de l’Inde qui ont été questionnés à différents moments de l’année : alors que leur situation était précaire, avant la période de la récolte et au moment où leur situation s’était améliorée, juste après la récolte. On ne parle plus de corrélation mais bien de causalité entre les difficultés financières (pauvreté) et les capacités plus limitées de prendre les bonnes décisions. Ces constats portent les auteurs à recommander que certaines interventions publiques tiennent compte des capacités cognitives qui peuvent varier selon l’heure de la journée ou le moment dans l’année (ou dans le mois, ajouterons-nous).

***

Autres articles similaires cités par madame Raymond :

citations créatives ?

Jonah Lehrer, un jeune auteur (31 ans) dont j’ai apprécié les écrits, dans son blogue Frontal Cortex (qui a changé de port d’attache plusieurs fois au cours des ans)  et dans ses livres (Proust était un neuroscientifique, How We Decide, et plus récemment, Imagine) a démissionné de son poste au magazine New Yorker suite à l’aveu de fabrication de citations attribuées à Bob Dylan dans son dernier livre. Le livre en question (Imagine) a été retiré des tablettes de Amazon… La pression était trop forte sur ce jeune prodige ? À moins que ce ne soit l’illustration pratique de son dernier billet Why Smart People are Stupid ?

la conscience commence quand ?

En googlant autour de la matière grise, dont la quantité (dans la région temporo-pariétale) semble corrélée à la propension à l’altruisme – voir aussi l’article sur le site de l’Université de Zurich – je suis passé par le site Le cerveau dans tous ses états, où Bruno Dubuc annonçait le thème de la quatri`me École d’été de l’Institut des sciences cognitives (ISC) de l’Université du Québec à Montréal : L’évolution et la fonction de la conscience.

Gros évènement avec, entre autres, Daniel Dennett et Antonio Damasio pour la journée d’ouverture, John Searle pour la conférence de clôture, et un tas d’autres dont Joseph Ledoux. J’aurai manqué cette occasion de voir en personne ces gens que je lis depuis quelques années : la conférence se terminait mercredi le 11 juillet. Mais je l’aurais su que  je n’aurais sans doute pas déboursé les 600$ d’inscription.

Heureusement pour moi, et les autres dans mon cas, les conférences sont (ou seront) disponibles en format vidéo sur le site ! (voir aussi cette page) J’ai bien hâte de jeter un coup d’œil…

Ici la vidéo de la conférence de Joseph Ledoux, Emotion and Consciousness.

lectures

The problem with digital books is that you can always find what you are looking for but you need to go to a bookstore to find what you weren’t looking for, Paul Krugman

Sans parler du fait que tous les livres sont loin d’être disponibles en format numérique. Et c’est encore plus vrai pour les livres en français.

Ça faisait un bout de temps que je n’étais allé chez Olivieri. Et j’y ai mis la main sur deux livres qui me semblent intéressants. Le premier autour du thème Animal Thinking: Contemporary Issues in Comparative Cognition et le second, par Paul Churchland (dont j’ai déjà lu le Neurophilosophy at Work), Plato’s Camera How the Physical Brain Captures a Landscape of Abstract Universals. Si les films « animalistes » récents sont de moins en moins anthropomorphistes, c’est à dire qu’ils prêtent de moins en moins des sentiments et comportements humains à des animaux, la connaissance fine que nous avons de ces comportements (éthologie) nous fait mieux comprendre la profondeur et la complexité de l’intelligence chez les espèces non humaines. La puissance du langage humain, en particulier depuis l’invention de l’écriture, nous aura permis de, littéralement, déplacer des montagnes… mais les scories de cette entreprise associées à la courte vue et au narcissisme de notre espèce réduisent chaque jour la diversité et la beauté du monde.

P.S. La caverne de Platon… une allégorie encore pleine de sens.

raison, biais de confirmation et délibération

Hugo Mercier fait parler de lui (ici, ou ) et de sa thèse sur la raison argumentative, à la suite de la parution d’un article dans la revue Behavioral and Brain Sciences. Un chercheur que j’ai eu l’occasion d’entendre à Montréal, dans une conférence organisée par l’Institut es sciences cognitives de Montréal en 2009.

Si l’article de la revue BBS n’est pas disponible, on peut retrouver sur le Social Science Research Network (SSRN) deux articles reprenant l’essentiel de l’argumentation (!) sans avoir l’étendue de la thèse de 376 page de M. Mercier :

Jonah Lehrer résume assez bien l’intérêt de ces textes, dans son billet The reason we reason, alors que Chris Mooney, qui publiait récemment un texte sur un sujet similaire dans la revue Mother Jones, The science of why we don’t believe science, s’entretient avec Mercier dans un billet sur Discover Magazine.

La raison n’est plus ce qu’elle était ! Continuer la lecture de raison, biais de confirmation et délibération

esprit conscient ou l’inverse ?

L’esprit est-il venu avant la conscience ou si c’est l’inverse ? Ici j’ai (encore) l’impression que la traduction de « mind » par le mot esprit amène une confusion… Car il y a, dans ma compréhension d’amateur (non spécialiste), une connotation « spirituelle » à ce mot… comme s’il était un peu question de l’âme (le soul en anglais) alors que le mot « mind » ne me paraît pas porter une telle connotation. Lorsque Damasio trace les étapes de l’évolution vers la conscience de l’homme, il fait précéder cette forme d’esprit conscient de formes plus primitives d’esprit, des formes non conscientes. C’est bizarre, j’aurais fait l’inverse : c’est la conscience qui a évolué vers une forme plus élevée, plus spirituelle ou intellectuelle. Je trouve plus facile d’admettre l’existence d’une conscience animale, évoluant de formes très proche de l’auto-protection du vivant jusqu’à la création de formes complexes.  Est-il possible que cette confusion soit le fait d’une traduction précipitée ? En effet le texte de Damasio, à ma grande surprise, est paru en même temps en français et en anglais ! Pourtant, Odile Jacob, l’éditeur de la version française, n’a pas l’habitude du travail bâclé ! Surpris car j’avais déjà acheté le volume en langue anglaise sans même me demander s’il était disponible en traduction, puisqu’il venait juste de paraître. Alors je vais peut-être retourner ma copie anglaise… à moins que je ne la conserve pour pouvoir y aller voir, dans la langue originale, de temps en temps durant ma lecture du texte français (qui m’est, même si je lis beaucoup en anglais, tout de même plus facile à lire).

Et en plus, je trouve le titre de la traduction tellement insipide — L’autre moi-même : les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions ! Alors qu’en anglais —  Self comes to mind : Constructing the Conscious Brain. Oui, je crois vraiment qu’on a un problème de traduction du terme mind. Je n’en suis encore qu’au début de ce livre qui s’annonce passionnant, j’y reviendrai certainement.